Accueil Société

Dossier Ogeo: la transaction pénale de Stéphane Moreau à nouveau reportée

Soupçonné d’infractions dans le cadre de la gestion du fonds de pension Ogeo, Stéphane Moreau devra encore patienter pour être fixé sur son sort. Deux des dirigeants d’Ogeo Fund ont pour leur part bénéficié d’un non-lieu. André Gilles, ex-président provincial, a pu conclure une transaction avec le parquet.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 4 min

Ce devait être le moment de vérité pour Stéphane Moreau : mercredi 13 mai, la chambre du conseil de Liège avait en principe à prononcer sur le projet de transaction pénale bouclé en juillet 2019 entre M. Moreau et le parquet général de Liège. Le premier espère ainsi faire table rase d’une série de préventions liées à sa gestion passée du fonds de pension liégeois Ogeo, dont il était administrateur délégué ; le second compte sortir avec un relatif honneur d’un dossier judiciaire ouvert il y a onze ans, flirtant avec les limites du délai raisonnable et à l’issue incertaine.

Il leur faudra encore patienter, la juge a en effet relevé dans son ordonnance qu’un article de loi sur lequel s’appuie une des préventions a été abrogé, ce qui rend dès lors caduque cette incrimination et oblige le ministère public à revoir sa copie. Avant de se représenter, à une date non encore fixée, en chambre du conseil.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Lambotte Serge, jeudi 21 mai 2020, 18:44

    Nethys,Ogeo, Tecteo,La pergola,et j'en passe...............….Il s'en sortira aussi avec sursis comme Happart et les autres P$.

  • Posté par Lambert Guy, samedi 16 mai 2020, 12:37

    Ces transactions pénales qui permettent aux plus riches d'échapper à la prison, ça me débecte de plus en plus. On voit bien qu'on va vers une justice de plus en plus de classe. Et les "miettes" récupérées ne justifient en rien l'argumentaire souvent développé. D'ailleurs, souvent les sommes versées ne mettent aucunement sur la paille les bénéficiaires de ces transactions: tout au plus l'équivalent d'une piqûre d'insecte. Justice de classe!

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs