Marc Van Ranst: «L’ouverture des commerces et les réunions de famille donnent plus d’opportunités au virus de se propager»

Marc Van Ranst: «L’ouverture des commerces et les réunions de famille donnent plus d’opportunités au virus de se propager»

Invité par VTM News, le virologue Marc Van Ranst s’est montré optimiste quant à la nouvelle phase de déconfinement belge. « Les assouplissements qui entreront en vigueur lundi devraient bien fonctionner, » a-t-il indiqué.

On se souvient qu’il s’était montré plus prudent et inquiet suite à l’ouverture des magasins et à l’autorisation des visites familiales.

Des mesures difficiles à appliquer ?

Le virologue a admis ne pas savoir comment aller chez l’esthéticienne avec un masque par exemple. « Nous devrions essayer d’utiliser notre bon sens là aussi. Si vous ne pouvez vraiment pas garder votre masque buccal, vous ne pouvez pas. À d’autres moments, vous le mettez »

M. Van Ranst a souligné que les spécialistes de la santé et les coiffeurs devront toujours porter un masque buccal pendant leur travail. « Ce qu’il faut faire, c’est réduire les risques. Exclure complètement le risque, ce n’est pas possible. »

Quels effets des précédents relâchements ?

Le virologiste s’est montré prudemment optimiste quant à l’efficacité de cette nouvelle phase de déconfinement. Il voit surtout un danger dans la phase précédente.

« Nous avons maintenant pris un certain nombre de mesures. Nous commençons seulement à voir l’effet de la première étape. Nous devons maintenant attendre et suivre les chiffres de très près et espérer que tout va dans la bonne direction. Mais bien sûr, nous donnons maintenant plus d’opportunités au virus de se propager. »

Van Gucht justifie des choix prudents

Interrogé par le journal De Morgen, Steven Van Gucht partage cette analyse. « Vers le 25 mai, nous pourrons seulement constater l’effet de l’ouverture des magasins du 11 mai. »

C’est pourquoi il est si difficile de relâcher davantage les mesures, même si des secteurs font pression. « Il est beaucoup plus difficile d’autoriser les réunions de personnes à l’intérieur, par exemple dans les cafés, les restaurants ou pour des activités culturelles, » explique M. Van Gucht.

Selon M. Van Gucht, il existe un risque réel que le nombre d’infections monte à nouveau en flèche. Même si les chiffres du centre de crise montrent que la pression sur les hôpitaux continue de baisser. Il y a maintenant 2.014 patients atteints de Covid-19 à l’hôpital.

« J’espère que tout restera sous contrôle. Mais s’il s’avère que nous avons relâché la pression trop rapidement ou si les gens ne respectent pas les mesures, il existe des modèles qui prédisent que les hôpitaux seront à nouveau sous pression à partir du mois d’août. J’ai aussi des craintes pour l’automne et l’hiver à venir. Si d’autres virus circulent comme la grippe, il sera plus difficile de trouver et de surveiller les personnes présentant des symptômes du coronavirus. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous