Accueil Société Régions Hainaut

Les émotions vues au ralenti extrême

I-Movix a mis au point le « capteur d’émotions » pour le musée des Beaux-Arts de Mons

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Société Temps de lecture: 3 min

Terry Fox et Bill Viola auraient sans doute apprécié. Ces deux figures de la scène artistique californienne ont été parmi les premiers à utiliser la vidéo comme outil d’expérimentation dans les années septante. Leurs œuvres sont actuellement exposées au musée des Beaux-Arts de Mons (BAM) qui accueille pour l’occasion, un drôle d’engin imaginé par les ingénieurs d’I-Movix, la société leader mondial du ralenti vidéo. Baptisé très justement le « capteur d’émotion », l’appareil mis à la disposition des visiteurs, est une sorte de vidéomaton où les émotions filmées sont retransmises au ralenti extrême. « Le visiteur est invité à placer sa tête dans une boîte dont il ignore ce qu’elle contient, explique Ludovic Motte, chef de projet chez I-Movix. A l’intérieur, il ne voit rien mais selon des séquences aléatoires, il reçoit soit un jet d’air soit un son particulier, soit les deux en même temps.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Hainaut

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs