Coronavirus - Les Bourses européennes déchantent à mesure que les déconfinements progressent

L'indice phare de la place parisienne, le CAC 40, a perdu 2,85% tandis que Francfort s'est replié de 2,56% et Londres de 1,51%. Madrid a pour sa part reculé de 1,94% et Milan de 2,14%.

Le président de la Réserve fédérale américaine (Fed) Jerome Powell a prévenu mercredi dans un discours que les dommages de la pandémie sur la première économie mondiale pourraient être "durables", ce qui justifie selon lui des plans d'aides d'urgence "coûteux" mais incontournables pour éviter une profonde récession.

A ce jour, le Congrès a fourni quelque 2.900 milliards de dollars de soutien budgétaire aux ménages, aux entreprises, aux prestataires de soins de santé ainsi qu'aux Etats et collectivités locales.

Soulignant que la "reprise pourrait prendre un certain temps avant de s'accélérer", M. Powell estime que des aides supplémentaires seront probablement nécessaires pour combattre l'impact du coronavirus.

Le patron de la Fed "a surtout eu l'air de dire que c'était davantage le rôle de la politique budgétaire à partir de maintenant de relancer l'économie", et ne semble pas vouloir "initier une nouvelle étape dans la politique monétaire", commente auprès de l'AFP Daniel Larrouturou, un analyste de Dôm Finance.

Le marché s'aperçoit aussi que la reprise de l'activité "est beaucoup plus lente que prévu, à la fois en Europe et aux Etats-Unis, tout en craignant une "éventuelle deuxième vague de l'épidémie", selon M. Larrouturou.

Face à une catastrophe sanitaire mondiale qui a déjà fait plus de 290.000 morts sur la planète, avec des bilans de contaminations qui repartent à la hausse dans plusieurs pays et qui semblent nettement sous-estimés dans d'autres, tous les Etats tentent de trouver le difficile équilibre entre mesures destinées à enrayer la propagation de la maladie et décisions propres à relancer des économies affectées par une crise sans précédent.

L'Union européenne a ainsi appelé mercredi ses membres à rouvrir leurs frontières intérieures pour faciliter le tourisme. L'Allemagne vise pour sa part une levée à la mi-juin des restrictions de circulation mises en place à ses frontières.

Sur le front macroéconomique, la production industrielle s'est écroulée en mars (-11,3%) dans la zone euro avec la mise en place des mesures de confinement.

En matière de valeurs, ArcelorMittal a terminé dans le bas du classement à Paris (-8%).

Des deux côtés du Rhin, le secteur automobile a souffert alors que Moody's a abaissé une nouvelle fois ses prévisions pour le marché mondial, tablant sur une chute de 20% en 2020 contre -14% attendu précédemment: à Paris, Peugeot a chuté de 5,97% et Renault a cédé 0,51%.

A Francfort, Volkswagen, qui va interrompre en mai pendant quelques jours certaines lignes de montage, tout juste rouvertes, a abandonné 5,83%. Continental a plongé de 7,63%, Daimler de 6,46% et BMW de 4,19%.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous