Alibabâche et Echoo récompensés par les «Jeunes Entreprises»

Les élèves du Centre Scolaire du Sacré-Cœur de Lindthout ont séduit le jury par le biais de poubelles connectées à une application qui mesure le nombre de déchets émis par une entreprise.
Les élèves du Centre Scolaire du Sacré-Cœur de Lindthout ont séduit le jury par le biais de poubelles connectées à une application qui mesure le nombre de déchets émis par une entreprise.

Crée depuis 42 ans maintenant, l'ASBL "Les Jeunes Entreprises" milite pour stimuler l'intérêt des jeunes étudiants au monde de l'entrepreneuriat dans notre pays. Un secteur qui accuse le coup à l'heure actuelle.

« C'est simple, selon une étude réalisée par la banque nationale en 2016, la Belgique se classe dernière par rapport à la moyenne européenne en matière de culture entrepreneuriale », explique Thierry Villers, directeur de l'ASBL "LJE". « C'est au moment d'entreprendre que le bât blesse chez nous. C'est pourquoi nous voulons amener les jeunes à développer différentes compétences qui leur serviront dans le monde des entreprises. Je parle de créativité, d'esprit d'équipe, de persévérance, de la communication, ou encore d'acquérir le sens des responsabilités. Bref, toutes des compétences qui sont recherchées dans le monde du travail, au sens large du terme, mais qui sont malheureusement très peu développées dans le cadre de l'enseignement ».

15 à 20 % deviennent entrepreneurs

Pour y arriver, l'ASBL coordonne deux programmes : "Mini-entreprises", destiné à des élèves de cinquième et sixième secondaire, ainsi que le "Young Enterprise Project" qui, lui, est réservé à des étudiants du supérieur. Deux programmes qui poussent ces entrepreneurs en herbe à trouver des solutions concrètes à des problématiques liées au monde du travail en créant leur propre entreprise.

« Chaque participant à un profil bien spécifique, c'est pourquoi nous voulons avant tout que ces jeunes prennent conscience de leurs compétences. Nous leur faisons vivre une expérience en groupe, entre 7 à 8 mois, qui a pour but de les faire grandir tout en essayant de les amener le plus loin possible à la fin du challenge. Le concours? C'est la cerise sur le gâteau puisque le plus important reste le parcours que l'étudiant aura fait durant l'année. Au total, 3400 élèves de secondaire et un peu plus de 1500 étudiants du supérieur ont pris part à ce projet. Et ce qui est intéressant, c’est que 15 à 20% des participants créent par la suite leur propre entreprise, c'est trois à quatre fois supérieur au reste de la population », précise Thierry Villers.

Pour cette cuvée 2020, des élèves du Centre Scolaire du Sacré-Cœur de Lindthout ont remporté le concours « Mini-entreprise » grâce à leur projet « Prism ». «Nous sommes partis du constat qu’il existe une réelle surconsommation de déchets dans les entreprises », développe Sébastien Francotte, membre de la mini-entreprise « Echooo », « Pour y remédier, nous avons créé des poubelles connectées à une application qui mesure le nombre de déchets émis par une entreprise grâce au data. Cette expérience m’a permis de prendre conscience de mon esprit entrepreneurial. D’ailleurs, je me vois continuer à développer notre projet l’an prochain ».

Des élèves de la Haute Ecole Provinciale de Hainaut-Condorcet sont les heureux lauréat du concours réservées aux étudiants du supérieur. Pour décrocher ce titre, l’équipe « Alibabâche » a développé une alternative aux bâches plastiques recouvrant les silos d’ensilage. « Notre projet est un mélange à base de co-produits agricoles comestibles pour le bétail, glisse Simon Boisdenghien. Remporter ce prix, c’est avant tout un réel boost pour la fin de nos études. Nous allons essayer de commercialiser notre projet dans les deux années à venir ». Les gagnants « Echooo » et « Alibabâche » représenteront ensuite la Belgique au niveau européen.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Les espaces communs du petit hôtel sont particulièrement cosy.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le B-Lodge, une expérience belge un peu différente de l’hôtellerie

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le gouvernement change de stratégie pour augmenter la capacité du testing.

    Comment la Belgique va tester 70.000 personnes par jour

  2. En fait de prise de risques, plusieurs imaginent la famille socialiste, première à la Chambre, se hisser au Seize. © VBelga.

    L’incroyable duo avec De Wever: qu’est-ce qui fait courir Magnette?

  3. Des heurts violents ont encore opposé manifestants et forces de l’ordre, lundi, au centre de Beyrouth.

    Liban: malgré la démission du gouvernement, la colère ne retombe pas à Beyrouth

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Fragilité, humilité, collectivité

    Le 11 janvier dernier, il y a donc sept mois jour pour jour, la Chine enregistrait officiellement le premier décès dû au Covid. Deux mois plus tard, exactement, c’est la Belgique qui comptait son premier mort dans un hôpital bruxellois, le jour même où l’OMS déclarait que cette épidémie était en fait une pandémie.

    Sept mois, à peine, qui semblent une éternité tant nos vies ont changé depuis l’apparition de ce virus. Changé ? C’est le moins qu’on puisse écrire....

    Lire la suite