L'Ukraine adopte une loi bancaire pour obtenir l'aide du FMI

Portant des masques et des gants, 270 députés ont voté en faveur de ce document. Il en fallait 226 pour qu'il soit adopté.

Surnommé "loi anti-Kolomoïsky", ce texte interdit d'annuler la nationalisation de la Privatbank, une décision qui est contestée par son ex-propriétaire, le sulfureux oligarque Igor Kolomoïsky.

Présent dans l'hémicycle, le président Volodymyr Zelensky a appelé à "soutenir" ce document pour "protéger l'économie" du pays, un des plus pauvres d'Europe, durement frappée par la pandémie de coronavirus. "Cette loi a traîné trop longtemps", a-t-il ajouté alors que l'examen du texte a été retardé par le dépôt de plus de 16.500 amendements après sa première lecture fin mars, un chiffre sans précédent en Ukraine.

La majeure partie de ces amendements ont été déposés par un groupe de députés appartenant au parti présidentiel mais considérés comme loyaux à M. Kolomoïsky.

Elu en 2019 notamment avec le soutien de l'empire médiatique de l'oligarque, M. Zelensky a ensuite tenté de prendre ses distances avec son ancien allié.

La nouvelle loi "ouvre la voie" au déblocage d'une aide du FMI attendue dans "deux à trois semaines", qui permettra à Kiev d'"éviter un défaut de paiement", a estimé sur Facebook Serguiï Foursa, expert du groupe d'investissement Dragon Capital.

Le FMI négocie avec Kiev une aide d'environ cinq milliards de dollars sur 18 mois permettant au gouvernement de répondre à court terme à l'impact de la pandémie de coronavirus qui pourrait, selon des experts ukrainiens, faire perdre au pays 5% à 10% de PIB en 2020.

Avant la pandémie, l'économie ukrainienne commençait à peine à se reprendre après avoir perdu plus de 16% du PIB dans les années 2014-2015 suite à l'annexion par la Russie de sa péninsule de Crimée et le déclenchement d'une guerre avec les séparatistes prorusses dans l'est du pays.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous