Les Belges ont pris deux fois moins de congés à cause du coronavirus

Les Belges ont pris deux fois moins de congés à cause du coronavirus
Shutterstock

C’est une autre conséquence de la crise qui pourrait bien donner quelques tracas aux responsables RH des entreprises dans les prochains mois. Selon une étude réalisée par le secrétariat social Securex, durant les vacances de Pâques, peu de travailleurs ont choisi de prendre du repos. Ce n’est pas vraiment une surprise, mais le phénomène est ici chiffré. En avril, les employés ont pris moitié moins de jours de congé par rapport au même mois l’année passée. La chute est encore plus frappante chez les ouvriers, avec 60 % de jours de repos en moins, toujours pour avril.

Les explications sont multiples : il y a d’abord tous les travailleurs qui sont en chômage temporaire et qui donc n’ont pas pris de congés. « D’autres ont l’habitude de prendre des vacances pour être à la maison avec leurs enfants, mais ils le sont déjà car ils télétravaillent. Ils ont donc estimé que ce n’était pas nécessaire », observe Heidi Verlinden, HR Research Expert chez Securex. « Il y a aussi ceux qui préfèrent épargner des jours de repos pour mieux s’organiser cet été, si les camps de vacances pour enfants ou les activités sportives sont annulés par exemple. Enfin, dans les secteurs essentiels, les structures ont besoin de leur personnel, qui n’a pas pris de vacances », poursuit notre interlocutrice.

Une absence de repos qui pourrait bien perdurer. « Tant que le chômage temporaire reste possible et que le travail à domicile reste la norme pour de nombreux travailleurs, le besoin de vacances sera, surtout pour les secteurs non essentiels, inférieur à la normale », prédit Heidi Verlinden.

Une vague de congés à l’automne ?

Faut-il dès lors craindre une vague inédite de congés à partir du mois de septembre ? « Oui, c’est une possibilité, même si ça va dépendre de l’évolution de la situation. Mais c’est vrai que tous ceux qui veulent partir en voyage à l’étranger par exemple attendront probablement que ce soit possible pour poser leurs congés ».

Securex, qui s’est basé sur les données de près de 30.000 entreprises pour son étude, incite dès lors les entreprises à se pencher sérieusement sur les plannings de vacances pour le reste de l’année. « Une bonne répartition des jours est importante pour le travailleur, qui doit pour éviter un stress continu. Mais aussi bien sûr pour le bon fonctionnement de l’entreprise », poursuit Heidi Verlinden qui souligne que le volet « congés » doit faire partie intégrante de la préparation après-Covid. « Nous pouvons déjà constater que de nombreux employeurs demandent à leur personnel de prendre volontairement leur minimum légal de 20 jours de vacances au plus tard cet été », constate de son côté Iris Tolpe, Partner chez Securex Consulting.

Quand le Belge prend-il ses vacances ?

En 2019, 72 % des congés payés avaient déjà été pris à la fin du mois d’août. Mais dans le détail, des différences existent entre les ouvriers et les employés, qui bénéficient de plus de jours « off » que le minimum légal. Securex constate ainsi que les ouvriers prennent la moitié de leurs congés pendant les mois d’été, tandis que les employés n’en prennent qu’un tiers (31 %) durant cette période. Les employés étalent davantage leurs congés sur l’année et ont une préférence pour les vacances scolaires.

Sur le même sujet
VacancesPâques
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Ce qui nous a guidés, c’est la nécessité de maintenir le pluralisme sur le marché des médias
», insiste Bénédicte Linard.

    Bénédicte Linard: «Nous n’avons pas fait un chèque en blanc à RTL»

  2. «
Je suis effaré de voir que si le taux de mortalité hennuyer rejoignait la moyenne belge 2330 décès seraient évités chaque année
!
», affirme le recteur Philippe Dubois

    Le recteur de l’UMons veut un master en médecine dans son université

  3. Lise Bourdeau-Lepage, géographe
: «
Il faut multiplier les espaces verts, qui contribuent à diminuer le stress, le sentiment d’isolement des habitants et même le taux de criminalité.
»

    Pascal Smet: «Il faut repenser la ville, l’apaiser, la verduriser»

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 24: la carpe

    Avant-hier, il s’est passé un truc incroyable.

    On a sauvé une vie. Bon, pas à l’hôpital comme on l’aurait tous rêvé pour donner enfin un sens à nos existences, non, dans la rue, comme ça, en revenant des courses.

    Le magasin est deux blocs plus loin. On marchotte gentiment quand, en passant devant la petite dame au jardin japonais – attention, il n’y a rien de condescendant dans ce « petite dame », elle est vraiment, vraiment toute petite, comme Bonnemine dans Astérix, la même morphologie, mais toujours bronzée et vêtue d’imprimés provençaux –, donc en passant devant chez la petite dame au jardin japonais… Hum. Attendez.

    Il faut vous décrire un peu avant de commencer. C’est une maison de rangée, dans un quartier où elles sont toutes pareilles : briques jaunes, une porte, une fenêtre, un jardinet en front de rue. Elle, elle a mis une grille au-dessus du muret pour ne pas que les jeunes viennent s’asseoir...

    Lire la suite

  • Avis à Emmanuel Macron: on n’a pas deux fois l’occasion de faire bonne impression

    Et donc, en France, c’est le Président qui a un gros problème – des politologues le disent même détesté –, c’est son Premier ministre qui est populaire, mais c’est ce dernier qui remet son tablier.

    Il est trop tôt pour prendre la totale mesure du « changement » que veut imprimer un Président en grande difficulté en remplaçant Édouard Philippe par le haut fonctionnaire Jean Castex. Il faudra attendre la composition du gouvernement et vérifier s’il y a, par exemple, constitution d’...

    Lire la suite