Bundesliga: les joueurs ont surtout regretté l’absence du public lors de la reprise

Bundesliga: les joueurs ont surtout regretté l’absence du public lors de la reprise
Photo News

L’absence de public est ce qui a manqué le plus aux joueurs et entraîneurs, samedi lors de la reprise du championnat de Bundesliga, samedi. Il s’agissait des premières rencontres jouées depuis l’arrêt de toutes les compétitions à la mi-mars en raison de la pandémie de Covid-19.

Ils ont également eu du mal à ne pas se tomber dans les bras l’un de l’autre lorsqu’ils ont marqué un but. « L’ambiance manquait et il a fallu s’y habituer. Vous remarquez vraiment que les fans ne sont pas là », a déclaré Steven Skrzybski du Fortuna Düsseldorf, qui a concédé le partage 0-0 contre le SC Paderborn dans un match important dans la lutte pour le maintien.

« Le jeu devient plus facile, car vous entendez beaucoup mieux l’entraîneur », a-t-il aussi reconnu.

La Bundesliga a été autorisée à reprendre le chemin des stades, désormais vides de tout public, en suivant de nombreuses règles de sécurité sanitaire.

« C’était un peu surréaliste et nous devrons nous y habituer, mais il n’y a pas d’alternative. Je suis heureux que nous jouions à nouveau », a déclaré Hans-Joachim Watzke, le directeur du Borussia Dortmund.

Il a été soutenu par son entraîneur Lucien Favre, qui a vu son équipe s’imposer 4-0 face à Schalke 04. « Nos supporters n’étaient pas là, le « mur jaune » avait disparu et c’était étrange. Mais nous voulions absolument gagner pour les fans, même s’ils étaient maintenant chez eux devant la télévision ».

L’entraîneur Oliver Glasner du VfL Wolfsburg a eu du mal à contrôler ses émotions. Son équipe a remporté le match en déplacement au FC Augsbourg dans le temps additionnel (1-2). « Vous voulez fêter un tel but victorieux avec les supporters devant leur tribune, mais cela n’a pas été possible. J’ai quitté mon banc d’entraîneur parce que j’étais si heureux, mais j’ai immédiatement réalisé que je devais y retourner et ne pas trop m’approcher de mes joueurs. Ce n’est pas amusant, mais nous devons être disciplinés maintenant ».

Martin Hinteregger, le joueur autrichien de l’Eintracht Francfort battu 1-3 par Mönchengladbach, regrettait de ne pas avoir pu compter sur l’avantage de jouer à domicile : « la pression du public n’était tout simplement pas là. Tout le monde ressent cela un peu comme un match d’entraînement. »

Le gardien de but de Fribourg, qui a fait match nul 1-1 à Leipzig, Alexander Schwolow a lui estimé que le match était difficile sur le plan psychologique. « Le football vit du public. Vous voulez faire plaisir aux gens dans le stade. Il n’était pas facile pour moi de me motiver ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • photonews

    Par G.R., S.H., B.H., Ph.G., D.S.

    Division 1A

    Face aux incertitudes liées au coronavirus, les clubs veulent chouchouter leurs fans

  • Une image rare
: Musonda Jr en action (ici avec Vitesse Arnhem).

    Par Philippe Gerday

    Football international

    Pour Charly Musonda Junior, c’est la fin du calvaire

  • collage

    Par D.S.

    Standard

    Standard: quatre jeunes seront intégrés au noyau A

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous