Accueil Opinions Cartes blanches

«Billet d’humeur d’une prof en colère et en questionnement»

Pour des milliers d’étudiants, les examens ont commencé ou vont commencer. Sophie Logjes voudrait que le pouvoir politique prenne la responsabilité de poser un constat de non-sens par rapport à cette session, la suspende et réfléchisse à d’autres options

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 8 min

J’assure actuellement une charge de « coordinatrice de section » dans une Haute Ecole – enseignement supérieur professionnalisant. De ce fait, les difficultés se cristallisent autour de ma fonction. La détresse chez mes collègues et mes étudiants, je la constate chaque jour. Et je la partage.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par lucien Orban, dimanche 17 mai 2020, 23:35

    Tien un prof qui a mal a ces vacances..

  • Posté par Moris gérard, dimanche 17 mai 2020, 18:59

    Tout est mis en place depuis le début du confinenemt,alors je ne vois pas pourquoi on se plaint encore. Innover -voilà ce qu'il lui faudrait entreprendre..

  • Posté par Graillet Christian, dimanche 17 mai 2020, 16:36

    Bonjour Madame Logjes. Votre mal-être dans ces circonstances est bien compréhensible et, à lire les réactions des lecteurs, il est bien compris. Malheureusement, le virus n'est pas disparu et il ne le sera pas avant longtemps, voire très longtemps. En septembre, vous ne retrouverez pas l'enseignement que vous avez connu. Etant perfectionniste, je perçois très bien votre ressenti. Toutefois, maintenant plus que jamais, le meilleur est l'ennemi du bien même si le bien vous paraît bien insuffisant. Il faut avancer. Il est vrai que les jeunes de milieux favorisés seront privilégiés. Ce n'est pas une raison pour ne pas aller de l'avant, tous ensemble, en faisant pour le mieux. Le "jeune défavorisé" qui veut arriver, arrivera, croyez-moi et beaucoup mieux que le "jeune favorisé" peu motivé et nous en connaissons tous. En Belgique et beaucoup plus encore que dans de nombreux autres pays, qui veut peut. Courage, Madame Logjes !

  • Posté par Marique Thierry, dimanche 17 mai 2020, 11:46

    Bonjour. Je suis étonné du contenu de ce billet. La plupart de mesures proposées par l'auteure sont en effet autorisées et mises en œuvre par certaines HE (il est vrai que chaque établissement s'est organisé en autonomie). En particulier organiser un repêchage en août, toujours en 1 session, pour les étudiants qui auront eu des difficultés techniques ou autres en juin, décaler la rentrée, priorité aux étudiants diplômables. On sait aussi que le calcul de finançabilité sera assoupli.

  • Posté par Coulon Michel, dimanche 17 mai 2020, 11:34

    bla bla sur tout ce qu'il ne fallait pas faire Mais après cela il faut proposer des alternatives réalistes!!

Plus de commentaires

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs