Accueil Société

«Notre suivi est le plus adéquat»: le Centre de crise explique le taux de mortalité élevé en Belgique

« D’un point de vue global, la situation reste favorable », a expliqué Yves Van Laethem, virologue.

Temps de lecture: 2 min

Le nombre de contaminations continue à diminuer ces derniers jours. 67 nouvelles personnes ont été admises à l’hôpital ces dernières 24 heures. Une tendance qui descend, tout comme le nombre de patients en soins intensifs. Encore 380 patients s’y trouvent, on reste sous la barre des 400 patients. Le nombre de décès continue également à diminuer avec 56 décès ces dernières 24 heures. La baisse est en moyenne de 6 % par jour sur les sept derniers jours. « D’un point de vue global, la situation reste favorable », a expliqué Yves Van Laethem, virologue.

Le Centre de crise a également détaillé de taux de mortalité élevé en Belgique. En effet, quand on regarde les chiffres, la Belgique présente un taux de mortalité élevé par rapport aux autres pays européens. Ceci s’explique par la manière de définir un cas de décès covid positif. Dans certains pays on ne dénombre que les cas de décès à l’hôpital, et pas en maisons de repos. Dans d’autres, on dénombre les décès en maison de repos mais on ne compte pas les patients qui ne sont pas testés. La Belgique rassemble tous ces cas et les prend tous en compte dans sa mortalité. C’est ce que l’OMS recommande et la Belgique a d’ailleurs été félicitée par l’OMS pour son suivi de la mortalité.

La Belgique félicitée

Pour étayer ses propos, le Centre de crise a présenté une étude de The Economist qui évoque la surmortalité dans différents pays en Europe. Pour de nombreux pays, la surmortalité globale est nettement plus élevée que la mortalité déclarée pour le Covid. C’est le cas de l’Italie et les Pays par exemple où la surmortalité est deux fois plus importante que la mortalité déclarée pour le Covid. En Belgique, le nombre de décès rapportés liés au coronavirus sont très similaire aux chiffres réels de surmortalité. Ces courbes de mortalités se superposent. A quelques cas près, la courbe de la surmortalité et équivalente à celle de la mortalité déclarée pour le Covid.

12

Cela montre, selon le Centre de crise, que « notre manière de qualifier les choses est la plus adéquate et la plus correcte ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Zannoni Daniele, dimanche 17 mai 2020, 22:57

    ....Mais il faut surtout comprendre (a part les maison de repos) l'histoire des nouvelles hospitalisations en Belgique pour comprendre où ce personnes on attrapé le virus !!!

  • Posté par BEECKMAN Marc, vendredi 15 mai 2020, 13:20

    Félicité par l'OMS pour son bonnet d'âne mondial. c'est l'histoire d'un automobiliste qui entend l'information suivante sur son autoradio "...on nous signale un conducteur fantôme sur l'autoroute ..." et qui se fait la réflexion "un seul mais il sont tous à contre sens !". Quand on a raison contre tous est-on réellement sur de ne pas avoir tort? Ces chiffres si parfaits apparemment au niveau de la méthode choisie sont très préjudiciables à la Belgique au moment ou l'on parle de qualification des pays à risque. La Belgique détient la pôle position et de très loin. dès lors qui pourrait condamner, les citoyens du monde ne désirant plus visiter La Belgique car trop dangereux ou les pays qui décideraient d'une mise en quinzaine des citoyens belges qui voudraient s'y rendre.

  • Posté par Hawkins Danielle, vendredi 15 mai 2020, 15:58

    Les citoyens du monde n'ont qu'à rester chez eux, et les Belges en Belgique. Personne ne s'en portera plus mal. Par contre notre Mère Terre, elle, ne s'en portera que mieux!

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko