Coronavirus - Les Allemands préparent un retour en Chine pour les milieux d'affaires

A terme, l'idée est de faire bénéficier d'autres pays européens d'une procédure spéciale d'entrée en Chine, a déclaré à l'AFP Joerg Wuttke, président de la Chambre de commerce de l'UE en Chine.

Redoutant un retour du Covid-19 via l'étranger, Pékin a fermé fin mars ses frontières à tous les porteurs de visa, y compris les titulaires de permis de résidence. Beaucoup d'entre eux sont ainsi bloqués à l'étranger après avoir quitté la Chine en début d'année du fait de l'épidémie qui s'est ensuite propagée dans le monde entier. Les vols à destination de la Chine ont en outre été drastiquement réduits.

Le gouvernement chinois a depuis négocié des procédures spéciales de retour en Chine avec la Corée du Sud et Singapour.

Une discussion similaire est en cours avec l'Allemagne, a indiqué à l'AFP Jens Hildebrandt, directeur de la Chambre de commerce allemande pour la Chine du nord.

A Berlin, le ministère des Affaires étrangères a confirmé être en discussions avec des entreprises allemandes ainsi qu'avec Pékin "pour évaluer comment gérer les restrictions d'entrée sur le territoire chinois".

Le dispositif permettrait à quelque 200 dirigeants d'entreprise allemands de rentrer en Chine à bord d'un avion qui pourrait décoller dès le 25 mai de Francfort à destination de Shanghai, selon une circulaire de la Chambre dont l'AFP a pris connaissance.

D'autres avions pourraient suivre si cette première tentative fonctionne, selon M. Hildebrandt.

Selon M. Wuttke, le premier vol serait assuré par Lufthansa. Une procédure similaire pourrait ensuite être engagée pour des ressortissants suisses et autrichiens, la compagnie allemande étant la maison-mère de Swiss et d'Austrian Airlines, a-t-il souligné.

La liste des passagers devra être approuvée par les autorités chinoises qui délivreront des visas ou réactiveront les visas existants, selon la circulaire de la Chambre de commerce.

Les passagers devront se soumettre à un test de dépistage avant leur départ et à l'arrivée en Chine, où ils observeront une quarantaine de deux jours.

Le vol sera réservé aux personnes dont la présence est nécessaire en Chine à des fins économiques, commerciales, scientifiques ou technologiques ou bien pour des raisons humanitaires urgentes.

Volkswagen, premier constructeur automobile en Chine, a fait part à l'AFP de son intérêt pour participer à l'opération.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous