Sophie Wilmès mal accueillie à l’hôpital Saint-Pierre de Bruxelles: «Personne n’ignore la détresse du personnel soignant»

Sophie Wilmès mal accueillie à l’hôpital Saint-Pierre de Bruxelles: «Personne n’ignore la détresse du personnel soignant»

La Première ministre Sophie Wilmès a visité les hôpitaux Chirec-Delta et Saint-Pierre samedi pour témoigner de son soutien au personnel des soins de santé. L’accueil fut plutôt froid à l’hôpital, pour ne pas dire davantage, à l’hôpital Saint-Pierre à Bruxelles.

Des membres du personnel de l’hôpital bruxellois ont organisé une haie d’honneur, le dos tourné, à Mme Wilmès et à sa délégation. Selon la CGSP, une centaine d’infirmiers, médecins, aides logistiques, personnel de nettoyage, administratifs, pompiers… ont pris part à cette action symbolique.

Le secteur a très mal accueilli les arrêtés royaux prévoyant une réquisition de personnel en cas de besoin. Les infirmiers estiment avoir fourni assez d’efforts et s’être montrés suffisamment disponibles tout au long de la crise sanitaire.

Le personnel des soins de santé réclame en outre, depuis plusieurs mois, une revalorisation de la profession.

La Première ministre a affirmé être venue apporter un « message d’apaisement ». « Personne n’ignore la détresse du personnel hospitalier, qui était déjà présente avant la crise et qui s’est accrue avec les difficultés », a-t-elle concédé au micro de la RTBF. « Je ne conçois pas que l’après-crise soit ramenée à ce qu’il y avait avant. Il faudra structuraliser la revalorisation du métier d’infirmier. C’est une certitude. »

« Il y a eu l’expression d’un malaise, d’un besoin de dialogue », a également confié la Première. « Il y a eu un dialogue autour de la table. Je pense que c’est fondamental. Il faut pouvoir entendre quand ça ne va pas », a-t-elle réagi au micro de RTL. La Première a pu dialoguer une quarantaine de minutes avec les représentants du personnel soignant mécontent.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous