Les cours et tribunaux reprennent leur travail normal dès lundi: une tâche ardue et difficile

Les cours et tribunaux reprennent leur travail normal dès lundi: une tâche ardue et difficile

Les cours et tribunaux belges reprendront eux aussi leur travail normal à partir de lundi, après deux mois de mesures de quarantaine. Cette sortie de crise sera cependant une tâche difficile, étant donné la nature des activités dans nos palais qui, lorsqu’ils fonctionnent normalement, rassemblent parfois de nombreuses personnes dans un espace limité, signale vendredi le Collège des cours et tribunaux. Dans de nombreux endroits, les moyens de sécurité font en outre encore défaut et, malgré les efforts du personnel judiciaire, un retard considérable est apparu. Le port du masque y sera par ailleurs obligatoire.

La crise a révélé de nombreuses lacunes dans le fonctionnement du système judiciaire, déplore le Collège.

« Grâce au dévouement des magistrats et du personnel des tribunaux, la justice a pu être garantie partout où cela était possible, grâce aussi à la créativité et à l’audace nécessaires au niveau local », commente Fabienne Bayard, présidente du Collège. « De ce fait, de nombreuses affaires ont encore pu être traitées et de nombreuses audiences être maintenues. »

Toutefois, de nombreuses autres n’ont pas pu être traitées non plus, ce qui a entraîné d’importants retards. Le Collège demande donc que des audiences supplémentaires soient organisées, également en juillet et en août.

En attendant, les tribunaux et les cours reprendront leur travail lundi et ce sera un exercice difficile, selon la présidente. « Il n’y a pas que la nature des activités dans les palais de justice et les palais, qui, dans un fonctionnement normal, rassemblent parfois de nombreuses personnes dans un espace limité. En outre, il est souvent nécessaire d’attendre les investissements en personnel et les fournitures de matériaux nécessaires tels que les poignées, les murs en plexiglas, etc. pour pouvoir fonctionner en toute sécurité. La coordination entre les services de gestion des bâtiments et les utilisateurs, en particulier les cours et tribunaux, a parfois été difficile au cours de ce changement », estime Fabienne Bayard.

La crise a également révélé un certain nombre de lacunes dans le fonctionnement de l’organisation judiciaire, constate-t-elle. « Une fois le calme revenu, nous devrons tirer les leçons de cette période particulière et poursuivre nos efforts de modernisation », conclut la présidente.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous