Caroline Désir sur la rentrée scolaire: «Ce n’est pas une réouverture à la carte» (direct)

La ministre de l’Enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles évoquait ce lundi matin « une rentrée très différente, partielle, progressive » au micro de nos confrères de BelRTL.

En effet, ce lundi 18 mai, 120.000 élèves de sixième primaire et de fin de secondaire retrouvent l’école qu’ils ont quittée le 6 mars dernier. La ministre l’affirme : « Toutes les écoles ont bien été servies en masques ». « C’était notre priorité absolue que toutes les écoles puissent être livrées dans les temps puisqu’il s’agissait d’une condition à la réouverture. » Des masques en tissus qui doivent, précise la ministre, être entretenus et lavés par les parents et les élèves puisque les consignes d’hygiène doivent être respectées. En ce qui concerne les mesures sanitaires, la ministre insiste : « Un enfant malade, on ne le met pas à l’école et on appelle son médecin pour qu’il puisse être testé. S’il tombe malade à l’école, les parents seront directement contactés et il sera mis dans une infirmerie avec un enseignant qui aura toutes les précautions adéquates. »

Toutes les écoles ne rouvrent pas

« Les réseaux ont annoncé entre 50 et 60 % de taux de présence pour les sixièmes primaires et plus pour les secondaires. On verra à la fin de la journée pour un bilan plus précis » explique Caroline Désir sur Bel RTL, selon qui c’est surtout le rétablissement du lien social qui est visé par la rentrée. « Il faut se rendre compte qu’une partie de la population est toujours très inquiète par le virus, il faut les comprendre et les rassurer. Mais ce n’est pas une ouverture à la carte, cela fait partie de la stratégie. Et je suis très attachée à ce que toutes les écoles ouvrent. Parfois la taille des écoles ne permet pas de respecter certaines consignes et je ne jette pas la pierre à ceux qui ne rouvrent pas mais on va trouver des solutions pour que ces écoles puissent rouvrir. »

En ce qui concerne les garderies, la ministre souligne l’importance de l’anticipation. « Il y a une priorité claire pour les personnes qui doivent se rendre sur leur lieu de travail. Les écoles demandent aux parents de prévenir pour qu’on puisse bien organiser les garderies. Les parents doivent comprendre qu’on doit pouvoir maîtriser les enfants présents à l’école », explique la ministre. « On essayera de ne jamais refuser un enfant mais il faut anticiper pour ne pas qu’une école se trouve submergée par les demandes. Si on voit de nombreuses demandes, alors on peut demander des aides extérieures, via la commune par exemple. »

École maternelle

Lundi prochain, les élèves de première et deuxième primaires ainsi que les élèves de deuxième secondaire devraient aussi se diriger vers l’école. « On va faire le point avec tous les acteurs, dès mercredi, pour voir s’ils peuvent reprendre. Si c’est difficile au niveau de l’organisation, on peut imaginer de reporter d’une semaine. On ne reprendra que si la première phase s’est bien déroulée. C’est compliqué en termes d’organisation dans les écoles et pour les parents. Mais il faut comprendre que c’est progressif. »

La ministre a également évoqué la reprise des cours en maternelle. « Les parents ont besoin de souffler. Je voudrais qu’on mette sur table le débat de la réouverture des écoles maternelles. Certains enfants n’ont plus eu de contact qu’avec leur noyau familial. Je serais favorable à un retour. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous