La livre sterling au plus bas depuis six semaines face à l'euro, impasse sur le Brexit

"Le Royaume-Uni refuse d'accepter les exigences de l'UE en matière d'égalité des conditions de concurrence. La Grande-Bretagne a également déclaré qu'elle refuserait toute offre de prolongation de la période de transition", explique Neil Wilson, analyste pour Markets.com, qui évoque une impasse.

Britanniques et Européens ont de nouveau fait part de leur "déception" vendredi, à l'issue d'un troisième cycle de discussions cette semaine sur la relation post-Brexit.

En dehors de "quelques ouvertures modestes, aucun progrès n'a été possible sur les autres sujets, les plus difficiles", a déclaré le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, lors d'une conférence de presse à Bruxelles. Il a jugé ce round "décevant".

Son homologue britannique David Frost a lui fustigé le "peu de progrès" accomplis et réclamé "un changement d'approche de l'UE" avant le prochain cycle de discussions le 1er juin.

L'évolution du cours de la livre est fortement corrélée à celle des négociations sur le Brexit.

Si la période de transition, prévue jusqu'à la fin de l'année sauf prolongement, s'achève sans accord commercial, alors les investisseurs craignent des retombées négatives pour le Royaume-Uni, ce qui pèse sur la devise britannique.

De ce fait, la livre est de facto devenue une monnaie considérée comme "à risque" par les marchés et toute incertitude lui est néfaste, ce qui explique qu'elle a souffert plus que l'euro et le dollar de la pandémie de Covid-19.

Enfin, il y a quelques jours, des commentaires du gouverneur de la Banque d'Angleterre laissant entrevoir une politique monétaire encore plus accommodante ont également pesé sur la livre sterling.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous