L' eBook pour s'évader d'un quotidien toujours un peu confiné

L' eBook pour s'évader d'un quotidien toujours un peu confiné

Si la Belgique est entrée dans la seconde phase de son déconfinement progressif et s'il est désormais possible de revoir quelques proches, rester chez soi continue de rester la norme pour de nombreux Belges.

Entre les jeux vidéo, Netflix, la télévision, et les vidéoconférences, on passe le temps comme on peut lorsqu'on ne (télé)travaille pas. Quid de la lecture ? La plupart des librairies n'ont rouvert leurs portes que ce lundi, mais cela n'a pas vraiment empêché de nombreuses personnes de dévorer les derniers romans à la mode, du moins virtuellement.

« Avec le confinement, on a effectivement constaté une explosion des chiffres confie Philippe Goffe, administrateur du portail numérique des librairies francophones de Belgique, Librel. En ce qui concerne les achats de livres numériques, l'augmentation est d'environ 330%. Et c'est encore plus flagrant en ce qui concerne les livres mis à disposition à titre gracieux puisque les téléchargements ont bondi de 1300% ». Du jamais vu pour la plateforme qui existe depuis sa création en 2015.

Science-fiction et fantasy

Des chiffres particulièrement encourageants, donc, pour un secteur qui reste encore marginal. « Entre 40.000 et 50.000 livres sont disponibles sur le site. Et la plupart des nouveautés sortent désormais en version papier et en version numérique. Les livres de science-fiction et de fantasy sont parmi les plus populaires de même que les romans et les enquêtes policières. Mais il est aussi possible de trouver de nombreux essais traitant de philosophie qui se destinent à un public plus érudit ».

Il est aisé de comprendre l'engouement pour les livres numériques. Alors que chacun limite ses déplacements au maximum, il suffit souvent de quelques clics pour trouver immédiatement le livre recherché et le télécharger dans la foulée pour le lire sur son support préféré.

Car au delà de l'avantage non négligeable de pouvoir transporter toute une bibliothèque numérique dans un seul appareil à prendre partout avec soi, le format des livres numériques est remarquablement uniforme malgré leur jeune âge relatif. Souvent au format EPUB, ils sont donc lisibles sur une multitude d'appareils. En règle générale, on reçoit six codes de téléchargement à l'achat d'un livre électronique. Il est donc tout à fait possible d'offrir le livre à un proche.

« On peut lire un EPUB sur un ordi, un smartphone, une tablette, etc... A titre personnel, je recommande l'utilisation de liseuses. Contrairement aux écrans d'ordinateur, ces dernières ne sont pas rétroéclairées et offrent donc davantage de confort de lecture pour les yeux. Pour les bandes dessinées, l'utilisation d'une tablette est préférable si on ne veut pas perdre les couleurs des cases. Toutefois j'ai l'impression que les plus jeunes lecteurs ont moins de mal à lire directement sur leurs smartphones et sont moins gênés par la taille réduite de l'écran ».

Le prêt, idéal pour tester

Un frein toutefois : étant donné la frilosité de certaines maisons d'édition à diffuser leurs ouvrages par peur du piratage, beaucoup de livres numériques sont protégés virtuellement contre la contrefaçon. « On appelle ces protections DRM pour « digital right management ». Et ces derniers demandent au lecteur de se connecter pour avoir accès au livre.

Mais pas obligé de passer à la caisse pour se lancer à corps perdu dans la lecture d'EPUB. La plateforme Lirtuel.be de la Fédération Wallonie Bruxelles permet ainsi d'emprunter gratuitement jusqu'à huit livres durant un mois. Il suffit pour cela d'être inscrit dans une bibliothèque publique de Wallonie ou de Bruxelles.

Et en cette période de crise sanitaire, l'inscription en bibliothèque n'est cependant pas nécessaire. « On a constaté un très fort engouement depuis le début de la crise explique Alexandre Lemaire, responsable de la cellule numérique du Service de la Lecture publique de la FWB. On est passé de 6.000 prêts par mois à 17.000. On a bien compris que la demande allait augmenter, c'est la raison pour laquelle on a décidé d'ouvrir la plateforme à tout le monde puisqu'il peut être compliqué de s'inscrire en bibliothèque en ce moment. La plateforme a déjà convaincu 14.000 usagers réguliers.

Pour peu qu'on dispose d'un écran chez soi, il n'y a donc aucune raison de ne pas se lancer.

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Ce qui nous a guidés, c’est la nécessité de maintenir le pluralisme sur le marché des médias
», insiste Bénédicte Linard.

    Bénédicte Linard: «Nous n’avons pas fait un chèque en blanc à RTL»

  2. «
Je suis effaré de voir que si le taux de mortalité hennuyer rejoignait la moyenne belge 2330 décès seraient évités chaque année
!
», affirme le recteur Philippe Dubois

    Le recteur de l’UMons veut un master en médecine dans son université

  3. Lise Bourdeau-Lepage, géographe
: «
Il faut multiplier les espaces verts, qui contribuent à diminuer le stress, le sentiment d’isolement des habitants et même le taux de criminalité.
»

    Pascal Smet: «Il faut repenser la ville, l’apaiser, la verduriser»

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 24: la carpe

    Avant-hier, il s’est passé un truc incroyable.

    On a sauvé une vie. Bon, pas à l’hôpital comme on l’aurait tous rêvé pour donner enfin un sens à nos existences, non, dans la rue, comme ça, en revenant des courses.

    Le magasin est deux blocs plus loin. On marchotte gentiment quand, en passant devant la petite dame au jardin japonais – attention, il n’y a rien de condescendant dans ce « petite dame », elle est vraiment, vraiment toute petite, comme Bonnemine dans Astérix, la même morphologie, mais toujours bronzée et vêtue d’imprimés provençaux –, donc en passant devant chez la petite dame au jardin japonais… Hum. Attendez.

    Il faut vous décrire un peu avant de commencer. C’est une maison de rangée, dans un quartier où elles sont toutes pareilles : briques jaunes, une porte, une fenêtre, un jardinet en front de rue. Elle, elle a mis une grille au-dessus du muret pour ne pas que les jeunes viennent s’asseoir...

    Lire la suite

  • Avis à Emmanuel Macron: on n’a pas deux fois l’occasion de faire bonne impression

    Et donc, en France, c’est le Président qui a un gros problème – des politologues le disent même détesté –, c’est son Premier ministre qui est populaire, mais c’est ce dernier qui remet son tablier.

    Il est trop tôt pour prendre la totale mesure du « changement » que veut imprimer un Président en grande difficulté en remplaçant Édouard Philippe par le haut fonctionnaire Jean Castex. Il faudra attendre la composition du gouvernement et vérifier s’il y a, par exemple, constitution d’...

    Lire la suite