Kinepolis, dont les cinémas sont fermés, dispose de liquidités suffisantes face à la crise

Au début de la pandémie de Covid-19, Kinepolis disposait de près de 70 millions d'euros de liquidités et d'une ligne de crédit de 120 millions d'euros.

Le groupe est parvenu à faire passer de 70 à 80% la part variable de ses coûts opérationnels. Des efforts ont également été consentis au niveau du management, tels que des réductions salariales volontaires ou le report de leur paiement par le management exécutif et senior, la réduction des honoraires du conseil d'administration et le report de paiement des bonus de l'année 2019. Aucun dividende ne sera versé et tous les investissements non-urgents ou pour lesquels aucun engagement n'avait encore été pris ont été annulés.

Kinepolis a compté 8 millions de visiteurs dans ses cinémas au premier trimestre, ce qui est 9,1% de moins qu'au premier trimestre 2019.

En Belgique, Kinepolis a totalisé 1,61 million de visiteurs, soit 12,7% de moins par rapport à la même période de 2019 mais jusqu'à la fermeture des cinémas à la mi-mars, la fréquentation était en augmentation de 2,9% dans notre pays.

Cette baisse de fréquentation a logiquement pesé sur la rentabilité et les bénéfices de Kinepolis, qui ne peut pas encore évaluer l'impact concret sur base annuelle de la crise du coronavirus.

"Nous avons hâte de pouvoir rouvrir bientôt les portes de nos cinémas (...). Nous avons élaboré un protocole visant à protéger les visiteurs et les collaborateurs, et ce en concertation avec les fédérations sectorielles et les autorités locales. Les cinémas offrent un moyen de se divertir proche de chez soi, dans un environnement contrôlable, et permettent d'élargir les possibilités de loisirs limitées cet été", commente le CEO du groupe, Eddy Duquenne.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous