Sophie Wilmès dans des hôpitaux bruxellois: passe d’armes entre le virologue Marc Van Ranst et l’extrême droite

Sophie Wilmès dans des hôpitaux bruxellois: passe d’armes entre le virologue Marc Van Ranst et l’extrême droite

Ce samedi, la Première ministre, Sophie Wilmès, a visité les hôpitaux Chirec-Delta et Saint-Pierre samedi pour témoigner de son soutien au personnel des soins de santé. Lors de son arrivée à l’hôpital Saint-Pierre à Bruxelles, l’accueil fut plutôt froid.

Des membres du personnel de l’hôpital bruxellois ont organisé une haie de (dés)honneur, le dos tourné, à Mme Wilmès et à sa délégation. Selon la CGSP, une centaine d’infirmiers, médecins, aides logistiques, personnel de nettoyage, administratifs, pompiers… ont pris part à cette action symbolique.

Le secteur a très mal accueilli les arrêtés royaux prévoyant une réquisition de personnel en cas de besoin. Les infirmiers estiment avoir fourni assez d’efforts et s’être montrés suffisamment disponibles tout au long de la crise sanitaire, le personnel des soins de santé réclame aussi, depuis plusieurs mois, une revalorisation de la profession.

La Première ministre a affirmé être venue apporter un « message d’apaisement ». « Personne n’ignore la détresse du personnel hospitalier, qui était déjà présente avant la crise et qui s’est accrue avec les difficultés », a-t-elle concédé au micro de la RTBF. « Je ne conçois pas que l’après-crise soit ramenée à ce qu’il y avait avant. Il faudra structuraliser la revalorisation du métier d’infirmier. C’est une certitude. »

« Il y a eu l’expression d’un malaise, d’un besoin de dialogue », a également confié la Première. « Il y a eu un dialogue autour de la table. Je pense que c’est fondamental. Il faut pouvoir entendre quand ça ne va pas », a-t-elle réagi au micro de RTL. La Première a pu dialoguer une quarantaine de minutes avec les représentants du personnel soignant mécontent.

Les images ont fait réagir le président du Vlaams Belang, Tom Van Grieken. Dans un tweet, il juge le bilan de notre pays mauvais, la Belgique ayant, selon lui, le plus haut taux de morts par habitants.

Cependant, comme Le Soir l’expliquait dans un article, la Belgique recense ses morts de façon large, selon une méthode différente de celle des pays voisins, ce qui rend les comparaisons internationales complexes, voire douteuses. En effet, la Belgique compte les décès en milieu hospitalier et en maison de repos, ce qui n’a pas été « directement mis en place par la plupart des pays auxquels nous sommes comparés », expliquait Emmanuel André.

Des propos qui n’ont pas laissé le virologue Marc Van Ranst de marbre. « Ce parti d’extrême-droite nourrit aussi le monde de mensonges en anglais (le tweet de Tom Van Grieken était en anglais, NDLR.). La réalité est que la Belgique a été frappée par des milliers de voyageurs revenant d’Italie à la fin février. » Il recadre aussi ses propos concernant la surmortalité en Belgique  : « Elle est la même qu’aux Pays-Bas ou en France. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous