Accueil Société

Congé prénatal et travail: une situation discriminatoire enfin corrigée

Une proposition de loi préservant le repos d’accouchement a été adoptée.

Temps de lecture: 2 min

La commission des affaires sociales de la Chambre a approuvé mardi une proposition de loi déposée par les écologistes – en collaboration avec les deux partis socialistes, le MR et le CD&V – et visant à préserver le repos d’accouchement de quinze semaines des femmes enceintes.

Cette proposition de loi, déposée par la députée Evita Willaert (Groen), permet d’assimiler le chômage temporaire à du travail et donc de ne pas pénaliser les mères dans le cadre de leur congé prénatal, ont expliqué les écologistes.

Un amendement de la députée Nahima Lanjri (CD&V) précise que ce droit est maintenu en cas de maladie ou d’incapacité de travail.

Une situation discriminatoire

Selon la loi actuellement en vigueur, les femmes enceintes ne peuvent reporter leur congé prénatal après l’accouchement que si elles ont travaillé pendant les semaines précédant l’accouchement. Dans l’état actuel des choses, cette loi pénalise donc les femmes enceintes qui se sont retrouvées au chômage temporaire en raison de la crise Covid-19 et ne peuvent ou ne pourront donc, de facto, pas reporter leur congé prénatal après l’accouchement.

« Il était important pour nous de réparer cette situation injuste et discriminatoire », a souligné la députée Ludivine Dedonder (PS), cosignataire du texte, dans un communiqué.

« Déjà avant la pandémie, nous avions proposé un texte similaire visant à éviter que les femmes dans l’incapacité de travailler soient pénalisées par une diminution de la durée de leur repos d’accouchement, » a souligné Marie-Colline Leroy, députée fédérale Ecolo-Groen et présidente de la Commission Affaires sociales. « La crise Covid-19 avait mis fin à la discussion mais, aujourd’hui, et davantage encore qu’il y a quelques mois, ces futures mamans doivent être soutenues. Il est impensable qu’une maman voie son congé postnatal raboté en raison de circonstances indépendantes de sa volonté, qu’elle ait été mise en chômage temporaire ou qu’elle soit malade. Elle ne peut être pénalisée deux fois », a-t-elle ajouté.

Le texte aura un effet rétroactif au 1er mars dernier.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par LIENARD NORBERT, mercredi 13 mai 2020, 13:33

    Ne jamais perdre de vue que cette loi avait été prise suite à de nombreux abus

  • Posté par LIENARD NORBERT, mercredi 13 mai 2020, 15:43

    Vous savez combien j en ai connues qui disaient qu elles allaient travailler jusqu'à la fin de la grossesse mais s absentaient souvent ? Soit vous êtes jeunes soit vous êtes hypocrite

  • Posté par Jadot Jacqueline, mercredi 13 mai 2020, 14:55

    des abus?? de maladie?? On parle de femmes enceintes ici, mais bien sûr, ce commentaire a été ecrit par un homme.

Sur le même sujet

Aussi en Société

Entretien Ovidie: «Le porno est devenu la vraie vie»

L’ex-actrice porno décortique sur tous les fronts médiatiques l’influence de l’industrie pornographique. Penseuse du rapport au corps et des sexualités, elle s’adresse aux adolescentes dans « Tu n’es pas obligée… » pour decrypter les injonctions qu’elles subissent à propos de leur apparence et de leur sexualité.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko