Le déconfinement jour après jour

Par Nicolas Vuille

Société

La rue Neuve rouverte, mais avec des sens de circulation pour piétons.
La rue Neuve rouverte, mais avec des sens de circulation pour piétons. - Photo EPA

Le déconfinement: semaine 1

Par Nicolas Vuille

Société

L’Italie a entamé aussi un déconfinement progressif.
L’Italie a entamé aussi un déconfinement progressif. - Photo EPA

La Belgique est entrée ce lundi 4 mai dans son premier jour de déconfinement, emboîtant le pas à d’autres pays européens, dont l’Allemagne et l’Italie. À pas prudents. Très prudents.

Lundi 4 mai – jour 1

Plusieurs nouveautés importantes en ce 1er jour de déconfinement (la phase 1A) : primo le masque est devenu obligatoire dans les transports ; secundo un certain nombre de magasins ont pu rouvrir, les merceries en particulier ; tertio les médecins généralistes reprennent leurs activités normales, ainsi que les kinés, quatro certains sports peuvent à nouveau être pratiqués, mais pas collectifs et moyennant un certain nombre de conditions.

On a observé des files devant les magasins de textile et autres merceries un peu partout dans le pays. Dans les transports en commun, le mot d’ordre de porter un masque semble relativement suivi, même si à Bruxelles on observe des passagers récalcitrants et dans les trains, certains ne portent le masque que lors de l’arrivée du contrôleur. Tout le monde n’a pas encore de masque, loin s’en faut !

À noter que les télétravailleurs en mode confiné ont dû rencontrer de grosses difficultés, ce lundi, à Bruxelles et en Wallonie, suite à la gigantesque panne de Voo. Idem pour les étudiants, dont certains passaient des examens en ligne  !

Du côté des médecins généralistes, hélas, toutes les promesses n’ont pas été tenues. Alors qu’ils devraient pouvoir réaliser des tests depuis ce lundi, ils n’ont reçu ni les écouvillons ni le matériel de protection nécessaires, selon l’Association belge des syndicats de médecins (Absym). Les kinés ont aussi repris les consultations ce lundi.

Pour le « tracing » – le traçage dira-t-on plus correctement en français, et le « testing » – les tests donc – la situation n’est pas encore idéale. Or c’est une condition essentielle pour la phase 1B qui devrait débuter lundi 11 mai, avec la réouverture des commerces.

Ailleurs dans le monde, l’Italie a repris le chemin du travail, ce lundi 4 mai. Usines, chantiers et bureaux rouvrent leurs portes pour 4,5 millions d’Italiens. Les écoles resteront portes closes jusqu’en septembre. Le Portugal rouvrait aussi ce lundi des petits commerces de rue, des salons de coiffure et des concessionnaires automobiles, après un mois et demi de fermeture. Il n’y a pas eu de ruée dans les boutiques.

En Espagne, certains petits commerces, comme les coiffeurs, peuvent désormais recevoir des clients individuellement sur rendez-vous. En Allemagne, les écoles ont rouvert progressivement dans certains Länder. Les coiffeurs lèvent le rideau, de même que lieux de cultes et musées. Athènes est aussi sortie de sa léthargie, avec notamment une ruée sur les coiffeurs.

Bilan du jour. Le pays a franchi ce lundi le cap des 50.000 cas, avec 361 cas supplémentaires, soit 50.267 depuis le début de l’épidémie. On dénombre 80 nouveaux décès (total 7.924 morts), 59 nouvelles hospitalisations (total 3.044 personnes actuellement hospitalisées, dont 655 en soins intensifs) et 361 cas (pour un total de 50.267).

Le président Trump visitant une usine de masques dans l’Arizona. Il porte des lunettes... mais pas de masque.
Le président Trump visitant une usine de masques dans l’Arizona. Il porte des lunettes... mais pas de masque.

Photo AFP

Mardi 5 mai – jour 2

Depuis ce mardi, la grande distribution est autorisée à vendre des masques. Plusieurs millions seront écoulés à prix coûtant, assure Comeos, la fédération des commerces, au tarif d’un peu plus de 30 € les 50 masques. S’il y a un léger supplément, Comeos affirme qu’il sera reversé à des œuvres caritatives.

Les autres commerces devraient rouvrir lundi prochain (11 mai). Certains trépignent d’impatience, les fleuristes en particulier. Ils ne comprennent pas pourquoi ils ne pourront rouvrir leurs enseignes… qu’au lendemain de la fête des mères. Pourquoi les jardineries sont-elles déjà ouvertes et pas les fleuristes ? Les représentants du secteur dénoncent cette injustice et demandent aux autorités… de leur faire une fleur en rouvrant dès ce week-end.

À Bruxelles, on prépare déjà les phases suivantes. Ce mardi, la rue de la Loi y a perdu une bande de circulation supplémentaire (passant de 4 bandes à 3) au profit des vélos. Et on songe aussi à réguler le flux des piétons, rue Neuve, avec des barrières instaurant un sens de déplacement. Objectif : éviter l’effet de masse avec des gens qui se croisent dans tous les sens.

Ce mardi, on apprenait que le premier condamné pour avoir enfreint les mesures de confinement (à plusieurs reprises) avait récidivé quelques jours plus tard. Il avait été condamné à une peine de travail de 125 heures par le tribunal correctionnel de Bruxelles. Cette fois, il risque jusqu’à trois mois d’emprisonnement et une amende de 4.000 euros. La traque des contrevenants ne se fait pas sans heurts : le comité P (Comité permanent de contrôle des services de police) a reçu déjà 111 plaintes introduites par des citoyens qui n’étaient pas satisfaits d’une amende « coronavirus ».

Ailleurs dans le monde . En Allemagne, le déconfinement s’accélère. La Bavière a dévoilé son propre programme : réouverture des restaurants à partir du 25 mai, des hôtels le 30. La Californie, premier État américain à avoir décrété le confinement, va commencer à alléger certaines mesures à la fin de la semaine, notamment au bénéfice des commerces. « C’est excitant de voir notre pays qui commence à rouvrir ! », a tweeté Donald Trump, avant la visite mardi d’une usine de masques en Arizona. La Russie a enregistré ce mardi un nouveau bond de plus de dix mille nouveaux cas de coronavirus en 24 heures, pour le troisième jour d’affilée, la plus rapide progression de la pandémie en Europe.

Bilan du jour.La barre de 8.000 décès a été franchie ce mardi en Belgique. On dénombre 97 nouveaux décès (pour un total de 8.016 morts), 84 nouvelles hospitalisations (total de 3.082 personnes actuellement hospitalisées, dont 646 en soins intensifs) et 242 nouveaux cas (pour un total de 50.509).

Sophie Wilmès présente les décisions du Conseil national de sécurité.
Sophie Wilmès présente les décisions du Conseil national de sécurité.

Photo Belga

Mercredi 6 mai – jour 3

La Première ministre, Sophie Wilmès, a détaillé ce mercredi les éléments de la phase 1B du déconfinement, un moment très attendu… et très suivi par les Belges confinés. Il en ressort primo que tous les commerces rouvriront bien lundi 11 mai (avec des masques recommandés, mais pas obligatoires), secundo que l’on pourra recevoir chez soi jusqu’à 4 personnes (toujours les mêmes, mais comment vérifier ?), tertio que les compétitions sportives ne reprendront pas avant août. Cerise sur le gâteau, la mesure pour recevoir à la maison sera d’application dès dimanche, fête des mères oblige.

Le Conseil national de sécurité a annoncé aussi ce mercredi qu’il ne sera pas possible de se rendre dans sa résidence secondaire, avant le 8 juin au plus tôt. Les bourgmestres de la côte ont tout de suite réagi pour le regretter, comme le mayeur d’Ostende. Il a affirmé que les propriétaires de résidence secondaire « sont les bienvenus à partir du 18 mai ». Même son de cloche à Blankenberge.

On n’ira pas tous à Torremolinos, ni à Coxyde, cet été. Beaucoup goûteront aux charmes de la Wallonie. Elle ne manque pas d’atouts, notamment avec Pairi Daiza. Las ! le parc animalier traverse une mauvaise passe : la direction a annoncé devoir se séparer d’une vingtaine de collaborateurs. Le confinement (des humains) a déjà entraîné une perte de près de 30 millions d’euros. Tous, tous, tous à Pairi Daiza !

Si le secteur aérien traverse une crise sans précédent, on a appris ce mardi que Wizz Air allait ouvrir une nouvelle ligne entre Charleroi et Vienne. Ce n’est pas pour demain, mais presque : Wizz Air annonce l’ouverture de cette ligne pour le 1er juillet ! À noter qu’un train de nuit relie depuis peu Bruxelles à la capitale autrichienne. Reste à savoir si les frontières de l’Europe vont s’ouvrir d’ici là ! La Grèce espère relancer son tourisme à la même date du 1er juillet. C’est un pilier de son économie, menacé de désastre si le confinement se poursuit plus longtemps !

Les amateurs de sports ont sans doute le moral en berne : la Première ministre a confirmé la suspension de toute activité sportive collective jusqu’au 31 juillet. Mais quid de la suite pour le foot notamment ? La saison sera-t-elle relancée, même à huis clos ? Il n’en est pas encore question. Ce qui remet la pression sur les 23 clubs professionnels.

Le déconfinement, lent et progressif, ne suffit pas à apaiser tous les esprits. Certains n’en peuvent plus. Des échauffourées ont eu lieu à Saint-Gilles, du côté de la place Bethléem. Et à Neufchâteau, c’est le bourgmestre, Dimitry Fourny, et plusieurs élus de sa liste qui ont été surpris par la police, alors qu’ils étaient réunis dans la buvette du club de football. Ils ont été mis à l’amende.

Ailleurs dans le monde. L’Allemagne a aussi présenté son plan de déconfinement, ce mercredi. La première économie européenne a prévu de lever la quasi-totalité des restrictions. Exceptions notables : la fermeture des frontières et l’interdiction des grandes manifestations sportives, festives ou culturelles avec du public.

L’Italie qui a amorcé également un déconfinement, voit le bilan de l’épidémie repartir à la hausse : 369 nouveaux décès ont été enregistrés lors des 24 dernières heures, contre 236 la veille. La Lombardie, région la plus sévèrement touchée, a été particulièrement endeuillée avec 222 nouvelles victimes.

Les États-Unis continuent de compter leurs morts. Le bilan s’avère effroyable avec 71.982 décès pour plus de 1,2 million de cas. « C’est pire que Pearl Harbor », « c’est pire que le World Trade Center », a déclaré Donald Trump depuis le Bureau ovale.

Bilan du jour. On observe un rebond de la mortalité en Belgique. On dénombre 339 décès (pour un total de 8.339 morts), 116 nouvelles hospitalisations (total de 2.849 patients actuellement hospitalisés, dont 646 en soins intensifs) et 272 nouveaux cas (pour un total de 50.781).

Plusieurs centaines de vestes de cuisiniers étendus sur les pavés de la Grand-Place de Bruxelles, symbole d’une profession en pleine déroute après plusieurs semaines de confinement.
Plusieurs centaines de vestes de cuisiniers étendus sur les pavés de la Grand-Place de Bruxelles, symbole d’une profession en pleine déroute après plusieurs semaines de confinement.

Photo Reuters

Jeudi 7 mai – jour 4

L’image forte de ce jeudi, c’est le millier de vestes de cuisiniers posées sur les pavés de la Grand-Place de Bruxelles, un symbole pour marquer le naufrage d’une profession. Hôteliers, cafetiers et restaurateurs ne sont pas les seuls à trinquer. Les marchands ambulants ne comprennent pas pourquoi les marchés ne sont toujours pas déconfinés. Sophie Wilmès a ouvert la porte pour une reprise à partir du lundi 18 mai. Mais attention, « seuls les marchands ambulants isolés seront en effet autorisés à rouvrir à leur emplacement habituel moyennant une autorisation des autorités locales », a précisé la Première ministre.

La situation est d’autant plus mal vécue par les marchands ambulants que les grandes surfaces tournent à plein régime. On a appris, ce jeudi, que la grande distribution a vu ses ventes augmenter de 20 % depuis début mars en Belgique, soit un demi-milliards d’euros en plus dans leurs caisses. Autre marché bien lucratif en ce moment : la vente des masques. Ceux-ci sont obligatoires dans les transports en commun. Il est possible d’en acheter dans les gares, mais attention au portefeuille : leur prix peut atteindre 15€ la pièce ! La SNCB explique que ce sont des concessionnaires privés qui les vendent. Ce sont donc eux qui fixent les prix de vente…

La presse internationale ne comprend pas toujours le surréalisme belge. Comment s’y retrouver avec des masques recommandés, mais pas obligatoires dans les commerces, requis dans certaines rues, dans certaines communes ? « Selon l’heure, l’endroit et l’âge, les règles sont différentes », critiquait le site Bloomberg ce jeudi.

Des challenges absurdes ont surgi de la toile – la Neknomination par exemple qui consiste à enfiler plusieurs verres d’alcool devant la caméra ou payer un restaurant. Le roi Philippe a communiqué avoir participé à un défi autrement plus respectable, ce jeudi : le challenge Covid-19 km : « Courez ou marchez 19 km d’ici dimanche 18h pour contribuer au financement de litres de soupe à distribuer aux plus démunis ». Joli défi que tous les Belges peuvent aussi relever.

Ailleurs dans le monde. La France a dévoilé ce jeudi sa stratégie de déconfinement. Des élèves pourront retrouver le chemin des écoles, dès lundi, du moins une partie d’entre eux, en fonction des âges et des régions – le régime sera plus strict en zone rouge, la plus touchée, soit le nord et l’est de la France, la Bourgogne-Franche-Comté, ainsi Paris et sa région. Même différence pour les parcs et jardins si l’on habite une zone rouge (où cela reste fermé) ou verte (où ils seront rouverts). Le port du masque sera obligatoire dans les transports en commun.

En Norvège, pays qui a adopté un régime de semi-confinement à la mi-mars, les écoles pourront rouvrir à compter de lundi et les bars à partir du 1er juin. En Italie, les catholiques retrouveront leurs églises à partir du 18 mai, mais à condition d’avoir un masque, d’être bien espacés… et de se passer d’eau bénite. En Grèce, l’Acropole d’Athènes, monument phare, sera accessible dès lundi.

Aux États-Unis, on découvrait ce jeudi une nouvelle pratique : des fêtes organisées pour acquérir l’immunité au coronavirus ! Ils sont fous, ces Américains ! La pandémie ne faiblit pas : le pays a franchi à nouveau la barre des 2.000 morts en 24 heures, totalisant 73.095 décès depuis le début de cette crise.

Bilan du jour. On dénombre 80 nouveaux décès (pour un total de 8.415 morts), 98 nouvelles hospitalisations (total de 2.688 patients actuellement hospitalisés, dont 538 en soins intensifs) et 639 nouveaux cas (pour un total de 51.420).

Le couple royal et la Première ministre étaient présents pour commémorer le 8 mai, en tout petit comité.
Le couple royal et la Première ministre étaient présents pour commémorer le 8 mai, en tout petit comité.

Photo News.

Vendredi 8 mai – jour 5

Dans deux jours, c’est la fête des mères et une étape de plus dans le déconfinement avec la possibilité de recevoir 4 personnes à domicile. Le dispositif n’était pas super clair. Le gouvernement a précisé les mesures dans un arrêté royal publié ce vendredi : la règle est celle de la réciprocité entre foyers. En clair : les quatre invités ne peuvent pas recevoir, chez eux, d’autres personnes que leurs hôtes du premier jour… Et ne peuvent pas non plus être reçus par d’autres personnes.

Ce 8 mai, il y avait deux événements à célébrer : les 75 ans de la victoire alliée en Allemagne et la fête la Région bruxelloise, la fête de l’Iris. Les commémorations du 8 mai 1945 ont pris un tour inédit, cette année, à Bruxelles : le Roi, la Reine et la Première ministre Sophie Wilmès ont procédé à un dépôt de gerbes au pied du Soldat inconnu, sans public et entourés d’une présence militaire réduite. Quant à la fête de l’Iris, elle a été tout simplement annulée, ce 8 mai.

La saga des masques se poursuit en Belgique. Ce vendredi, on apprenait que des masques KN95 non conformes ont été distribués au personnel de maisons de repos bruxelloises. Test-Achats juge très sévèrement la gestion des masques par la Belgique. L’association de protection des consommateurs a reçu plusieurs centaines de plaintes à ce sujet. Test-Achats dénonce « une gestion politique chaotique. » « Nous sommes dans le royaume de la débrouillardise ».

Ailleurs dans le monde. La Commission européenne a recommandé vendredi aux États membres de la zone Schengen et aux États associés de maintenir pour un mois de plus, jusqu’au 15 juin, la quasi-fermeture des frontières externes de l’UE. On se déconfine chez soi, entre nous. Mais ce n’est pas encore demain qu’on se déconfinera loin.

Localement, on commence à desserrer la bride. À Barcelone, les plages ont entamé une réouverture, timide, mais réouverture quand même. On peut s’y rendre pour nager ou pratiquer un sport et seulement entre 06h et 10h.

Il faut rester prudent. En Allemagne, deux jours seulement après l’annonce d’un retour progressif à la normale, un canton a dû réintroduire le confinement et deux autres y songent, face à un nombre de contaminations reparti à la hausse.

Bilan du jour. On dénombre 107 nouveaux décès (pour un total de 8.521 morts), 108 nouvelles hospitalisations (total de 2.555 patients actuellement hospitalisés, dont 508 patients en soins intensifs) et 591 nouveaux cas (total de 52.011).

Des milliers de personnes ont défilé samedi en Allemagne pour marquer leur opposition aux mesures de confinement en vigueur pour endiguer la pandémie de coronavirus
Des milliers de personnes ont défilé samedi en Allemagne pour marquer leur opposition aux mesures de confinement en vigueur pour endiguer la pandémie de coronavirus

Photo EPA

Samedi 9 mai – jour 6

Sur les routes, ce samedi, il y avait autant de trafic qu’avant le début de la crise, du monde partout. Mais ce n’est que ce lundi que tous les commerces rouvriront et qu’on basculera dans la phase 1B du déconfinement. Les Belges trépignent.

Pas moins de 36.000 procès-verbaux ont été dressés par la police pour n’avoir pas respecté les règles de confinement, apprenait-on ce samedi. Certains ne supportent plus la claustration. Une manifestation a réuni des réfractaires à la loi Covid-19, ce samedi à Anvers – elle a donné lieu à 13 arrestations administratives. D’autres protestations ont été observées en Europe, en Suisse et en Allemagne.

Cette pandémie s’accompagne d’un choc économique sans précédent. Les centres d’aide social sont débordés, les demandes explosent. Le gouvernement fédéral a décidé, ce samedi, d’attribuer une aide supplémentaire de 15 millions d’euros aux CPAS. Autre décision qui concernera de nombreux Belges : la durée de vie des chèques-repas, chèques sport/culture, éco-chèques et autres chèques-cadeaux sera prolongée de six mois. Il faudra bien relancer l’économie, maintenant que les commerces vont rouvrir.

Ailleurs dans le monde. Si en France la situation s’améliore quelque peu – avec 80 morts en 24h, elle obtient son plus bas nombre de décès depuis début avril, le taux de contamination repart à la hausse en Allemagne. La Chine a amorcé un timide mea culpa, ce samedi, reconnaissant que le Covid-19 avait révélé des « lacunes » dans son système de santé et de prévention des maladies infectieuses. Aux États-Unis, on ne peut attendre de Donald Trump qu’il reconnaisse des fautes. Mais son prédécesseur à la Maison-Blanche lui a bien savonné la planche : Barack Obama a jugé la gestion de la pandémie de « désastre chaotique absolu ».

Boris Johnson ne plaisante plus du tout avec la pandémie : la Grande-Bretagne envisage d’introduire une quatorzaine obligatoire pour la plupart des arrivées internationales sur son sol. Avec un total de 31.241 morts, le Royaume-Uni est le deuxième pays le plus endeuillé derrière les États-Unis.

Bilan du jour. On dénombre 76 nouveaux décès (pour un total de 8.581morts), 76 nouvelles hospitalisations (total de 2.381 patients actuellement hospitalisés, dont 502 patients en soins intensifs) et 585 nouveaux cas (pour un total de 52.596).

Le Roi a rendu une visite aux commerçants du centre-ville, à Bruxelles, ce dimanche.
Le Roi a rendu une visite aux commerçants du centre-ville, à Bruxelles, ce dimanche.

Photo Belga.

Dimanche 10 mai – jour 7

Ce dimanche, fête des mères, marque une étape importante du déconfinement en Belgique : la possibilité de pouvoir rendre visite à sa famille, dans les limites légales. Pas facile d’intégrer les règles de réciprocité : on peut recevoir 4 personnes, toujours les mêmes et rendre visite à ces mêmes personnes, suivant ce principe de réciprocité. Le restant de la phase 1B de déconfinement entrera en vigueur ce lundi 11 mai, avec comme mesure phare la réouverture des commerces non-essentiels, sauf ceux qui impliquent un contact physique (salon de coiffure, esthéticiennes).

Boutiques et centres commerciaux vont donc rouvrir. Des précautions seront prises. Le roi Philippe a tenu à se rendre compte des préparatifs en visitant notamment les galeries du Roi et de la Reine, ce dimanche. Il a déclaré être «sûr que les mesures seront respectées». Ce sera aussi à chacun.e de faire attention. Des précautions élémentaires doivent être prises (porter un masque, même si ce n’est pas obligatoire, faire des courses seul, ne pas toucher aux produits, etc.).

« S’il y a du monde dans la rue ou au centre commercial auquel vous souhaitez vous rendre, faites demi-tour », a insisté Sophie Wilmès, la Première ministre. Certains scientifiques se veulent rassurants, comme le virologue Steven Van Gucht  : « Je pense qu’il y a moins de risque dans les magasins, j’ai plus peur de ce qui va se passer au niveau des contacts privés et donc entre amis et avec la famille. »

Attention à ne pas relâcher la bride trop tôt. La Belgique voit un indicateur repartir à la hausse pour la 1re fois depuis le 21 avril : le nombre moyen d’admissions à l’hôpital sur la semaine écoulée. Un début de rebond à surveiller, avec une moyenne de 89 nouvelles hospitalisations par jour. « Nous devons réaliser que nous ne retrouverons peut-être plus jamais cette vie normale » a mis en garde la ministre de la Santé, Maggie De Block (Open Vld), ce dimanche.

Dans le feuilleton belge des masques, un nouvel épisode : on apprenait ce dimanche que près de 2 millions de masques saisis par la justice, ont été volés. Jugés non conformes, ils étaient stockés dans un entrepôt qu’utilise la justice liégeoise. Ils ne manqueront pas d’alimenter le marché noir. À la fin de tout ceci, il faudra sans doute laisser tomber les masques !

Ailleurs dans le monde. Le nom de Wuhan restera dans l’histoire comme le point de départ du Covid-19. Alors que le virus avait disparu de la ville, un nouveau cas a été signalé, le premier recensé depuis le 3 avril. En Corée du Sud, où la progression du virus avait également été stoppée, la ville de Séoul a dû ordonner la fermeture des bars et discothèques, après de nouveaux cas de propagation.

Boris Johnson va s’exprimer, ce dimanche, pour présenter sa stratégie pour un déconfinement graduel de la Grande-Bretagne. Cela devrait être très progressif : la pandémie a fait plus de 31.000 morts dans le pays, le deuxième plus endeuillé au monde. Aux États-Unis, trois membres de l’équipe de lutte contre le coronavirus de la Maison Blanche, dont l’épidémiologiste Anthony Fauci, vont rester en isolement après de possibles expositions au virus. Donald Trump veut « rouvrir l’économie », mais il est cerné dans sa propre maison.

Bilan du jour  : 75 nouveaux décès (total 8.656 morts), 108 nouvelles hospitalisations (total 2.222 patients actuellement hospitalisés, dont 476 patients en soins intensifs) et 485 nouveaux cas (pour un total de 53 081).

Le déconfinement: semaine 2

Par Nicolas Vuille

Société

Il y avait du monde, rue Neuve, pour le premier jour de déconfinement des magasins.
Il y avait du monde, rue Neuve, pour le premier jour de déconfinement des magasins. - Photo Belga

La Belgique est passée, lundi 11 mai, à la phase 1B du déconfinement. Tous les commerces non-essentiels ont pu lever le rideau après plusieurs semaines de fermeture. La 2e semaine de déconfinement au jour le jour.

Lundi 11 mai – jour 8

Ce lundi, la phase 1B du déconfinement était fort attendue. Des petites boutiques aux grands centres commerciaux, toutes les enseignes pouvaient rouvrir, sauf celles qui entraînent des contacts physiques (coiffeurs, esthéticienne). Avant même l’ouverture, des files s’étaient formées devant les Ikea, Primark et autres Action. Beaucoup de clients ont suivi les recommandations et sont sortis masqués. La police et des agents de sécurité étaient présents en nombre.

Les files devant les magasins, notamment sur les parkings des Ikea, n’ont pas manqué de frapper les observateurs. Y compris la ministre fédérale de la santé, Maggie De Block laquelle s’est étonnée, ce lundi, à la Chambre : « Qu’y a-t-il de si important qui ne peut pas attendre quelques jours ? La règle veut que, si l’on voit trop de monde, on rentre chez soi. Je ne vois pas pourquoi on doit se mettre pendant des heures sur un parking. Utilisez votre bon sens : si vous voyez trop de monde, rentrez chez vous ».

Le virologue Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral francophone de la lutte contre le coronavirus, a aussi rappelé que la prudence était de mise pour les plus de 65 ans, lors du point presse commun avec le Centre de crise, ce lundi : « 50 % des gens qui se retrouvent aux soins intensifs ont plus de 65 ans. Et 90 % des personnes décédées avaient plus de 65 ans ». Il faudra réfléchir à deux fois avant de se mêler à la foule des clients…

À la mer du Nord, on envisage déjà la suite. Les bourgmestres du littoral se sont mis d’accord ce lundi sur un retour progressif du tourisme. L’accès à la Côte sera d’abord autorisé aux résidents secondaires, ensuite les locataires d’appartements seront les bienvenus et enfin les touristes d’un jour. Aucune date n’a encore été arrêtée. Ce qui est certain, c’est que tous les événements seront annulés au littoral jusqu’à fin août. « Nous voulons vraiment éviter les regroupements de population. En tant que bourgmestres, nous ne voulons pas être tenus responsables d’une nouvelle percée du virus », ont-ils justifié.

Les masques sont recommandés dans les commerces, mais pas obligatoires, avait annoncé la Première ministre, Sophie Wilmès. Plusieurs bourgmestres bruxellois ont toutefois imposé leur port dans la plupart des rues commerçantes sur leurs territoires. Cela concerne Etterbeek et les deux Woluwe. Les Bruxellois pourront prendre pour exemple Manneken-Pis qui a reçu un masque confectionné sur mesure par la Maison Degand. Le masque, c’est chic !

Ailleurs dans le monde. Les écoles ont rouvert lundi en Norvège, en Suisse ou encore aux Pays-Bas. La France et l’Espagne ont connu, ce lundi, leur premier jour de déconfinement. Comme la Belgique, ils suivent une stratégie progressive. Côté espagnol, dans les zones les moins touchées (la moitié du pays), les petits commerces, les églises, les musées et les terrasses de bar et de restaurant ont pu rouvrir. Côté français, un pays coupé en deux : zone verte avec davantage de liberté, zone rouge (nord, est, Paris) où des restrictions plus importantes persistent. La prudence reste de mise dans l’Hexagone : le bilan repart à la hausse, avec 263 décès sur les dernières 24 heures (pour un total de 26.643 morts).

Le déconfinement en Europe témoigne dans ces pays « du succès » des efforts menés pour « ralentir le virus et sauver des vies », a estimé le directeur général de l’OMS (Organisation mondiale de la santé), Tedros Adhanom Ghebreyesus. Mais l’OMS a regretté que certains pays se soient lancés « aveuglément » dans ce déconfinement sans se doter des moyens de tester et de tracer les cas suspects pendant qu’ils en avaient encore le temps. Sans les citer. Certains se reconnaîtront.

Bilan du jour  : 62 nouveaux décès (total 8.707 morts), 60 nouvelles hospitalisations (total 2.222 patients sont actuellement hospitalisés dont 478 en soins intensifs) et 368 nouveaux cas (pour un total de 53.449).

Brussels Airlines va réduire fort la voilure, victime collatérale de la pandémie.
Brussels Airlines va réduire fort la voilure, victime collatérale de la pandémie.

Photo News

Mardi 12 mai – jour 9

Les lendemains de la pandémie ne seront pas riants. Près de 1.000 employés de Brussels Airlines sont menacés de perdre leur travail : la direction a annoncé ce mardi la suppression de 1.000 postes, soit près d’un quart du personnel. Une restructuration nécessaire pour assurer la survie de la compagnie, selon Dieter Vranckx, le patron de Brussels Airlines. Le coronavirus a cloué au sol quasiment tout le transport aérien.

Les partis politiques dénoncent l’attitude de Lufthansa, la maison-mère de la compagnie aérienne. La casse sociale est mise en parallèle avec la demande d’aide à l’État (300 millions d’euros) et les 2,8 milliards de profits dégagés l’an dernier par Lufthansa. « La relation ne semble pas très bonne avec les Allemands », ont souligné les syndicats.

À Bruxelles, les transports publics connaissent aussi une fièvre sociale, mais elle est d’une autre nature : près de 80 % des chauffeurs de bus et 60 % des chauffeurs de tram de la Stib (Société des transports intercommunaux de Bruxelles) n’ont pas pris leur service ce mardi. Ils dénoncent le manque de mesures de protection et d’effectif pour assurer le respect des mesures, tel le port du masque obligatoire, parmi les passagers. Les chauffeurs invoquent un droit de retrait.

Le monde de la culture, qui proteste aussi depuis quelques semaines, d’être totalement négligé a-t-il des raisons d’espérer ? À la veille du Conseil national de sécurité qui devrait fixer la suite du déconfinement, la première Ministre Sophie Wilmès a déclaré « On espère ouvrir un petit peu la porte, pas toute grande encore, malheureusement, la culture est un métier de partage et quand on essaie de limiter la progression du virus, ça rend les choses plus compliquées », a commenté la Première. « On a l’intention de continuer à soutenir ce secteur et même de renforcer le soutien », a-t-elle ajouté.

Les universités préparent aussi la suite. L’UCLouvain a annoncé ce mardi que le nouveau hall d’athlétisme de Blocry et la salle de spectacle Aula Magna à Louvain-la-Neuve seront transformés en gigantesques salles d’examen. La distance physique sera là pour les 5 à 10 % des étudiants qui présenteront leurs examens « en présentiel ». Triche impossible, vu la distance !

Ailleurs dans le monde. L’épidémiologiste Anthony Fauci, figure centrale de la cellule de crise de la Maison Blanche sur le coronavirus, a mis en garde ce mardi contre les conséquences « très graves » d’un redémarrage trop hâtif de l’économie, et averti que le nombre de morts aux États-Unis pourrait être « plus élevé » que le bilan officiel. Il est pourtant déjà très haut, avec plus de 80.000 morts. Même son de cloche en Grande-Bretagne, où le Bureau national des statistiques (ONS) avance 36.000 décès au début du mois quand le ministère britannique de la Santé, plus restrictif, n’en annonce que 32.692 morts, ce mardi.

Bilan du jour  : 65 nouveaux décès (total 8.761 morts), 43 nouvelles hospitalisations (total 2.230 patients sont actuellement hospitalisés dont 465 en soins intensifs) et 330 nouveaux cas (pour un total de 53.779).

La Première ministre a présenté ce mercredi la phase 2 du déconfinement.
La Première ministre a présenté ce mercredi la phase 2 du déconfinement.

Photo Belga

Mercredi 13 mai – jour 10

Ce mercredi marquait une étape fort importante du déconfinement en Belgique : le Conseil national de sécurité se réunissait pour définir les prochaines étapes. La phase 2 sera bien lancée, le lundi 18 mai. Les Belges verront leur horizon s’élargir avec la réouverture des écoles, des musées, des bibliothèques, des salons de coiffure et d’esthétique, des marchés, des parcs animaliers entre autres réjouissances. Mais toujours avec retenue. « Nous ne pouvons pas exclure le scénario d’une deuxième vague, c’est pour ça que nous étudions la situation au jour le jour et nous tenons prêts à agir », a expliqué ce mercredi Sophie Wilmès, la Première ministre.

Du côté des écoles, seuls les élèves de 6e primaire et 6e secondaire seront attendus le 18 mai. Les maternelles restent fermées pour le moment. Cela rechigne quelque peu. « Si vous avez des questions en tant que parent, n’hésitez pas à poser les questions aux professionnels de l’enseignement », a précisé la Première ministre. La commune de Schaerbeek va repousser la rentrée au mardi 19, voire au lundi 25 mai. En cause, des incertitudes sur la question de la livraison des masques et des discussions avec les syndicats.

Parmi les autres bénéficiaires de cette phase 2 figureront les sportifs. Les clubs sportifs pourront reprendre leurs activités et entraînements dès lundi. Mais attention, les groupes ne pourront pas dépasser 20 personnes, avec un entraîneur et bien sûr une bonne distance physique. De même mariages et enterrements pourront se dérouler avec davantage de monde : 30 personnes maximum. Mais avec une restriction notable : pas de réception.

Le bonheur des uns fait des envieux parmi les autres. Alors que les zoos et parcs animaliers pourront rouvrir dès lundi, à l’instar de Pairi Daiza, les parcs d’attractions resteront fermés. Le directeur général de Bellewaerde s’étonne « la logique est un peu perdue. Nous prenons les précautions nécessaires et pourrions ouvrir dans une semaine et demie. »

La phase 3 est attendue pour le 8 juin. À ce stade, il est difficile de savoir ce qui pourra être libéré : les cafés, les restaurants, les lieux de culte, les mouvements de jeunesse, les stages d’été et camps de jeunesse. À la mer, on envisage toutes les pistes. Knokke a dévoilé ce mercredi le dispositif pour ses plages : des sortes d’enclos de trois mètres sur trois pour profiter du soleil et du sable chaud.

La libération totale n’est pour demain. Sophie Wilmès l’a rappelé  : il est déjà acquis que « tout événement de type culturel, sportif, récréatif sera interdit jusqu’au 30 juin ». Il n’y aura « sans doute pas de retour à la normale cet été ».

Ailleurs dans le monde. La Commission européenne a appelé ce mercredi à un retour progressif de l’activité touristique pour sauver la saison estivale. L’Allemagne a annoncé viser une levée à la mi-juin des restrictions de circulation mises en place à ses frontières, ajoutant que ses voisins français, autrichiens et suisses avaient le même objectif. Ses frontières avec le Luxembourg seront complètement ouvertes dès samedi.

En France, plusieurs plages ont rouvert, ce mercredi. Mais attention, pas question de s’installer sur une serviette. C’est uniquement en marchant, courant, nageant ! En Angleterre, les habitants sont autorisés à sortir davantage de chez eux et encouragés à retourner au travail. L’Écosse, le Pays de Galles et l’Irlande du Nord exhortent en revanche la population à « rester la maison ».

Bilan du jour. On dénombre 82 nouveaux décès (pour un total de 8.843 morts), 70 nouvelles hospitalisations (total de 2.014 personnes actuellement hospitalisées, dont 420 en soins intensifs) et 202 nouveaux cas (pour un total de 53.981).

La Reine Mathilde de Belgique et la Princesse Éléonore de Belgique ont participé ce jeudi à une distribution de repas pour des sans-abris, à Bruxelles.
La Reine Mathilde de Belgique et la Princesse Éléonore de Belgique ont participé ce jeudi à une distribution de repas pour des sans-abris, à Bruxelles.

Photo News

Jeudi 14 mai – jour 11

En début de journée, Pierre-Yves Jeholet (MR), ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, a émis des réserves sur la réouverture partielle des écoles, lundi prochain : il manque les masques nécessaires, suite au retard d’un fournisseur. « Il faut que les masques soient là pour que ça redémarre, c’est la condition », avait précisé M. Jeholet. En cours de journée, une solution a pu être trouvée auprès d’un fournisseur du gouvernement fédéral. Près de 2.150.000 masques seront distribués pour l’enseignement obligatoire, supérieur, spécialisé et de promotion sociale.

À Bruxelles, la question du masque fait polémique. Plusieurs communes ne se satisfont pas de la simple recommandation émise par les autorités fédérales. Les deux Woluwe et Etterbeek ont rendu le port obligatoire. Ces communes ont été rejointes, ce jeudi, par Saint-Josse. Les précautions sanitaires étaient aussi au cœur du conflit social à la Stib  : une majorité de chauffeurs de bus et de trams refusaient depuis lundi de travailler. Un accord est intervenu, ce jeudi, entre syndicats et direction. Il est toutefois conditionné à la reprise du trafic.

Le couple royal a aussi revêtu des masques, ce jeudi. Le roi Philippe a rendu visite ce jeudi aux policiers de Saint-Servais. Il a notamment assisté à la simulation d’interpellation d’un suspect atteint du Covid-19. La reine Mathilde et la princesse Eleonore ont participé de leur côté à une distribution de repas à des personnes précarisées auprès d’un restaurant pour sans-abri Kamiano, à Bruxelles.

La bataille contre le coronavirus n’est pas encore gagnée. S’il y a une amélioration dans la comptabilisation du nombre de morts et de nouveaux cas (voir infra), les épidémiologistes observent aussi des signaux contraires : le taux de reproduction du coronavirus est monté de 0,6 à 0,8 et le nombre d’admissions à l’hôpital pour coronavirus ne diminue pas. L’épidémiologiste Marius Gilbert se dit « préoccupé et attentif » à la situation : les mesures de la première phase de déconfinement entamée le 4 mai n’ont pas encore eu le temps de se traduire en termes d’hospitalisations. Il faudra attendre une dizaine de jours pour en mesurer l’effet.

Ailleurs dans le monde. En France, le gouvernement a dévoilé ce jeudi son plan pour sauver le tourisme (près de 18 milliards d’euros seront investis dans le secteur). Les Français pourront partir en vacances en juillet et août en dépit du Covid-19, a annoncé le Premier ministre Édouard Philippe. Le Japon a annoncé la levée dans la majorité des régions de l’état d’urgence, le maintenant dans les grandes agglomérations comme Tokyo et Osaka. Et en Finlande, les enfants ont repris le chemin de l’école

Il faudra s’habituer à vivre avec ce Covid-19. Le nouveau coronavirus pourrait « ne jamais disparaître », a averti l’Organisation mondiale de la santé, alors que le bilan mondial s’approche ce jeudi des 300.000 morts (299.638 décès).

Bilan du jour. On dénombre 60 nouveaux décès (pour un total de 8.903 morts), 81 nouvelles hospitalisations (total de 1.966 personnes actuellement hospitalisées, dont 407 en soins intensifs) et 307 nouveaux cas (pour un total de 54.288).

Le président Emmanuel Macron, en visite dans un hôpital parisien, ce vendredi, a fait son mea culpa sur sa réforme du système de santé.
Le président Emmanuel Macron, en visite dans un hôpital parisien, ce vendredi, a fait son mea culpa sur sa réforme du système de santé.

Photo News

Vendredi 15 mai – jour 12

Ce vendredi, on apprenait que le confinement avait eu des effets bénéfiques sur les routes : on y a compté 12 % d’accidents en moins. Cela a sauvé des vies (6 % de décès en moins) et le nombre de blessés est aussi en recul (-14 %). Autre conséquence : pendant ce même laps de temps, le Belge sédentaire a pris du poids  : cela concerne un Belge sur quatre, selon Sciensano.

Le confinement a eu aussi des répercussions sur nos modes de consommation : les Belges ont dépensé 34 % en moins pendant le confinement (essentiellement en grande surface et dans le commerce en ligne forcément, vu que les magasins jugés non essentiels étaient fermés). Une bonne nouvelle pour le portefeuille, sans doute, mais une catastrophe pour ces commerçants.

À Bruxelles, malgré l’accord intervenu la veille entre syndicats et direction, une bonne partie du réseau de la Stib était encore à l’arrêt ce vendredi matin. En cause toujours la gestion de l’impact de la pandémie de Covid-19 sur le réseau de transport en commun. Les métros circulaient normalement, les trams à fréquence réduite, mais les lignes de bus étaient encore fort perturbées. Aucune des parties n’a signé le texte, l’accord ne devant être concrétisé qu’en cas de reprise du travail.

La grogne sociale affecte aussi le personnel soignant, mais pour d’autres raisons. La CSC Services publics a déposé ce vendredi un préavis de grève dans toutes les institutions de soins de Fédération Wallonie-Bruxelles pour dénoncer plusieurs décisions prises sous le couvert des pouvoirs spéciaux. Le syndicat dénonce l’utilisation des montants du fonds des blouses blanches pour refinancer les hôpitaux, la possibilité de réquisitionner du personnel soignant et d’autoriser du personnel non qualifié à prodiguer des soins infirmiers. Des actions locales sont prévues entre le 18 mai et le 18 juin sans pour autant délaisser les patients et résidents.

Les blouses blanches ont le blues. Mais ce n’est pas une raison pour mettre les patients à contribution. La ministre fédérale de la Santé a annoncé ce vendredi que les prestataires de soins ne peuvent pas facturer de supplément ’corona’. Les mesures sanitaires entraînent des frais supplémentaires (en protections notamment), mais ces coûts ne peuvent pas être répercutés aux patients. Pour y faire face, les prestataires de soins bénéficieront d’une compensation financière, promet Maggie De Block.

Le confiné belge voit sa bulle s’élargir depuis dimanche dernier, avec la possibilité de recevoir jusqu’à quatre visiteurs, toujours les mêmes (et réciproquement rendre visite à ceux-là). Le centre de crise a prodigué quelques conseils, ce vendredi : « Si dans les prochains jours, vous refixez des rendez-vous avec votre bulle élargie, n’oubliez pas de le faire de manière raisonnable. Respectez un maximum la distance physique de sécurité, fixez des rendez-vous à l’extérieur et si ce n’est pas possible, portez un masque ou toute autre alternative pour vous protégez les uns des autres ».

Et pour l’été, on devrait pouvoir se rendre sur la plage sans trop de craintes – si du moins le déconfinement nous permet d’y accéder. Le risque de contamination au Covid-19 par l’eau de mer ou le sable est très faible, selon une enquête de l’Institut flamand de la Mer. Le virus pourrait par contre plus facilement se propager par contact avec les déchets récemment abandonnés. Restons propres et prudents donc.

Ailleurs dans le monde. Donald Trump a dit vendredi espérer voir d’ici la fin de l’année un vaccin contre le coronavirus « Nous faisons des progrès spectaculaires », a affirmé le président américain. La Chine ne ménage pas ses efforts de son côté avec désormais cinq vaccins expérimentaux anti-Covid-19 testés sur l’homme (près de 2.500 volontaires). La rivalité entre les deux pays ne s’éteint pas.

Premier pays d’Europe à déclarer la « fin » de l’épidémie sur son sol, la petite Slovénie a annoncé une réouverture de ses frontières, ce vendredi. La Grèce, elle, a annoncé la reprise prochaine et progressive de certaines liaisons maritimes et aériennes, afin de faciliter le retour des touristes à partir de la fin juillet.

En France, on apprenait la mort d’un enfant de 9 ans, atteint des symptômes d’une forme proche de la maladie de Kawasaki. Elle est décrite chez de jeunes patients en contact avec le coronavirus. C’est le premier décès de ce type en France. Le président Emmanuel Macron a visité, ce vendredi, un hôpital parisien. Il a fait son mea culpa sur la façon dont le système de santé a été réformé depuis 2017, année de son arrivée à l’Elysée. Un mea culpa assez rare en politique.

Bilan du jour. On dénombre 56 nouveaux décès (pour un total de 8.959 morts), 67 nouvelles hospitalisations (total de 1.862 personnes actuellement hospitalisées, dont 380 en soins intensifs) et 356 nouveaux cas (pour un total de 54.644).

Des membres du personnel soignant de l’hôpital Saint-Pierre ont accueilli la Première ministre en lui tournant le dos.
Des membres du personnel soignant de l’hôpital Saint-Pierre ont accueilli la Première ministre en lui tournant le dos.

LN24

Samedi 16 mai – jour 13

Ce samedi avait valeur de « crash-test » : comment se comporteraient les Belges en ce premier week-end de déconfinement – phase 1B, avec donc la plupart des commerces ouverts (hors salons de coiffure et d’esthétique). Les règles ont été globalement respectées de Namur à Anvers en passant par la capitale. Rue Neuve, à Bruxelles, certaines enseignes ont tout de même dû fermer leurs cabines d’essayage, vu l’affluence. Des représentants syndicaux rappellent des consignes qui n’ont pas toujours été respectées par les clients : venir seul et non pas en famille, se laver les mains avec du gel à l’entrée, attendre la désinfection des cabines d’essayage. Et porter des masques !

Voir tout ce monde réuni, sans toujours prendre les précautions nécessaires, fait craindre l’arrivée d’une deuxième vague. Elle est redoutée par les milieux médicaux. Emmanuelle Papleux, pneumologue pour les hôpitaux bruxellois Iris Sud, en témoignait sur le plateau de la RTBF, ce samedi : « Ces huit semaines ont été épuisantes pour l’équipe, » a-t-elle relevé. « On a mis notre vie privée de côté pour se consacrer aux patients. Nous ne sommes pas prêts à supporter une deuxième vague. Les équipes sont très fatiguées. On demande à l’ensemble de la population de faire très attention. »

Le personnel soignant est à bout. Il a réservé un accueil plus que réservé à la Première ministre, Sophie Wilmès, lors d’une visite non-officielle à l’hôpital Saint-Pierre, à Bruxelles, au cœur de la bataille du Covid-19. Infirmiers, urgentistes avaient formé un rang de déshonneur, lui tournant le dos. Ils protestaient contre les coupes budgétaires dans les soins de santé, du temps où elle était ministre du Budget, selon la chaîne LN24 qui avait diffusé ces images.

« Il y a eu l’expression d’un malaise, d’un besoin de dialogue », a répondu Sophie Wilmès. « Il y a eu un dialogue autour de la table. Je pense que c’est fondamental. Il faut pouvoir entendre quand ça ne va pas », a-t-elle réagi au micro de RTL. La Belgique sort lentement de cette première vague, groggy. Si les derniers chiffres se veulent plus rassurants (lire infra), le bilan total a franchi le cap des 9.000 morts ce samedi.

Ailleurs dans le monde. La situation reste contrastée en Europe. En Espagne, Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a annoncé samedi vouloir prolonger l’état d’urgence pendant « environ un mois ». En Grande-Bretagne, le bilan continue de s’alourdir, avec encore 468 décès ces 24 dernières heures (34.466 morts au total). La France voit un net fléchissement de la pandémie. avec moins de 100 morts en 24 heures (27.625 décès au total) et une pression qui se réduit sur les services de réanimation. Un demi-millier de plages surveillées étaient à nouveau accessibles ce samedi en Grèce.

L’Allemagne a aussi passé la vitesse supérieure dans le déconfinement en rouvrant ce même jour sa frontière avec le Luxembourg. Mais cela ne va pas assez vite aux yeux de tous les Allemands. Des manifestations anti-confinement ont réuni plusieurs milliers de personnes à travers le pays. On y trouve un assemblage hétéroclite de militants extrémistes (des deux bords), de défenseurs des libertés publiques, d’opposants aux vaccins, voire d’antisémites. Heureusement, il y avait le foot pour réunir le pays : la Bundeslinga a repris ce samedi, avec des matches à huis clos, mais retransmis à la télé, dont le Borussia Mönchengladbach qui s’est imposé à Francfort (1-3).

Bilan du jour. On dénombre 47 nouveaux décès (pour un total de 9.005 morts), 65 nouvelles hospitalisations (total de 1 750 personnes actuellement hospitalisées, dont 364 en soins intensifs) et 345 nouveaux cas (pour un total de 54.989).

Quelque 850.000 masques ont bien été distribués aux écoles de l’enseignement fondamental et secondaire en Fédération Wallonie-Bruxelles, à la veille de la rentrée.
Quelque 850.000 masques ont bien été distribués aux écoles de l’enseignement fondamental et secondaire en Fédération Wallonie-Bruxelles, à la veille de la rentrée.

Photo Belga

Dimanche 17 mai – jour 14

Les images de l’hôpital Saint-Pierre, où le personnel soignant a fait une haie de déshonneur, samedi, tournant le dos à la Première ministre Sophie Wilmès a beaucoup fait réagir ce dimanche. La ministre fédérale de l’Énergie Marie-Christine Marghem a parlé de réaction « ridicule et politisée », dénonçant ceux qui « voulaient à l’évidence ruiner le capital de sympathie et d’admiration construit ces derniers mois avec des actions ridicules, comme des enfants qui n’ont pas eu ce qu’ils voulaient ». Elle a retiré son post Facebook en cours de journée.

« Personne n’ignore la détresse du personnel hospitalier, qui était déjà présente avant la crise et qui s’est accrue avec les difficultés », a concédé Sophie Wilmès au micro de la RTBF. « Il y a eu l’expression d’un malaise, d’un besoin de dialogue », a également confié Sophie Wilmès. « Il y a eu un dialogue autour de la table. Je pense que c’est fondamental. Il faut pouvoir entendre quand ça ne va pas », a-t-elle réagi au micro de RTL.

Ce dimanche, c’était le branle-bas-de-combat dans les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles, avant la rentrée de ce lundi 18 mai. 850.000 masques ont été distribués aux écoles de l’enseignement fondamental et secondaire, juste à la veille de la reprise partielle des cours ce lundi. « Tous les masques ont été acheminés, jusqu’à hier soir très tard encore, vers les 95 centres de distribution. Aujourd’hui 150 inspecteurs en charge de ces centres vont distribuer le matériel aux chefs des 2.400 établissements scolaires », expliquait Stéphane Adam, inspecteur général de l’Enseignement secondaire.

Il n’y a pas que les écoles qui vont reprendre ce lundi. La phase 2 du déconfinement comprend aussi la réouverture des parcs animaliers, des musées, des marchés, des salons de coiffure et d’esthétique. C’est presque un retour à la normale. Preuve en est… la sortie des contrôleurs de stationnement. Pendant toute la durée du confinement, Bruxelles avait suspendu les contrôles sur les parkings de la voie publique de Bruxelles. À partir de ce lundi 18 mai, ils reprendront, il sera à nouveau obligatoire de payer au parcmètre.

Didier Reynders a quelque peu douché nos espoirs de vacances hors du pays, cet été. Les Belges se dirigent vers « des vacances à 100 pourcent à l’intérieur du pays », a déclaré le commissaire européen à la Justice et en charge de la protection du consommateur, ce dimanche, sur le plateau de RTL. « Je ne pense pas qu’il y aura beaucoup d’ouverture pour voyager en dehors de l’Europe ». Un point de vue partagé par Philippe Goffin, ministre des Affaires étrangères : « Le principe, c’est de ne pas anéantir en tout ou en partie les efforts de la population » consentis pendant le confinement.

Bonne nouvelle si l’on reste au plat pays, nous apprend SoSoir  : un site web propose de nous renseigner où camper gratuitement cet été en Belgique. Ou comment vivre la grande aventure à deux pas de chez soi !

Ailleurs dans le monde. Aux États-Unis, le compteur des morts continue de s’affoler, avec 1.237 nouveaux décès, portant le total des victimes à 88.730. Le virus meurtrier a paralysé la campagne et rendu Joe Biden, le candidat démocrate, presque inaudible. Barack Obama a pris sa défense ses derniers jours, ce qui n’a pas eu l’heur de plaire à Donald Trump, lequel promet via Twitter des révélations sur l’Obamagate.

En Amérique latine, le mot « reconfinement » prend tout son sens au Chili qui connaît un rebond inquiétant, avec 60 % de nouveaux cas en 24h. Un confinement strict est imposé à nouveau dans la capitale. « Il faut réussir à gagner cette bataille de Santiago, pour remporter la guerre contre le coronavirus », a plaidé le ministre chilien de la Santé.

En Espagne, la situation s’améliore, le pays passant sous la barre des 100 décès quotidiens pour la première fois en deux mois (87 morts du coronavirus en 24 heures). La Liga a annoncé dimanche aux clubs qu’ils pourront passer de l’entraînement individuel à des séances « par petits groupes » dès lundi. Un pas de plus vers le retour de la compétition.

Bilan du jour. On dénombre 47 nouveaux décès (pour un total de 9 052 morts), 60 nouvelles hospitalisations (total de 1 622 personnes actuellement hospitalisées, dont 371 en soins intensifs) et 291 nouveaux cas (pour un total de 55 280).

Le déconfinement: semaine 3

Par Nicolas Vuille

Société

C’était la rentrée, ce lundi matin, pour les élèves des 6e primaire et 6e secondaire.
C’était la rentrée, ce lundi matin, pour les élèves des 6e primaire et 6e secondaire. - Photo News

La Belgique est passée, ce lundi 18 mai, à la phase 2 du déconfinement. Réouverture des écoles, des parcs animaliers, des marchés, c’est autant de libertés supplémentaires. Les précautions sanitaires restent de mise.

Lundi 18 mai – jour 15

Ce lundi marquait une étape fort importante dans le plan de déconfinement : le retour à l’école de 120.000 élèves de sixième primaire et de fin de secondaire. Ils ne l’avaient plus fréquentée depuis le 6 mars dernier. C’était un tour de force pour les professeurs et les directions.

Seuls 40 établissements scolaires sur les 2.500 que compte la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) n’ont pas rouvert. Et les élèves étaient au rendez-vous : de 50 à 60 % des élèves de 6e primaire étaient présents et 75 % pour les élèves en classes terminales du secondaire. Cette rentrée concernait les écoles des réseaux d’enseignement officiel. Deux tiers à trois quarts des écoles catholiques ne rouvriront leurs portes que ce mardi.

La phase 2 du déconfinement comportait d’autres réouvertures très attendues, notamment les parcs animaliers. Paira Daiza a vu déferler ses fidèles abonnés. Autre nouveauté de ce lundi, le retour des marchés. Ce fut le cas, ce lundi matin, notamment à Hannut, Grammont ou La Louvière. Brocantes et marchés aux puces ne peuvent toujours pas rouvrir.

Le secteur hospitalier est en ébullition après deux mois de combat contre le coronavirus… et deux arrêtés ministériels sur la réquisition et la délégation élargie d’actes pris dans le secteur infirmier. La pilule ne passe pas : la CNE (Centrale Nationale des Employés) et le Setca ont déposé un préavis de grève. Outre le retrait de ces arrêtés ministériels, ils demandent un réinvestissement dans le secteur des soins et de l’aide aux personnes.

Il n’est pas certain que la dernière proposition de Maggie De Block apaise les tensions : la ministre des Affaires sociales propose de réorienter des demandeurs d’emploi en infirmier gratuitement, apprenait-on ce lundi matin. Cela permettrait une nouvelle arrivée de personnel infirmier, alors qu’il y a en ce moment environ 5.000 offres d’emploi d’infirmier à pourvoir, selon Mme De Block.

Le déconfinement se poursuit, mais la prudence reste de mise. Le Centre de crise a insisté, ce lundi, sur le traçage (le « tracing » comme on dit) : le centre d’appel contacte 400 à 500 patients, mais généralement ces derniers ne mentionnent qu’un contact à haut risque. « C’est extrêmement peu », dit le Centre de crise. « Il faut être solidaire. Il est fondamental que vous renseigniez l’entièreté des contacts à haut risque. C’est-à-dire, une personne que vous avez vue à moins de 1,5 mètre et ce pendant plus de 15 minutes ».

Ailleurs dans le monde. Ce lundi, la France et l’Allemagne ont proposé un plan de relance de 500 milliards d’euros. Élément important : Paris comme Berlin proposent que la Commission européenne finance ce soutien à la relance en empruntant sur les marchés « au nom de l’UE ». Il reste à convaincre les 25 autres États membres. Les marchés européens ont salué ces annonces avec des hausses spectaculaires.

Si sur le plan économique, la récession menace le Vieux Continent, l’Europe se relève sur le plan sanitaire. On observe une nette amélioration, notamment en Italie, où le bilan quotidien du coronavirus passe sous les 100 morts pour la première fois depuis deux mois. Signe des temps meilleurs, les gondoles ont fait une timide réapparition ce lundi sur le grand canal de Venise, même si les touristes se font encore très rares.

Bilan du jour. On dénombre 28 nouveaux décès (pour un total de 9.080 morts), 43 nouvelles hospitalisations (total de 1.614 personnes actuellement hospitalisées, dont 342 en soins intensifs) et 279 nouveaux cas (pour un total de 55.559).

Le roi Philippe et la reine Mathilde ont visité ce mardi matin la collection permanente de vieux maîtres des Musées royaux des Beaux-Arts de Bruxelles.
Le roi Philippe et la reine Mathilde ont visité ce mardi matin la collection permanente de vieux maîtres des Musées royaux des Beaux-Arts de Bruxelles.

Photo News

Mardi 19 mai – jour 16

Philippe et Mathilde ont visité les Musées royaux des Beaux-Arts, ce mardi matin, en compagnie de Sophie Wilmès, la Première ministre, au lendemain de la réouverture de l’institution. Le couple royal a voulu manifester son soutien au secteur culturel. Ce dernier en a bien besoin. La plate-forme No Culture-No Future a diffusé une vidéo réunissant de nombreux artistes belges. François Damiens ouvre le bal par « Sophie, Sophie, vous m’entendez ? ». Les artistes le rappellent à qui veut les entendre : « Nous sommes plus de 200.000 travailleurs en Belgique. Il est temps de nous écouter… et d’agir ! ».

Les artistes ne sont pas les seuls à protester. Le personnel soignant avait exprimé son ras-le-bol, samedi, en formant une haie de déshonneur à la Première ministre, à l’hôpital Saint-Pierre. Ces dos tournés font florès : des internautes modifient leur photo de profil, le dos tourné, en soutien au personnel soignant. « Les applaudissements entendus depuis près de deux mois, tous les soirs, dans toutes les rues du pays, plaident pour une revalorisation du statut d’infirmier. Le bruit de ces applaudissements résonne-t-il jusqu’aux fenêtres de Maggie De Block », s’est demandé le ministre bruxellois de l’Emploi, Bernard Clerfayt (DéFI).

Sophie Wilmès a voulu éteindre la polémique, ce mardi matin : « Je souhaite qu’un dialogue s’installe mais que ce soit un vrai dialogue, a dit la Première ministre. S’il y a un problème structurel, il faut accepter qu’il existe et faire en sorte de trouver des solutions appropriées ». Et d’ajouter : « Je suis convaincue que cela passera par une revalorisation salariale. Mais il n’y a pas que ça : il faut aussi se mettre dans la peau du travailleur qui, tous les jours, doit pouvoir travailler dans des conditions adéquates. Ce qui m’a frappé dans les discussions, c’est ce sentiment de ne pas être en capacité de bien faire son travail alors que votre volonté, c’est de travailler au service des autres, c’est quelque chose qu’on ne peut pas accepter ». Concrètement, le « kern élargi » (conseil ministériel restreint mais élargi aux dix présidents de partis ayant soutenu les pouvoirs spéciaux du gouvernement) se prononcera samedi sur les arrêtés qui fâchent le personnel soignant.

Au gouvernement, on continue de travailler parallèlement sur le front des masques : le ministre de la Justice, Koen Geens, a annoncé ce mardi que les filtres à glisser dans les masques en tissus seront livrés la semaine prochaine. Chaque citoyen recevra un masque et deux filtres du gouvernement fédéral, ceux-ci devraient arriver ce vendredi dans les villes et communes, lesquelles seront chargées de la distribution. Des entreprises se mobilisent également : la société belge Ducaju, spécialisée dans les emballages pour pralines, a lancé la production de masques dans son usine de Meulebeke. L’objectif est d’y produire 50 millions de masques par an.

Le Belge pense déjà aux vacances. Et il y a de fortes chances qu’elles se déroulent dans le pays. Belvilla, entreprise de location de maisons de vacances, a observé une augmentation de 20 % du nombre de réservations pour les mois d’été en Belgique. Les provinces de Liège, Luxembourg et Namur sont particulièrement visées. Et pour le littoral, la Première ministre a voulu rassurer les propriétaires d’une seconde résidence  : une décision – qu’on imagine favorable – devrait être prise dans les prochains jours – la Flandre est très impatiente. On s’attend à avoir du monde sur la Côté, cet été. Ostende travaille sur un système de réservations pour les tronçons les plus populaires de ses plages. Les touristes sont priés de prévoir une toile pour délimiter leur emplacement.

Ailleurs dans le monde. La déclaration de Donald Trump, signalant qu’il prenait de l’hydroxychloroquine à titre préventif a fait un tollé aux États-Unis, ce mardi. Même Foxnews, soutien habituel du président américain, s’en est étonné : « Ceux qui l’ont pris, au sein des populations vulnérables, y compris ceux ayant des problèmes respiratoires, en sont morts. J’insiste une fois de plus, ils en sont morts. » Trump a répondu par Twitter qu’il recherchait une autre chaîne télé.

Les États-Unis et la Chine rivalisent pour mettre au point le vaccin contre le Covid-19. La société américaine de biotechnologie Moderna qui a annoncé des résultats encourageants pour son vaccin expérimental contre le nouveau coronavirus, a appelé mardi les États européens à passer commande rapidement, les délais de livraisons variant « de 6 à 9 mois ». Côté chinois, des chercheurs affirment avoir déjà mis au point un traitement à même d’arrêter l’épidémie. En phase de test à l’université de Pékin, ce médicament permettrait d’accélérer la guérison des malades et d’immuniser temporairement contre le coronavirus.

L’Assemblée Mondiale de la Santé s’est conclue, ce mardi, sur un climat délétère. Donald Trump a menacé de couper définitivement la contribution des États-Unis (soit 20 % de ses rentrées) à l’Organisation mondiale de la Santé s’il n’y avait pas une enquête indépendante sur la réaction de l’OMS à la pandémie de nouveau coronavirus. Une résolution a été adoptée à l’unanimité, prévoyant de lancer une évaluation de l’action internationale.

Cinq pays d’Europe centrale (Allemagne, Autriche, Hongrie, Slovaquie et République tchèque) pourraient ouvrir les frontières les séparant vers la mi-juin. La Bulgarie, la Serbie et la Grèce se sont mises d’accord pour alléger les restrictions de voyage en vigueur depuis la mi-mars.

Bilan du jour. On dénombre 29 nouveaux décès (pour un total de 9.108 morts), 50 nouvelles hospitalisations (total de 1.630 personnes actuellement hospitalisées, dont 345 en soins intensifs) et 232 nouveaux cas (pour un total de 55.791).

L’abbaye à Villers-la-Ville est rouverte aux visites.
L’abbaye à Villers-la-Ville est rouverte aux visites.

Photo EPA

Mercredi 20 mai – jour 17

Le gouvernement a voulu tourner la page du conflit avec le personnel soignant. Il s’est engagé ce mercredi à geler les deux arrêtés ministériels qui posaient souci (réquisition de personnel et possibilité de confier des actes infirmiers à du personnel non infirmier). Les préavis de grève devraient être levés. « Il y a eu un problème de timing », a souligné Georges-Louis Bouchez, le président du MR. Ces arrêtés « auraient dû, s’ils étaient nécessaires, être publiés au début de la pandémie. La publication tardive a été très mal ressentie ». L’Union européenne a pointé précisément le système de santé belge, ce mercredi, soulignant que notre pays « faisait face à une pénurie structurelle de professionnels de la santé à laquelle il faut remédier ».

Cette journée fut placée sous le signe de l’optimisme. « Rien ne laisse penser que l’infection au coronavirus reprenne dans le pays après les premières mesures du déconfinement, » a précisé Yves Van Laethem, le porte-parole du Centre de crise, lors du point presse.« Si on s’en est sortis la première fois, on fera encore mieux la fois suivante », a par ailleurs relevé Geert Meyfroidt, président de la Société belge de médecine intensive (Siz)

Les bonnes nouvelles de déconfinement se sont enchaînées : l’interdiction de séjour dans les résidences secondaires a été levée avec la parution, ce mercredi, de l’arrêté ministériel autorisant les citoyens à s’y rendre, avec effet immédiat. Il faudra attendre un peu pour aller plus loin : l’aéroport de Charleroi rouvrira le 15 juin. Et cela tombe bien, c’est la date à laquelle la Grèce rouvrira ses frontières, une dizaine de jours après l’Italie. Et ce mercredi soir, on apprenait aussi que la France pourrait accueillir les touristes belges, cet été.

Bruxelles prépare la suite. Son monument emblématique, l’Atomium, accueillera des visiteurs dès le 1er juin prochain. Si les restaurants n’ont pas encore rouvert, Bruxelles envisage d’étendre les capacités de leurs terrasses, comme à Paris.

Une autre bonne nouvelle annoncée ce mercredi, plus proche et très pragmatique : les enfants oseront enfin utiliser les sanitaires de leur école  ! La Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé d’investir 10 millions d’euros dans un vaste programme de réfection – ces sanitaires sont souvent vétustes, mal entretenus et mal équipés. Un investissement salutaire à l’heure du corona.

Ailleurs dans le monde. L’Espagne s’est résolue, ce mercredi, à rendre le port du masque obligatoire dès l’âge de six ans dans la rue ou dans les lieux publics quand il n’est pas possible de garder ses distances. Le pays reste l’un des plus endeuillés par le Covid-19, avec 27.778 morts à ce jour.

En Amérique latine, c’est le Brésil qui ne cesse d’inquiéter les spécialistes de la santé. Le pays a franchi pour la première fois le cap des 1.000 morts du coronavirus en une journée. Le nombre de nouveaux cas explose. Et pendant ce temps, son président d’extrême droite, Jair Bolsonaro, ne cesse d’appeler à une reprise du travail.

Donald Trump continue de hausser le ton avec la Chine, affirmant ce mercredi qu’elle portait la responsabilité d’une « tuerie de masse mondiale ». « Il y a eu des erreurs et des lacunes du côté américain, leurs mensonges sont toujours plus nombreux », a répondu Pékin.

Bilan du jour. On dénombre 42 nouveaux décès (pour un total de 9.150 morts), 58 nouvelles hospitalisations (total de 1.527 personnes actuellement hospitalisées, dont 313 en soins intensifs) et 192 nouveaux cas (pour un total de 55.983).

Donald Trump a montré qu’il avait un masque, mais précisé qu’il ne le portait pas en présence de journalistes.
Donald Trump a montré qu’il avait un masque, mais précisé qu’il ne le portait pas en présence de journalistes.

Photo Reuters

Jeudi 21 mai – jour 18

Ce jeudi marquait une étape importante dans le déconfinement en Belgique, du moins pour les heureux possesseurs d’une résidence secondaire. Ils ont pu gagner leur lieu de villégiature à la mer ou en Belgique. Il n’y a pas eu d’afflux massif. « C’est un bon premier exercice pour l’été », selon Dirk De fauw (CD&V), bourgmestre de Bruges. En Ardennes, on se réjouissait aussi. On n’y redoutait qu’une chose : les constats de cambriolage, les résidences secondaires y ont été abandonnées plus de deux mois.

Le déconfinement touristique est plus large depuis la parution de l’arrêté ministériel, ce mercredi. La balade à vélo et la promenade à pied sont autorisées, y compris si vous passez dans une ville touristique, mais à condition de ne faire que la traverser. Interdiction de s’y arrêter. Les perspectives d’aller plus loin se précisent. La compagnie Wizzair sera la première à décoller de l’aéroport de Charleroin à partir du 15 juin. Elle dessert des villes de Vienne, Budapest, Bucarest ou Varsovie. Ryanair reprendra 40 % de ses vols à partir de juillet.

Mais il est urgent de ne pas se précipiter. L’Europe doit se préparer à une deuxième vague du nouveau coronavirus, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) : la question n’est pas de savoir s’il y aura une nouvelle vague de contaminations, mais « quand et de quelle ampleur », a affirmé la directrice de l’ECDC, ce jeudi, au ‘Guardian’. La Belgique reste attentive : depuis cinq jours, les hospitalisations sont reparties à la hausse. Rien d’alarmant, mais c’est tout de même un premier signal d’alarme.

Ailleurs dans le monde. Le nombre de cas de coronavirus a doublé dans le monde en un mois, passant à plus de cinq millions (5.049.366) dont 329.799 décès, selon le décompte de l’AFP à ce jour. Les bilans sont encore très provisoires. En Italie, la sécurité sociale a jugé, ce jeudi, que le chiffre officiel de 32.000 morts dans le pays était « peu fiable », estimant qu’il faudrait y ajouter environ 19.000 décès, compte tenu de la surmortalité observée.

Aux États-Unis, le bilan ne cesse de s’alourdir – il atteint pas moins de 93.439 décès, ce jeudi. Plus de 35.000 morts du coronavirus auraient pu être évitées si les mesures de confinement avaient été appliquées ne serait-ce qu’une semaine plus tôt, selon de nouvelles estimations de chercheurs de l’université new-yorkaise Columbia. Donald Trump ne regrette pourtant rien. Il ne prend guère plus de précautions à titre personnel : il possède bien un masque, qu’il met occasionnellement, mais jamais devant les journalistes, leur a-t-il indiqué ce jeudi. Certains journalistes n’en peuvent plus : une présentatrice a asséné en plein direct  : « Donald tu es malade, cruel et dégoûtant ».

Ce jeudi, on apprenait que le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov était hospitalisé à Moscou, avec une suspicion de coronavirus. Le tyran avait proclamé publiquement que ceux qui ne se confinaient pas devaient être « tués », comparant les Tchétchènes qui en contaminent d’autres à des « terroristes ».

Bilan du jour. On dénombre 37 nouveaux décès (pour un total de 9.186 morts), 71 nouvelles hospitalisations (total de 1.448 personnes actuellement hospitalisées, dont 277 en soins intensifs) et 252 nouveaux cas (pour un total de 56.235).

La célèbre cathédrale gothique de Florence, en Toscane, dans le centre centre de l’Italie, a rouvert ses portes au public ce vendredi.
La célèbre cathédrale gothique de Florence, en Toscane, dans le centre centre de l’Italie, a rouvert ses portes au public ce vendredi.

Photo AFP

Vendredi 22 mai – jour 19

Les enfants et les ados sont heureux et beaucoup de parents soulagés. Les camps de jeunesse seront autorisés cet été. Mais attention, avec des précautions. Tout sera divisé en « bulles de contact » pouvant accueillir jusqu’à 50 personnes, y compris les superviseurs. La décision a été prise ce vendredi, au comité de concertation réunissant les différents gouvernements (fédéral et entités fédérées).

La Flandre voudrait desserrer davantage le confinement pour les enfants, rouvrir toutes les classes maternelles et primaires, annonçait ce vendredi le cabinet du ministre flamand de l’Enseignement Ben Weyts. La décision reviendra au Conseil national de sécurité. Cela rejoint une recommandation de 16.000 médecins rassemblés sur un groupe Facebook. Ils demandent à l’État de redémarrer l’école maternelle et primaire pour tous les élèves le plus rapidement possible. Selon eux, l’impact du confinement sur les enfants risque d’être grave.

Deux secteurs sont particulièrement touchés par ces semaines de confinement : les artistes et l’horeca. La ministre de la Culture a dévoilé ce vendredi un plan de relance de 13 millions d’euros en faveur du secteur du cinéma et de l’audiovisuel. Objectif : soutenir toute la chaîne de création, des auteurs aux exploitants de salles de cinéma. Du côté de l’horeca, c’est une baisse de la TVA de 21 % à 6 % qui devrait intervenir pendant un an. Les ex-partenaires de la coalition suédoise (MR, Open VLD, N-VA et CD&V) se sont accordés sur une proposition de loi en ce sens. Cette dernière doit encore être approuvée par le Parlement

Et pendant ce temps, le taux de contamination continue de grimper en Belgique. Il est monté cette semaine à 0,86 en Belgique, contre 0,8, la semaine dernière. Le taux le plus bas atteint était de 0,6. Le taux de contamination doit rester en dessous de 1 pour contrôler une épidémie. Il correspond au nombre de personnes qu’un patient atteint du Covid-19 contamine.

Ailleurs dans le monde. La Grande-Bretagne va imposer une quatorzaine aux voyageurs arrivant de l’étranger afin de limiter la propagation du nouveau coronavirus, a annoncé un membre du gouvernement, ce vendredi. La France a « regretté » cette décision, se disant « prête à mettre en place une mesure de réciprocité ».

De l’autre côté de la Manche, précisément, sur la côte d’Opale, les stations balnéaires ont été prises d’assaut, à la faveur du long week-end de l’Ascension et d’une météo estivale. Le préfet du Nord menace de fermer à nouveau les plages si des débordements sont constatés. Du monde sera attendu avec bien bienveillance, le 28 juin, dans les bureaux de vote : le gouvernement français a annoncé, ce vendredi, que le 2e tour des municipales aurait lieu à cette date.

Ailleurs en Europe, Madrid et Barcelone, jusqu’ici exclues du déconfinement en Espagne, pourront rouvrir terrasses de bars, hôtels et musées à partir de lundi. La cathédrale de Florence, en Toscane, dans le centre de l’Italie, a rouvert ses portes ce vendredi au public sans ses hordes habituelles de touristes, mais avec déjà des milliers de réservations.

L’Amérique du Sud est devenue « un nouvel épicentre » de la pandémie, avec une situation particulièrement alarmante au Brésil, a estimé l’Organisation mondiale de la santé. La proportion de jeunes adultes morts du coronavirus est plus élevée au Brésil que dans la plupart des autres pays, notamment chez les plus pauvres qui ont plus de mal à respecter les règles de distanciation sociale

Bilan du jour. On dénombre 26 nouveaux décès (pour un total de 9.212 morts), 56 nouvelles hospitalisations (total de 1.415 personnes actuellement hospitalisées, dont 268 en soins intensifs) et 276 nouveaux cas (pour un total de 56.511).

Plusieurs dizaines de manifestations étaient à nouveau organisées dans toute l’Allemagne samedi, ciblant les mesures de restrictions contre le coronavirus.
Plusieurs dizaines de manifestations étaient à nouveau organisées dans toute l’Allemagne samedi, ciblant les mesures de restrictions contre le coronavirus.

Photo EPA

Samedi 23 mai – jour 20

Comme prévu, le kern élargi (principaux ministres fédéraux et représentants des 10 partis) ont enterré les deux arrêtés ministériels qui avaient provoqué un mouvement de grogne dans le personnel soignant. La Première ministre, Sophie Wilmès, a bénéficié d’un accueil plus apaisé ce samedi, lorsqu’elle a visité les hôpitaux d’Ath et de Hasselt.

La contestation est venue, ce samedi, de citoyens : près de 30 Belges ont déposé plainte contre l’État belge et le Ministre de l’intérieur, Pieter De Crem. Ils estiment que les autorités ont simplement copié les mesures de confinement sur celles prises en Chine, sans avoir de connaissance suffisante sur le virus et sans tenir compte de la Convention européenne des droits de l’homme. Elles les estiment contraires à cette dernière et demandent qu’elles soient levées immédiatement.

Alors que les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles préparent l’élargissement du déconfinement, ce lundi 25 mai aux classes de 1re et 2e primaires, ainsi que de 2e secondaires, on apprenait ce samedi qu’un établissement scolaire en Flandre a dû rétropédaler. L’école primaire de Korspel a été fermée provisoirement après qu’un membre du personnel a été testé positif au coronavirus.

Les statistiques de propagation du coronavirus communiquées ce samedi (voir plus bas) étaient plutôt positives : admissions au plus bas, soins intensifs nettement moins sollicités, nombre de cas stable et nombre de décès en baisse. Il n’y a pas de quoi pavoiser selon le virologue Marc Van Ranst  : « Les chiffres d’aujourd’hui sont bons, mais le nombre de nouveaux cas ne me réjouit pas ». L’homme pointe du doigt la stagnation du nombre de cas, lequel ne baisse pas encore significativement.

Le porte-parole Yves Van Laethem se montre plus optimiste, déclarant ce samedi : « Nous sommes contents de l’évolution, nous sommes contents de l’absence d’impact visible des mesures de déconfinement, parce que cela veut dire que les Belges ont suffisamment bien observé ce qu’on leur disait pour qu’il n’y ait pas de rebond, se réjouit l’expert. Maintenant, tant qu’on n’est pas sur la piste, on n’est pas arrivés à destination. »

Ailleurs dans le monde. Ce samedi, on apprenait la chute d’une grande marque mondiale : Hertz s’est placé sous le régime américain des faillites. La pandémie ravage l’économie, en plus de tuer massivement. Quatre pays européens – Pays-Bas, Autriche, Danemark et Suède ont présenté leur propre proposition de plan de relance pour aider l’Union européenne à surmonter la crise. Ils souhaitent une aide d’urgence pour les pays gravement touchés, mais rejettent la perspective de toute « augmentation significative » du budget de l’UE et d’une mutualisation générale de sa dette, comme l’envisage le plan Macron-Merkel.

En Europe, le déconfinement se poursuit. Le championnat de football espagnol reprendra le 8 juin et les touristes étrangers pourront revenir en Espagne à partir de juillet car « le plus dur » de la pandémie est passé, a annoncé ce samedi le Premier ministre Pedro Sanchez. En France, la réouverture des cultes est actée. En Italie, le site archéologique de Paestum et ses trois temples grecs, sur la côte Sud, viennent de rouvrir au public. Le site de Pompéi, au sud de Naples, sera accessible mardi. Les musées du Vatican, haut lieu de tourisme mondial, ont annoncé leur réouverture le 1er juin, sur réservation.

Bilan du jour. On dénombre 25 nouveaux décès (pour un total de 9.237 morts), 34 nouvelles hospitalisations (total de 1.388 personnes actuellement hospitalisées, dont 259 en soins intensifs) et 299 nouveaux cas (pour un total de 56.810).

Après plus de deux mois d’arrêt, les cérémonies religieuses ont pu reprendre en France.
Après plus de deux mois d’arrêt, les cérémonies religieuses ont pu reprendre en France.

Photo AFP

Dimanche 24 mai – jour 21

À la veille d’une rentrée plus étendue pour les élèves (1re, 2e primaires et 2e secondaires) et d’une reprise des visites en prison, le ministre de l’Intérieur, Pieter De Crem a donné ce dimanche un peu d’espoir à l’horeca, secteur durement touché par les semaines de confinement. Les cafés et restaurants ne pourront pas rouvrir avant le 8 juin, mais le secteur devrait être fixé plus rapidement sur la suite, a assuré le ministre. Le prochain Conseil national de sécurité est prévu le 3 juin prochain.

Les chiffres sur la propagation de l’épidémie restent positifs : la décrue est générale. Mais ils ont intérêt à le rester. Le ministre De Crem a souligné ce dimanche qu’il ne pourrait pas y avoir de reconfinement, si une deuxième vague survenait : « un deuxième lockdown, c’est quelque chose qu’on ne pourrait supporter. Ce n’est pas seulement souhaitable, mais ce n’est organisationnellement plus possible », a-t-il déclaré. Un nouveau foyer d’infection a été détecté en Flandre, de nombreux cas recensés à Saint-Trond.

La saga des masques se poursuit. Nouvel épisode : le ministre de la Défense Philippe Goffin a reconnu que les masques commandés à la société luxembourgeoise Avrox n’étaient pas encore arrivés en Belgique, mais cela ne saurait tarder. « 1,5 million de masques arriveront ce dimanche à Bruxelles », a promis Philippe Goffin, rappelant que le retard se traduirait par une amende au fournisseur. Le ministre de l’Intérieur l’a rappelé ce dimanche : ces masques restent recommandés, mais pas obligatoires.

Les déclarations incomplètes, imprécises et parfois contradictoires des autorités peuvent agacer. La Ligue des familles a déploré ce dimanche la confusion qui entourait les stages d’été. « Les parents pensaient pouvoir, enfin, s’organiser pour les grandes vacances. De nombreux parents avaient réservé des stages de sport pour toutes les vacances », souligne la Ligue des familles qui regrette que les conditions précises de mise en application ne soient pas encore connues. Affaire à suivre…

.

Ailleurs dans le monde. La Une très symbolique du New York Times, parue ce dimanche restera sans doute dans l’Histoire : le journal a publié sur sa première page la liste de 1.000 victimes, soit 1 % des près de 100.000 morts recensés dans le pays. « Une perte incommensurable. Ils n’étaient pas seulement des noms sur une liste, ils étaient nous », écrit le quotidien.

La tension reste très vive entre les États-Unis et la Chine. Les deux pays sont « au bord d’une nouvelle Guerre froide », a averti dimanche le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi. La Chine se dit prête à une coopération internationale afin d’identifier la source du nouveau coronavirus. La directrice de l’institut de virologie de Wuhan a reconnu que son établissement avait isolé trois souches vivantes de coronavirus de chauve-souris, mais aucune ne correspond au Covid-19, affirme-t-elle.

En France, ce dimanche coïncidait avec la reprise des célébrations religieuses, bienvenues pour le week-end de l’Ascension et pour l’Aïd el-Fitr qui marque la fin du ramadan. Le déconfinement se poursuit dans l’Hexagone. Parmi les prochaines étapes très attendues, l’organisation des vacances estivales. La ministre française de la Transition écologique Elisabeth Borne a promis du neuf pour cette semaine. « Chacun peut commencer à réserver ses vacances. On annoncera les nouvelles règles dans le courant de la semaine », a-t-elle indiqué.

Bilan du jour. On dénombre 43 nouveaux décès (pour un total de 9.280 morts), 48 nouvelles hospitalisations (total de 1.324 personnes actuellement hospitalisées, dont 256 en soins intensifs) et 282 nouveaux cas (pour un total de 57.092).

Le déconfinement: semaine 4

Par Nicolas Vuille

Société

Les terrasses ont rouvert à Barcelone, ce lundi.
Les terrasses ont rouvert à Barcelone, ce lundi. - Photo Reuters

Ce lundi 25 mai était de jour de rentrée scolaire pour les 1re et 2e primaires, ainsi que les 2e primaires. Le déconfinement se poursuit sur des chiffres de propagation de l’épidémie plutôt rassurants.

Lundi 25 mai – jour 22

Les élèves de 1re, 2e primaires et 2e secondaires ont retrouvé le chemin de l’école, ce lundi. Les ministres de l’Enseignement des trois Communautés examinent avec les experts fédéraux en charge du déconfinement (GEES) la possibilité d’assouplir les règles de distanciation sanitaire à l’école. Il ne serait plus question de 4m2 par élève en primaire. Ce qui s’avère difficile à appliquer. Il n’est pas impossible que les maternelles soient rouvertes dès le 2 juin, sous la pression de la Flandre.

À Liège, le secteur horeca a mené une action symbolique, ce lundi, sur la place Saint-Lambert, 600 assiettes formant un SOS géant. « Nous ne savons rien, on ne peut faire que des suppositions sur base des mesures que l’on voit être appliquées dans les pays voisins », déplore le Collectif Wallonie Horeca. La ville de Liège envisage des solutions pour aider le secteur, comme étendre des terrasses ou utiliser des piétonniers. Encore faut-il que les établissements puissent rouvrir.

Le déconfinement ne va pas assez vite pour tous. La police de Waterloo a indiqué ce lundi avoir verbalisé 24 jeunes, dont 14 mineurs, qui faisaient la fête. Les forces de l’ordre n’ont pas chômé depuis le début du confinement : 101.362 procès-verbaux (PV) en lien avec les mesures prises contre la propagation du coronavirus ont été enregistrés, a indiqué ce lundi la police fédérale. Parmi eux, il y a aussi eu des politiques, comme le député Dries Van Langenhove (Vlaams Belang) pris en flagrant délit en train de participer à une fête, apprenait-on ce jour.

Les chiffres de propagations (voir infra) sont encourageants – au final, il n’y a pas de nouveau foyer d’infection à Saint-Trond, comme redouté ce dimanche : une erreur s’était glissée dans les statistiques. Le virologue Yves Van Laethem a confirmé, ce lundi, que le déconfinement initié le 4 mai dernier, n’a pas eu d’effet négatif sur la propagation de l’épidémie. Le scientifique a toutefois voulu se montrer prudent. Si le ministre de l’Intérieur affirmait ce dimanche que tout reconfinement était à exclure, Yves Van Laethem a précisé ce lundi : « Il faut couper les barrières de transmission. Et la seule manière de le faire, c’est de mettre les gens à l’abri. Alors on l’appelle comme on voudra, mais on l’appelle lockdown », a observé l’infectiologue.

La saga des masques laissera un goût amer aux industriels belges. Pourquoi avoir commandé auprès d’une société luxembourgeoise, sans d’expertise et sans beaucoup de références, alors qu’il y avait des solutions en Belgique ? La fédération du secteur de la chimie et des sciences du vivant et la fédération belge du textile, du bois et de l’ameublement pestent ce lundi contre le retard de livraison de cette société, rappelant que le délai strict représentait un argument décisif dans l’évaluation des offres. « De nombreuses entreprises belges du secteur du textile, de l’habillement et des matières plastiques se sentent ridiculisées ».

Ailleurs dans le monde. Le déconfinement se répand dans les pays les plus touchés au départ : en Espagne, Madrilènes et Barcelonais ont retrouvé leurs parcs et terrasse. Les terrasses ont rouvert en Grèce et en Bavière tandis qu’en Italie, piscines et salles de sport sont à nouveau accessibles. L’Allemagne déconfine, mais reste prudente : les règles de distanciation physique devraient perdurer jusqu’au 5 juillet.

Les polémiques ne s’éteignent pas, ni pour Donald Trump qui se défend quand on lui reproche de jouer au golf à un moment pareil, ni pour Boris Jonhson qui refuse de licencier son proche conseiller Dominic Cummings, cible d’accusations selon lesquelles il n’aurait pas respecté les mesures de restrictions liées au coronavirus. Les deux pays figurent parmi les plus endeuillés.

Les petits pays tirent leur épingle du jeu, dans le calme et la discrétion. Le Luxembourg a autorisé la réouverture des terrasses, dès mercredi, des cafés, restaurants et cinémas, dès vendredi. Le Grand-Duché ne compte plus que quatre malades du Covid-19 en soins intensifs (pour 3.993 cas, dont 110 mortels),

Bilan du jour. On dénombre 32 nouveaux décès (pour un total de 9.312 morts), 27 nouvelles hospitalisations (total de 1.334 personnes actuellement hospitalisées, dont 251 en soins intensifs) et 250 nouveaux cas (pour un total de 57.342).

Pays le plus touché du Moyen-Orient, l’Iran a rouvert ses restaurants, ce mardi.
Pays le plus touché du Moyen-Orient, l’Iran a rouvert ses restaurants, ce mardi.

Photo EPA

Mard 26 mai – jour 23

La rentrée scolaire des 1re et 2e primaires et 2e secondaires, ce lundi, s’est plutôt bien déroulée. La ministre de l’Éducation Caroline Désir (PS) a reconnu mardi au Parlement de quelques « ratés » dans la distribution de masques au sein des écoles, mais tous les établissements en disposent à présent, a-t-elle assuré au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. On pourrait aller plus loin dans la réouverture des écoles. Pour Yves Van Laethem, le porte-parole interfédéral, les choses ont changé depuis le début de l’épidémie et le débat est permis. Un retour généralisé à l’école d’ici la fin juin « doit être discuté », a-t-il déclaré ce mardi.

Autre amélioration : les parents qui télétravaillent seront autorisés à confier leurs enfants aux garderies assurées par les écoles durant la crise sanitaire. Du moins s’il n’y a pas de saturation (auquel cas, les parents devant être physiquement sur leur lieu de travail auront priorité). Par ailleurs, les plaines de jeux extérieures seront à nouveau accessibles aux enfants jusqu’à 12 ans inclus dès ce mercredi (communes, provinces et régions géreront ces réouvertures progressives).

Les statistiques de propagation de l’épidémie affichent toujours une embellie – mis à part un nouveau foyer d’infection à Anvers. Les hôpitaux en profitent pour faire leurs comptes. Il en ressort un bilan financier désastreux : le Covid-19 va leur coûter de 5 à 7 milliards. La mobilisation de tous les moyens pour lutter contre l’épidémie et l’arrêt de la plupart des autres activités se traduisent par des pertes sèches. La CGSP organisera plusieurs actions symboliques dans les hôpitaux publics ce mercredi pour réclamer un refinancement des soins de santé et une revalorisation des métiers.

Les pertes sont aussi colossales dans le secteur aérien. Ce mardi, l’association internationale du transport aérien (Iata) a publié les principes généraux pour le redécollage des compagnies : simplifier l’embarquement, visage couvert en vol, etc. Lufhansa devrait bénéficier d’un plan de sauvetage de 9 millions d’euros par le gouvernement allemand. La pilule ne passe pas auprès de Ryanair qui va contester ce plan devant la justice européenne, estimant qu’il va fausser la concurrence. Ryanair menace ce mardi de licencier un quart des pilotes basés en Belgique.

Les Académies royales de Belgique, d’une part, et de médecine, de l’autre, ont jeté un sacré pavé dans la mare ce mardi : dans un long communiqué, ces institutions « s’inquiètent des décisions prises par Sciensano », alors que l’Institut scientifique de service public est au cœur du dispositif de déconfinement. Les académiciens « déplorent les décisions arbitraires et opaques prises par Sciensano (et de ce fait, soutenues par les autorités en charge de la santé) dans la gestion du confinement et du déconfinement liés à la crise du Covid-19 »

Le traçage des cas de contamination ne fonctionne pas correctement : seul un malade atteint du Covid-19 sur cinq a été contacté pour cartographier ses derniers contacts avec d’autres personnes, selon une enquête menée par l’ULB, l’UAntwerpen, ainsi que les universités de Hasselt et de Louvain. La mise en place d’une application de traçage n’est pas pour tout de suite : la Belgique mise pour les premiers tests en juillet. 80 % de la technologie choisie pour faire fonctionner l’application a été développée par un consortium européen.

L’Autorité de Protection des Données (APD), la Ligue des Droits Humains (LDH) et Amnesty International ont mis en garde les députés contre les risques en termes de vie privée que contient la proposition de loi créant une banque de données utilisée pour le traçage des personnes contaminées par le covid-19. Certes, le traçage est nécessaire mais il est tout à fait possible de le faire dans un cadre légal qui respecte la vie privée, et ce n’est pas ce cadre qui est proposé aujourd’hui », a souligné la présidente de la Ligue des Droits Humains

De son côté, l’Association belge des Syndicats médicaux (ABSyM) a demandé mardi au gouvernement d’autoriser la mise à disposition des tests sérologiques pour l’ensemble de la population. « Lorsque les stocks ne sont pas mis en danger, le Belge a le droit de savoir s’il est atteint ou non par le coronavirus », estime l’ABSyM. Le savoir autant sinon plus qu’une appli ou une base de données.

Ailleurs dans le monde. La très controversée hydroxychloroquine, popularisée par l’infectiologue marseillais Didier Raoult, est désormais dans le viseur des autorités sanitaires françaises qui ont recommandé mardi de ne pas l’utiliser dans le traitement du Covid-19 hors essais cliniques. Cet avis intervient au lendemain de la décision de l’OMS de suspendre « temporairement » les essais cliniques sur la chloroquine et ses dérivés. Jair Bolsonaro maintient l’utilisation de l’hydroxychloroquine au Brésil.

La polémique autour d’un conseiller du Premier ministre britannique Boris Johnson, Dominic Cummings, accusé d’avoir enfreint les règles de confinement, continue d’ébranler le gouvernement, avec la démission d’un secrétaire d’État mécontent du soutien obtenu par l’intéressé. L’Italie qui connaît le nombre de nouveaux décès le plus bas depuis le 2 mars (78 morts en 24h) pousse pour une réouverture commune des frontières européennes le 15 juin, rejoignant les déclarations franco-allemandes pour une réouverture rapide des frontières.

Bilan du jour. On dénombre 23 nouveaux décès (pour un total de 9.334 morts), 23 nouvelles hospitalisations (total de 1.302 personnes actuellement hospitalisées, dont 249 en soins intensifs) et 198 nouveaux cas (pour un total de 57.455).

Plus d’une cinquantaine de chauffeurs de la STIB ont respecté une minute de silence ce mercredi, au dépôt Delta, en hommage à leur collègue de 55 ans testé positif au COVID-19 et décédé au début de cette semaine.
Plus d’une cinquantaine de chauffeurs de la STIB ont respecté une minute de silence ce mercredi, au dépôt Delta, en hommage à leur collègue de 55 ans testé positif au COVID-19 et décédé au début de cette semaine.

Photo Bela

Mercredi 27 mai – jour 24

Le comité de concertation a tranché, ce mercredi : toutes les maternelles reprendront l’école le 2 juin et toutes les primaires le 8 juin prochain. « Le développement de l’enfant est une priorité des autorités. Or, il est également reconnu que le confinement a des effets plus ou moins importants selon les cas d’un point de vue mental, social et éducationnel, » souligne le comité de concertation qui réunit l’État fédéral et les différentes entités fédérées. Les syndicats ont exprimé des réserves : « l’accélération brutale » des mesures de déconfinement risque de briser la confiance qui avait prévalu jusqu’ici « entre l’école et tous ceux qui la fréquentent », indiquent-ils.

Dans l’enseignement supérieur, l’heure est plutôt aux examens. Les étudiants de l’UCL ont appris une bonne nouvelle, ce mercredi : l’université renonce au logiciel prévu pour mener à bien ces examens, la plateforme TestWe. Cette dernière provoquait de nombreux soucis. Des tests avaient été menés encore ce mardi et le trop grand nombre d’étudiants connectés a eu raison du système. L’UCLouvain poursuivra les examens avec Moodle et Teams.

Le déconfinement gagne aussi les entreprises. Des tests seront disponibles pour celles qui souhaitent proposer un test au coronavirus à ses employés. Mais les entreprises ne peuvent pas obliger des membres du personnel à se soumettre à un test. Certains secteurs restent fermés, à commencer par l’horeca. Il faudra bien attendre le 8 juin avant toute réouverture dans le secteur Horeca, a assuré ce mercredi la ministre de l’Économie, Nathalie Muylle, en commission de la Chambre, douchant les espoirs d’une relance plus rapide que le ministre De Crem avait évoquée dimanche, avant d’être contredit par son propre cabinet.

La Belgique suit les prescriptions de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Sciensano a mis à jour ses lignes directrices pour le traitement des patients atteint du coronavirus. L’utilisation de l’hydroxychloroquine, médicament contre le paludisme, est désormais fortement déconseillée. En France, elle est désormais interdite. La course au remède se poursuit !

Ailleurs dans le monde. Avec un fonds de relance de 750 milliards d’euros pour soutenir l’économie européenne mise à mal par le coronavirus, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a proposé un plan d’aide exceptionnel, et appelé les 27 à « mettre de côté les vieux préjugés » pour le soutenir. Ce plan doit encore être approuvé. Le président du Conseil européen Charles Michel espère un accord avant l’été, Angela Merkel s’attend à des négociations « difficiles ».

L’Italie et l’Espagne pourraient recevoir plus de 172 et 140 milliards d’euros respectivement via cet instrument, qui va faire l’objet d’âpres négociations entre Etats membres. Pour la Belgique, l’enveloppe s’élèverait à 5,5 milliards d’euro. Alexander De Croo, vice-premier ministre, voit dans ce plan de relance européen : « Une révolution copernicienne », un « plan historique », qui « trouve le juste équilibre entre solidarité et responsabilité. »

Aux Etats-Unis, où le cap des 100.000 morts devraient être franchis ce jeudi (le bilan était de 99.724 décès, ce mercredi), on apprenait le lourd tribut du personnel soignant. Le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) a indiqué que 62.344 médecins et infirmières ont été infectés, parmi lesquels 291 ont perdu la vie. Pendant ce temps, Donald Trump tempête contre Twitter. Certains de ses messages ont été indiqués comme « trompeurs » par le réseau social avec cette mention « vérifiez les faits ».

Bilan du jour. On dénombre 36 nouveaux décès (pour un total de 9.364 morts), 36 nouvelles hospitalisations (total de 1.128 personnes actuellement hospitalisées, dont 220 en soins intensifs) et 137 nouveaux cas (pour un total de 57.592).