Accueil Société

Le nucléaire a pris un coup, mais il vit encore. Et rêve de renaissance

Si elle lui a porté un sérieux coup, la catastrophe de Fukushima n’a certainement pas enterré le nucléaire civil.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Il y a un « avant » et un « après » 11/03/2011. Marqué par une défiance renouvelée et un approfondissement de la fracture entre pro et antinucléaires. Car l’accident japonais était ce qui pouvait arriver, sinon de pire, du moins de plus grave à l’atome après l’éparpillement de la centrale de Tchernobyl en avril 1986.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Catherine Heussch, jeudi 10 mars 2016, 21:34

    Une réflexion sur la politique nucléaire de la France et les déboires de tous les acteurs qui apparaissent de plus en plus évidents...de jour en jour, serait la bienvenue d'autant que la production d'électricité est passée sous contrôle français.

  • Posté par Jean-Jacques Coets, jeudi 10 mars 2016, 21:28

    Evidemment...le nucléaire fait peur ! Cependant, faut-il préciser que Fukushima est le résultat de deux catastrophes naturelles majeures ! Et que ces deux catastrophes ont causé bien plus de victimes que l'accident nucléaire lui-même. Bien sûr, Fukushima n'est pas anodin, loin de là... Mais la plupart des conséquences de cet accident ne sont pas imputables à cette technologie mais à la corruption, à la loi du silence, au népotisme... Ces défauts sont inhérents au genre humain...

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs