Alibabâche et Echoo récompensés par les «Jeunes Entreprises»

Les élèves du Centre Scolaire du Sacré-Cœur de Lindthout ont séduit le jury par le biais de poubelles connectées à une application qui mesure le nombre de déchets émis par une entreprise.
Les élèves du Centre Scolaire du Sacré-Cœur de Lindthout ont séduit le jury par le biais de poubelles connectées à une application qui mesure le nombre de déchets émis par une entreprise.

Crée depuis 42 ans maintenant, l'ASBL "Les Jeunes Entreprises" milite pour stimuler l'intérêt des jeunes étudiants au monde de l'entrepreneuriat dans notre pays. Un secteur qui accuse le coup à l'heure actuelle.

« C'est simple, selon une étude réalisée par la banque nationale en 2016, la Belgique se classe dernière par rapport à la moyenne européenne en matière de culture entrepreneuriale », explique Thierry Villers, directeur de l'ASBL "LJE". « C'est au moment d'entreprendre que le bât blesse chez nous. C'est pourquoi nous voulons amener les jeunes à développer différentes compétences qui leur serviront dans le monde des entreprises. Je parle de créativité, d'esprit d'équipe, de persévérance, de la communication, ou encore d'acquérir le sens des responsabilités. Bref, toutes des compétences qui sont recherchées dans le monde du travail, au sens large du terme, mais qui sont malheureusement très peu développées dans le cadre de l'enseignement ».

15 à 20 % deviennent entrepreneurs

Pour y arriver, l'ASBL coordonne deux programmes : "Mini-entreprises", destiné à des élèves de cinquième et sixième secondaire, ainsi que le "Young Enterprise Project" qui, lui, est réservé à des étudiants du supérieur. Deux programmes qui poussent ces entrepreneurs en herbe à trouver des solutions concrètes à des problématiques liées au monde du travail en créant leur propre entreprise.

« Chaque participant à un profil bien spécifique, c'est pourquoi nous voulons avant tout que ces jeunes prennent conscience de leurs compétences. Nous leur faisons vivre une expérience en groupe, entre 7 à 8 mois, qui a pour but de les faire grandir tout en essayant de les amener le plus loin possible à la fin du challenge. Le concours? C'est la cerise sur le gâteau puisque le plus important reste le parcours que l'étudiant aura fait durant l'année. Au total, 3400 élèves de secondaire et un peu plus de 1500 étudiants du supérieur ont pris part à ce projet. Et ce qui est intéressant, c’est que 15 à 20% des participants créent par la suite leur propre entreprise, c'est trois à quatre fois supérieur au reste de la population », précise Thierry Villers.

Pour cette cuvée 2020, des élèves du Centre Scolaire du Sacré-Cœur de Lindthout ont remporté le concours « Mini-entreprise » grâce à leur projet « Prism ». «Nous sommes partis du constat qu’il existe une réelle surconsommation de déchets dans les entreprises », développe Sébastien Francotte, membre de la mini-entreprise « Echooo », « Pour y remédier, nous avons créé des poubelles connectées à une application qui mesure le nombre de déchets émis par une entreprise grâce au data. Cette expérience m’a permis de prendre conscience de mon esprit entrepreneurial. D’ailleurs, je me vois continuer à développer notre projet l’an prochain ».

Des élèves de la Haute Ecole Provinciale de Hainaut-Condorcet sont les heureux lauréat du concours réservées aux étudiants du supérieur. Pour décrocher ce titre, l’équipe « Alibabâche » a développé une alternative aux bâches plastiques recouvrant les silos d’ensilage. « Notre projet est un mélange à base de co-produits agricoles comestibles pour le bétail, glisse Simon Boisdenghien. Remporter ce prix, c’est avant tout un réel boost pour la fin de nos études. Nous allons essayer de commercialiser notre projet dans les deux années à venir ». Les gagnants « Echooo » et « Alibabâche » représenteront ensuite la Belgique au niveau européen.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. En 1966, Josette Bruce reprend le flambeau. L’accent est mis sur le nom de famille, le prénom est très discret.

    0SS117, l’agent décalé

  2. @AFP

    Les Cats doivent s’affranchir de leur «Emma-dépendance» aux JO

  3. Les stigmates du cataclysme vécu par la capitale libanaise ne sont pas près de disparaître.

    Un an après l’explosion du port, la lente reconstruction des bâtiments et des esprits à Beyrouth

La chronique
  • Spa, Nina Derwael et Bob Morane: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Spa

    Ce n’est pas une plaisanterie de mauvais goût quelques jours après les inondations qui ont notamment frappé la petite ville : l’Unesco a classé Spa au patrimoine de l’humanité au titre de « Grande ville d’eau d’Europe ». On dit bravo. L’eau dont il est question ici tombe du ciel, forcément. Mais elle nous revient calmement à travers les sources locales, avec un goût de fer et de rouille presque savoureux. Santé !

    Les délateurs

    A quoi nos compatriotes ont-ils consacré leur temps libre durant les longues périodes de confinement ? Il n’y a pas de quoi se réjouir, mais les champions de la délation ont trouvé de quoi s’occuper pendant l’année covid : ils ont en effet été 2.995 à renseigner le fisc en 2020 contre 1.958 l’année précédente, a-t-on appris...

    Lire la suite