Le coronavirus pourrait indirectement tuer jusqu’à 6.000 enfants par jour

Le coronavirus pourrait indirectement tuer jusqu’à 6.000 enfants par jour
Photo News.

La lutte contre le coronavirus pourrait avoir des effets indirects dévastateurs dans les pays pauvres, comme la mort de 6.000 enfants chaque jour dans les six prochains mois, a mis en garde mercredi l’Unicef, appelant à une action urgente.

Selon le pire des trois scénarios envisagés dans une étude de l’université américaine Johns Hopkins, jusqu’à 1,2 million d’enfants de moins de cinq ans vivant dans 118 pays pourraient mourir en six mois, victimes d’une couverture sanitaire perturbée par les efforts pour lutter contre la propagation de la maladie du Covid-19, explique l’agence onusienne dans un communiqué.

Ces décès s’ajouteraient aux 2,5 millions d’enfants de cette tranche d’âge qui meurent déjà chaque semestre dans ces pays.

Sur la même période, jusqu’à 56.700 femmes pourraient également succomber en raison d’une baisse des soins avant et après l’accouchement, en plus des 144.000 qui meurent à l’heure actuelle.

Ce bilan annihilerait « des décennies de progrès dans la réduction des morts évitables chez les enfants et les mères », a déploré la directrice de l’Unicef, Henrietta Fore. « Nous ne devons pas laisser les mères et les enfants être les victimes collatérales du combat contre le virus » qui a fait près de 290.0000 morts dans le monde, a-t-elle ajouté dans un communiqué.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous