Champion, relégation, Coupe: la Pro League vote ce vendredi le dénouement du championnat et ses conséquences

Photonews
Photonews

Le vote pour mettre définitivement fin à la saison 2019-2020 ne semble être qu’une formalité. Il y a moins d’unanimité sur la façon dont les compétitions de D1A et D1B devraient être conclues, sur les conséquences à donner au classement et sur la physionomie du football professionnel belge la saison prochaine.

Le 2 avril, le Conseil d’administration de la Pro League a estimé qu’il valait mieux mettre un terme au championnat de football professionnel après 29 journées de Jupiler Pro League. Une recommandation du conseil d’administration, motivée par l’incertitude quant à l’impact de la crise du coronavirus. Mais la décision finale appartient à l’assemblée générale de la Pro League. Le vote a été reporté à quatre reprises, dans l’attente des mesures du gouvernement liées à la Covid-19 et du verdict final sur les multiples dossiers de licence en attente.

Comme le Conseil national de sécurité (CNS) interdit les compétitions sportives jusqu’au 31 juillet et que l’UEFA demande aux fédérations nationales d’attribuer les billets européens avant le 3 août, l’achèvement des championnats belges est irréaliste. Toutefois, il est encore possible d’organiser un nombre limité de rencontres les 1er et 2 août, à huis clos ou non. Notamment la finale retour de la division 1B, mais surtout la finale de la Coupe. La plupart des clubs s’accordent à dire que l’apothéose de la Croky Cup peut encore avoir lieu.

Quel format pour la D1A et D1B ?

Dans l’intervalle, un groupe de travail de neuf membres de la Pro League a étudié la meilleure façon de conclure la saison en cours, la manière dont les billets européens peuvent être distribués et la forme que prendra la saison prochaine. Ce groupe de travail, composé de Pierre François, CEO de la Pro League, Nils Van Brantegem, directeur financier de la Pro League, Peter Croonen (Genk), Michel Louwagie (La Gantoise), Karel Van Eetvelt (RSC Anderlecht), Eddy Cordier (Zulte Waregem), Joseph Allijns (KV Courtrai), David Meekers (Saint-Trond) et Philippe Bormans (Union), a travaillé en coulisses sur un certain nombre de scénarios et les présentera au vote vendredi.

Bien que ce groupe de travail ait été mandaté par la Pro League, les autres clubs n’ont pas pu résister à l’envie de partager leur vision et de la mettre à l’ordre du jour vendredi. Entre autres, le Club Bruges, qui espère être sacré champion sur tapis vert, propose de jouer la saison prochaine avec 18 équipes en D1A, qui comprendrait le relégué sportif Waasland-Beveren, et les deux finalistes de D1B Oud Heverlee Louvain et Beerschot. Après 34 journées, le classement final serait établi, il n’y aurait donc plus de play-offs. Ceci a été imaginé en anticipant un début de saison 2020-2021 retardé en raison de l’incertitude actuelle, d’une résurgence du coronavirus et de l’Euro 2021.

La proposition du Club Bruges est largement soutenue et constitue la piste du plus large consensus. Tout autre scénario comporte un risque accru de poursuites judiciaires. Pourtant, un championnat à 18 clubs en D1A a été sérieusement entamé ces derniers jours. Après la faillite de Lokeren, la D1B a également perdu Roulers et Virton, qui n’ont pas obtenu leur licence pro auprès de la Cour belge d’arbitrage pour le sport (CBAS). Dans le scénario de 18 équipes de première division, il ne resterait que sept équipes potentielles en deuxième division (Westerlo, Union, Lommel, Deinze, Seraing, RWDM et Lierse Kempenzonen). Personne n’imagine une compétition de D1B avec moins de huit équipes professionnelles. Elle pourrait éventuellement être complétée par des équipes espoirs.

Des visions différentes sur la fin de saison et la suite

La question reste de savoir si la proposition du Club Bruges d’une compétition à 18 équipes serait temporaire. Le KRC Genk indique explicitement que la saison 2020-2021 devrait être une année de transition. La saison suivante, le système actuel de seize équipes et de play-offs devrait être de retour, selon les Limbourgeois. Genk réduirait de moitié les points après 34 journées de jeu, de sorte que les play-offs se poursuivraient dans une version raccourcie. Les quatre premiers jouent pour le titre et les billets européens. Les clubs classés entre les 5e et 8e places se disputeraient le dernier billet européen. Si le coronavirus reprend le dessus, Genk propose de terminer la compétition après 34 journées, sans matchs de play-offs.

Le Standard est également intervenu dans le débat et a plaidé pour la cohérence. Si le Club Bruges est désigné champion, Waasland-Beveren doit également être relégué et la finale retour de la D1B être jouée, selon les Rouches. Si Waasland-Beveren ne doit pas être relégué, il n’y a pas de candidat à la montée et pas de champion. La proposition de Liège n’est pas à l’ordre du jour de la Pro League, mais le plaidoyer pour la cohérence a été entendu. Entre les lignes, le Standard s’est déclaré en faveur d’un championnat à 16 équipes et des play-offs la saison prochaine.

Si une large majorité (80 %) n’est pas en faveur d’un arrêt de la compétition, Genk proposera un vote sur l’annulation de la saison 2019-2020.

Dans ce cas, aucun champion ne sera couronné, il n’y aura pas de montant, ni de descendant et les billets européens seront distribués sur la base du classement actuel après les 29 journées de championnat disputées. Cette solution a été adoptée aux Pays-Bas.

Genk, champion national en titre, estime que dans une telle situation la saison ne devrait avoir aucune incidence sur le coefficient de calcul du G5 ou sur la clé de répartition du contrat média. Selon Genk, seuls 50 % des votes sont nécessaires pour une telle annulation.

La solidarité financière également sur la table

Également à l’ordre du jour : la proposition d’une contribution de solidarité que les clubs européens devraient apporter. Le KRC Genk s’est battu pour cela et le RSC Anderlecht l’a rejoint. L’idée est de demander une contribution unique de 10 % sur les droits d’entrée obtenus par des clubs autorisés à jouer sur la scène européenne (y compris le solde des droits de télévision non attribués) et de la répartir entre les autres clubs.

Enfin, sur proposition du Club Bruges, il y aura un vote pour désigner une société externe chargée de réaliser un audit sur la procédure de licence du football professionnel. Elle est la conséquence de la décision surprenante de la Cour belge d’arbitrage pour le sport (CBAS) d’accorder une licence à Mouscron.

La règle générale est qu’une majorité simple de 50 % est requise pour soumettre un sujet à un vote. Le club de Lokeren, déclaré en faillite, ne siège plus à la Pro League. Les 44 voix de l’AG sont ainsi réparties : trois par club du G5, deux par club du K11 et une par club de D1B. Afin de mettre un terme immédiat à la saison et de modifier la formule pour la saison prochaine, une majorité de 80 % des voix est nécessaire.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Une image rare
: Musonda Jr en action (ici avec Vitesse Arnhem).

    Par Philippe Gerday

    Football international

    Pour Charly Musonda Junior, c’est la fin du calvaire

  • collage

    Par D.S.

    Standard

    Standard: quatre jeunes seront intégrés au noyau A

  • « Abbas Bayat interrompait parfois l’entraînement pour montrer aux joueurs comment ils devaient tirer ! »

    Par Philippe Dewitte

    Charleroi

    Mario Notaro: «À 70 ans, tu t’approches de la sortie de tout…»

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous