Accueil Économie Télécoms

5G: les inquiétudes sont-elles fondées?

Alors que le coup d’envoi officiel de cette nouvelle génération de téléphonie mobile se rapproche, la contestation enfle au sein de la société civile.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 11 min

La nouvelle génération de réseau mobile 5G est à nos portes. Le 1er avril dernier, Proximus a ouvert le bal. L’opérateur a lancé dans une trentaine de villes une version « light » en réutilisant les antennes existantes et en recyclant des fréquences de la bande 3G. Dans quelques semaines, le régulateur des télécoms, l’IBPT, devrait octroyer à cinq opérateurs des fréquences 5G sur une base provisoire en attendant qu’un accord politique puisse être trouvé entre le fédéral et les Communautés sur la répartition des recettes d’une future vente aux enchères des fréquences encore à organiser.

Si l’arrivée de cette technologie est fort attendue par le monde économique, elle suscite aussi une levée de boucliers de plus en plus manifeste de citoyens et d’associations, inquiets pour leur santé, l’environnement, leur mode de vie… Depuis plusieurs mois, les pétitions et les manifestations se multiplient, orchestrées par une coalition « stop5G ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Peeters Patrick, vendredi 26 juin 2020, 16:06

    En septembre 2017, en effet, 230 scientifiques et médecins du monde entier ont lancé un moratoire commun sur les dangers de la 5G. : effets néfastes de ces ondes millimétriques sur la santé : "un risque de cancer, de stress cellulaire, d'augmentation des radicaux libres nocifs, de dommage génétique et du système reproducteur, de déficits d'apprentissage et de mémoire, de troubles neurologiques". La liste est longue mais pas vraiment rassurante. Pour justifier leurs craintes, les experts s'appuient sur une étude du National Toxicology Program américain, la plus vaste jamais effectuée sur le sujet.

  • Posté par Dolhen Agnès , mercredi 24 juin 2020, 17:43

    Les écologistes de l'époque ont écrit dans les journaux que si la circulation hippomobile augmentait, nos rues seraient recouvertes d'une immense couche e crottin de cheval, ce qui serait nocif pour la santé. Ils ont aussi écrit que la vitesse du train à vapeur Bruxelles Malines allait provoquer des désintégrations des organes internes des voyageurs... Maintenant c'est la 5G. Ils sont anti progrès. Comme moi ils n'y connaissent rien. Qu'ils causent, mais qu'ils ne fassent pas plonger notre pays dans la misère (diminutions de productivité suite à un ralentissement considérable de la vitesse de circulation, dégringolade de notre économie vers un niveau sous développé car nous n'aurons plus accès à la technologie nécessaire ....) Il me semble qu'ils représentent une minorité qui fait beaucoup de dégâts, pourvu que ces dégâts ne deviennent pas irréversibles.

  • Posté par LAUWERS, jeudi 14 mai 2020, 21:50

    Et il n'y a pas que les problèmes environnementaux et sanitaires... https://www.youtube.com/watch?v=IAoYRCEODHg (ARTE, avr. 2019).

  • Posté par Hottat Anne-france, jeudi 14 mai 2020, 20:48

    L'aspect sanitaire n'est qu'une facette du dossier 5G. La mise en oeuvre de la 5G aura des répercussions environnementales majeures. Elle impliquera, à terme, le lancement de 20.000 satellites en orbite basse - à ajouter aux 42.000 du projet Starlink si SpaceX le mène jamais à son terme - et l'installation d'une antenne spécifique tous les 150 mètres, en ce compris à l'intérieur des immeubles. Le tout pour une activité dédiée à 70 % aux loisirs (streaming) et au confort (le nombre d'objets connectés devrait atteindre les 48 milliards en 2025). En Corée du Sud, où la 5G est désormais très avancée dans son déploiement, on a constaté que la consommation de data des utilisateurs avait triplé en six mois. En pleine transition énergétique, il y a peut-être d'autres priorités. Et le reste est à l'avenant : pollution imbécile, gabegie sidérante - les centaines de millions de smartphones recensés dans le monde devront être remplacés par d'autres, 5G compatibles, gavés de terres rares extraites dans les conditions environnementales et sociales que l'on sait. Sans même parler du renforcement de l'emprise que le système aura, par ce biais, sur l'individu. Et puis, par dessus tout, il y a cette question : au nom de quoi - sinon de l'argent, bien sûr - prétend-on nous imposer cette technologie qui nous conduit tout droit vers un monde dont on n'a pas forcément envie ? Rêvez-vous vraiment de vivre dans une smart city, dans le voisinage d'un frigo connecté ? Marre que la marche de ce monde nous soit imposée par des écocidaires à front de bélier.

  • Posté par Naze Guy, jeudi 14 mai 2020, 20:13

    Et si on se posait les bonnes questions ? A quoi sert cette 5G ? A pas grand chose de veritablement utile, mais dont personne ne veut se passer... Le probleme est que les gens veulent pouvoir avoir internet partout chez eux sans fil (wifi, aux frequences similaires a la 5G) et pouvoir regarder des videos partout en dehors (d'ou besoin de la 5G) mais sans avoir les antennes & co (le fameux nimby!)... On ne peut avoir le beurre, l'argent du beurre etc. Il serait temps de comprendre que le futile consomme enormement de ressources et d'electricite et qu'un autre mode de vie est possible - ou sinon, alors assumer les consequences de ses choix.

Plus de commentaires

Aussi en Télécoms

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs