Alibabâche et Echoo récompensés par les «Jeunes Entreprises»

Les élèves du Centre Scolaire du Sacré-Cœur de Lindthout ont séduit le jury par le biais de poubelles connectées à une application qui mesure le nombre de déchets émis par une entreprise.
Les élèves du Centre Scolaire du Sacré-Cœur de Lindthout ont séduit le jury par le biais de poubelles connectées à une application qui mesure le nombre de déchets émis par une entreprise.

Crée depuis 42 ans maintenant, l'ASBL "Les Jeunes Entreprises" milite pour stimuler l'intérêt des jeunes étudiants au monde de l'entrepreneuriat dans notre pays. Un secteur qui accuse le coup à l'heure actuelle.

« C'est simple, selon une étude réalisée par la banque nationale en 2016, la Belgique se classe dernière par rapport à la moyenne européenne en matière de culture entrepreneuriale », explique Thierry Villers, directeur de l'ASBL "LJE". « C'est au moment d'entreprendre que le bât blesse chez nous. C'est pourquoi nous voulons amener les jeunes à développer différentes compétences qui leur serviront dans le monde des entreprises. Je parle de créativité, d'esprit d'équipe, de persévérance, de la communication, ou encore d'acquérir le sens des responsabilités. Bref, toutes des compétences qui sont recherchées dans le monde du travail, au sens large du terme, mais qui sont malheureusement très peu développées dans le cadre de l'enseignement ».

15 à 20 % deviennent entrepreneurs

Pour y arriver, l'ASBL coordonne deux programmes : "Mini-entreprises", destiné à des élèves de cinquième et sixième secondaire, ainsi que le "Young Enterprise Project" qui, lui, est réservé à des étudiants du supérieur. Deux programmes qui poussent ces entrepreneurs en herbe à trouver des solutions concrètes à des problématiques liées au monde du travail en créant leur propre entreprise.

« Chaque participant à un profil bien spécifique, c'est pourquoi nous voulons avant tout que ces jeunes prennent conscience de leurs compétences. Nous leur faisons vivre une expérience en groupe, entre 7 à 8 mois, qui a pour but de les faire grandir tout en essayant de les amener le plus loin possible à la fin du challenge. Le concours? C'est la cerise sur le gâteau puisque le plus important reste le parcours que l'étudiant aura fait durant l'année. Au total, 3400 élèves de secondaire et un peu plus de 1500 étudiants du supérieur ont pris part à ce projet. Et ce qui est intéressant, c’est que 15 à 20% des participants créent par la suite leur propre entreprise, c'est trois à quatre fois supérieur au reste de la population », précise Thierry Villers.

Pour cette cuvée 2020, des élèves du Centre Scolaire du Sacré-Cœur de Lindthout ont remporté le concours « Mini-entreprise » grâce à leur projet « Prism ». «Nous sommes partis du constat qu’il existe une réelle surconsommation de déchets dans les entreprises », développe Sébastien Francotte, membre de la mini-entreprise « Echooo », « Pour y remédier, nous avons créé des poubelles connectées à une application qui mesure le nombre de déchets émis par une entreprise grâce au data. Cette expérience m’a permis de prendre conscience de mon esprit entrepreneurial. D’ailleurs, je me vois continuer à développer notre projet l’an prochain ».

Des élèves de la Haute Ecole Provinciale de Hainaut-Condorcet sont les heureux lauréat du concours réservées aux étudiants du supérieur. Pour décrocher ce titre, l’équipe « Alibabâche » a développé une alternative aux bâches plastiques recouvrant les silos d’ensilage. « Notre projet est un mélange à base de co-produits agricoles comestibles pour le bétail, glisse Simon Boisdenghien. Remporter ce prix, c’est avant tout un réel boost pour la fin de nos études. Nous allons essayer de commercialiser notre projet dans les deux années à venir ». Les gagnants « Echooo » et « Alibabâche » représenteront ensuite la Belgique au niveau européen.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10891621-028

  2. «
Après quelques jours comme ministre de la Santé
», raconte un proche collaborateur, «
il avait déjà lu tous les rapports et le site corona de A à Z, nous demandant d’y modifier deux phrases qui n’étaient pas compréhensibles pour les gens
!
»

    Frank Vandenbroucke, le professeur a toujours raison

  3. PHOTONEWS_10889135-097

    Georges-Louis Bouchez: «Comment pouvons-nous accepter des mesures à ce point différentes entre les 3 régions?»

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Justice et collaboration, ou la seconde utilité du bandeau de la Justice»

    Depuis la fin du siècle dernier, divers projets de loi ont tenté d’introduire un « droit des repentis » en Belgique. Toutes ces initiatives se sont heurtées à de multiples résistances jusqu’à une loi du 22 juillet 2018. Depuis lors, le ministère public peut proposer à un infracteur de dénoncer des infractions pour voir sa peine réduite, voire exemptée. Un tel mécanisme de collaboration en justice axé sur la dénonciation met au cœur de la justice pénale la trahison et le marchandage, tout comme il questionne divers principes juridiques fondamentaux comme le droit au silence, la fiabilité des preuves ou l’égalité devant la loi. Un détour par les travaux préparatoires de la loi montre que le retour à l’avant-plan du terrorisme sur la scène publique a contribué à dépasser les résistances que soulevait le principe de ce droit des repentis. Comme souvent en matière pénale, une situation de « crise » a joué un rôle d’accélérateur...

    Lire la suite

  • Mais bon sang, c’est quoi ce pays!

    On devrait dire : « Chapeau, vous avez enfin compris la gravité de la situation. » Alors que la Wallonie est au top des régions les plus dangereuses d’Europe, que les chiffres de contaminations à Bruxelles continuent à exploser, que les experts tirent à boulets rouges sur la faiblesse des mesures prises, que le système hospitalier est en train de craquer et que les Belges succombent sous le coup du virus, il fallait évidemment passer à ce reconfinement partiel, annoncé vendredi soir par le ministre-président wallon Elio Di...

    Lire la suite