Accueil Société

Chaton péruvien: le ministre Ducarme soutient le point de vue de l’Afsca

Temps de lecture: 2 min

Le ministre fédéral Denis Ducarme (MR), qui exerce la tutelle de l’Afsca, soutient la position de l’Agence pour la sécurité de la chaîne alimentaire dans l’affaire du chaton ramené illégalement du Pérou par une jeune étudiante flamande. « L’euthanasie est la seule option possible », explique le ministre fédéral dans une lettre adressée à son homologue flamand en charge du Bien-être animal, Ben Weyts (N-VA).

L’étudiante anversoise Selena Ali a ramené son chat illégalement du Pérou début avril. L’animal n’a pas été vacciné comme il l’aurait fallu. Comme il ne peut être totalement exclu que l’animal soit porteur de la rage, une maladie mortelle, l’Afsca a demandé à ce que l’animal soit euthanasié. La propriétaire refuse de s’y résoudre et joue au chat et à la souris avec les autorités sanitaires.

L’affaire du « katje Lee » défraie la chronique en Flandre, si bien que le ministre flamand en charge du Bien-être animal, Ben Weyts, s’en est mêlé. Selon ce dernier, l’euthanasie de l’animal ne serait non seulement pas nécessaire mais également illégale. Le ministre flamand s’appuie sur la législation européenne qui prévoirait qu’il faut en premier essayer de renvoyer le chat, au Pérou en l’occurrence. « Si cela n’est pas possible, comme c’est le cas ici, il doit être mis en quarantaine. Ce n’est que si ces options ne sont pas possibles que l’on peut procéder à l’euthanasie. »

Dans sa réponse, le ministre Ducarme rappelle l’extrême dangerosité de la rage, maladie transmise par un virus présent dans plus de 150 pays et qui fait plus de 55.000 morts par an de par le monde, dont 40 % d’enfants. Un virus particulièrement pernicieux qui ne laisse que 48 heures à la personne contaminée, une fois les symptômes apparus, pour échapper à la mort. En outre, le Pérou est un pays « à risque élevé » alors que la Belgique est officiellement exempte de rage depuis 2001 et entend bien le rester.

Renvoyer le chaton n’était pas une option possible et il n’existe pas de centre de quarantaine agréé en Belgique pour les chiens et chats, poursuit le ministre fédéral. Sur base d’une analyse de risque approfondie, il est donc apparu que l’euthanasie du félidé « était la seule option possible », conclut le ministre Ducarme dans sa missive.

M. Ducarme rappelle enfin que la jeune étudiante a été déboutée par le Conseil d’Etat dans un récent arrêt.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

20 Commentaires

  • Posté par Passtoors Marinis Hélène, lundi 25 mai 2020, 19:07

    Que ceux qui n'ont jamais eu affaire à la rage (rabiès), s'abstiennent de commentaires, de grâce!

  • Posté par Biot Philippe, lundi 18 mai 2020, 10:11

    Où va le monde????Des milliers et des milliers de travailleurs, salariés ou indépendants, sont à l'arrêt. Des milliers et des milliers de morts en moins de 3 mois??? Que lit-on en 1° page de certains journaux du Nord????? LLLLLEEEEEEEEEEEE avec une photo de chat. Un Ministre intervient pour...sauver un chat. Il ne doit pas avoir beaucoup de travail! Et ça paie bien….

  • Posté par Doffiny Jean-pierre, lundi 18 mai 2020, 9:38

    Alors que, assez hypocritement, l'on a euthanasié activement ou passivement à tour de bras quantité d'humains dans les EHPAD et autres maisons de retraite, on va maintenant s'apitoyer sur le sort d'un animal potentiellement dangereux ? On marche sur la tête !

  • Posté par BINAME Robert, lundi 18 mai 2020, 8:38

    Hallucinant ! Cette personne a importé illégalement un chat. Il n'y a aucune raison de ne pas euthanasier celui-ci. Elle trouvera aisément un chat de remplacement chez Veeweyde.

  • Posté par LIENARD NORBERT, lundi 18 mai 2020, 9:31

    Klein c est vous qui hallucinez

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko