Faux départ pour l’élection à la présidence de l’Open-VLD

Faux départ pour l’élection à la présidence de l’Open-VLD

Les votes pour la présidence de l’Open-VLD, interrompue en mars à la suite de la crise du coronavirus, ont débuté ce lundi à 10h. Mais suite à un problème technique sur le site internet, « les votes sont reportés de quelques heures. »

Quelques-uns des 55.000 militants avaient déjà pu se prononcer en ligne ou par téléphone mais plusieurs candidats ont vite remarqué qu’il était possible de voter plusieurs fois. L’un des deux favoris dans la course à la présidence, Egbert Lachaert, a rapidement demandé l’interruption du vote via un huissier chargé du contrôle.

« Un problème technique est apparu lors du vote en ligne. L’ensemble des votes, en ligne et par téléphone, a été immédiatement interrompu et sera entièrement relancé » a déclaré la présidente de la commission électorale. Le porte-parole du VLD confirme au « Soir » que les compteurs seront remis à zéro.

Si aucun des candidats ne décroche une majorité absolue lors du premier tour fixé à vendredi, un second tour sera organisé la semaine prochaine. Il se clôturera le 29 mai à midi.

Le verdict du scrutin aurait déjà dû être connu en mars mais la crise sanitaire en a décidé autrement, poussant les libéraux du nord du pays à interrompre la procédure d’élection à leur présidence. Elle a finalement été relancée il y a peu.

Qui pour succéder à Gwendolyn Rutten ?

Quatre candidats, Bart Tommelein, Egbert Lachaert, Els Ampe et Stefaan Nuytten, s’affronteront pour déterminer qui succédera à Gwendolyn Rutten à la tête des libéraux flamands.

Dans cette course à la présidence, Bart Tommelein, 58 ans, et Egbert Lachaert, 42 ans, font figure de favoris. Le premier a déjà été chef de groupe à la Chambre, secrétaire d’Etat fédéral, ministre flamand et est actuellement bourgmestre d’Ostende. Egbert Lachaert, lui, est apparu sur la scène nationale en 2012, quand il a affronté Gwendolyn Rutten pour la présidence du parti. Il est aujourd’hui chef de groupe à la Chambre et principal opposant à la coalition arc-en-ciel défendue par les socialistes francophones.

Les deux autres candidats sont moins en vue, même si Els Ampe, éluée au parlement flamand, s’est distinguée ces dernières semaines par ses positions tranchées, sur Twitter, contre les mesures prises pour lutter contre le coronavirus.

Quant à Stefaan Nuytten, c’est un parfait inconnu au niveau national. Comptable, fiscaliste et courtier en assurances, il est originaire de Coxyde.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous