Coronavirus - Ryanair demande un effort salarial de 20% aux pilotes et de 10% au personnel de cabine

"Ryanair doit mettre toutes les cartes sur la table", plaident ainsi ACV Puls et CNE. Selon eux, la compagnie aérienne irlandaise a demandé aux travailleurs de tous les pays ce qu'ils sont prêts à abandonner pour rester à bord.

"En Belgique, la compagnie demande une réduction de 10% des salaires du personnel de cabine et de 20% de ceux des pilotes", détaille Didier Lebbe, secrétaire permanent CNE. Une proposition similaire a été faite dans plusieurs pays européens, à l'entendre, une manière de les mettre en concurrence. "Pour ceux qui acceptent, il y aura moins de licenciements", résume le syndicaliste.

Des pourparlers sont en cours entre les syndicats des pays concernés et une réponse commune sera envoyée à Ryanair, glisse encore Didier Lebbe.

"Les syndicats veulent s'asseoir à la table des négociations mais ne sont pas prêts à répondre à toutes les demandes juste comme ça", prévient son homologue flamand Hans Elsen, secrétaire de l'ACV Puls.

Si Ryanair veut licencier des employés en Belgique, le syndicat chrétien insiste en tous les cas sur le respect de la loi Renault sur les licenciements collectifs. Les négociations qui auront lieu dans ce cadre pourront alors déboucher sur la prise éventuelle de mesures.

"Nous voulons savoir exactement combien d'emplois ils veulent supprimer dans chaque pays", insiste Hans Elsen, qui demande au groupe Ryanair de "jouer cartes sur table". Le syndicat chrétien souhaite également connaître les raisons exactes qui poussent l'entreprise à vouloir couper aussi profondément dans ses effectifs.

En Belgique, à la suite de la crise, Ryanair a eu recours au système de chômage économique pour son personnel de cabine et ses pilotes. "De cette manière, Ryanair a également bénéficié du soutien des contribuables belges", relève le syndicaliste flamand. Mais l'entreprise n'a toujours pas rempli ses obligations vis-à-vis de l'Onem, empêchant de la sorte le paiement des indemnités aux salariés concernés. "La situation commence à devenir dramatique pour le personnel de cabine", s'inquiète Hans Elsen.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous