Accueil Économie Consommation

400 millions de bières non bues: le secteur brassicole vit aussi la crise sanitaire

Si le secteur horeca est sévèrement touché par la crise, les brasseurs belges vivent aussi durement le confinement. Les sept mois à venir seront cruciaux pour rebooster la mousse.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, la bière belge vit aussi sévèrement la crise du Covid-19. Les exportations, qui représentent 70 % de la production, sont depuis mars fortement limitées, alors que l’horeca est au point mort. Cela provoque une hibernation inédite du secteur brassicole, comme jamais depuis la seconde guerre mondiale.

Deux mois après le début du confinement, la Fédération des Brasseurs Belges dresse un premier bilan. « La fermeture de l’horeca était une mesure nécessaire pour garantir la sécurité sociale et la santé », commente Nathalie Poissonnier, directrice des Brasseurs Belges. « La fermeture des cafés a permis, entre autres, de ralentir la propagation du virus. Mais le moment est venu d’envisager la réouverture de tous les établissements horeca, y compris les cafés, et de trouver un équilibre entre des règles de santé et de sécurité strictes mais nécessaires. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Kestemont Édouard, samedi 16 mai 2020, 14:20

    Il y a les petits brasseurs et les grandes multinationales. Combien de gain pour celles-ci et leurs actionnaires avant le confinement? Et les bonis et autres parachutes ?

  • Posté par cuypers freddy, samedi 16 mai 2020, 18:38

    Tiens je reprendrais bien une petite chimay bleue si on là diminue de 50%

  • Posté par Surmont Willy, samedi 16 mai 2020, 11:28

    Une comparaison: nombre de victimes de par le monde du covid-19: 131.000 . Nombre de victimes directes ( cirrhose) et indirectes de par l'alcool (accidents mortels, violences ménagères létales etc.) estimé à 35 millions par an!

  • Posté par Draye Jean-Pierre, samedi 16 mai 2020, 19:23

    A mon humble avis, cela doit être plus que largement compensé par le nombre de naissance grâce à l'alcool....

  • Posté par Fizaine Grégory, samedi 16 mai 2020, 9:33

    Quand on voit l'explosion du prix des bières au resto depuis qqes années je ne risque pas de prendre autre chose que de l'eau gazeuse !

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs