Alibabâche et Echoo récompensés par les «Jeunes Entreprises»

Les élèves du Centre Scolaire du Sacré-Cœur de Lindthout ont séduit le jury par le biais de poubelles connectées à une application qui mesure le nombre de déchets émis par une entreprise.
Les élèves du Centre Scolaire du Sacré-Cœur de Lindthout ont séduit le jury par le biais de poubelles connectées à une application qui mesure le nombre de déchets émis par une entreprise.

Crée depuis 42 ans maintenant, l'ASBL "Les Jeunes Entreprises" milite pour stimuler l'intérêt des jeunes étudiants au monde de l'entrepreneuriat dans notre pays. Un secteur qui accuse le coup à l'heure actuelle.

« C'est simple, selon une étude réalisée par la banque nationale en 2016, la Belgique se classe dernière par rapport à la moyenne européenne en matière de culture entrepreneuriale », explique Thierry Villers, directeur de l'ASBL "LJE". « C'est au moment d'entreprendre que le bât blesse chez nous. C'est pourquoi nous voulons amener les jeunes à développer différentes compétences qui leur serviront dans le monde des entreprises. Je parle de créativité, d'esprit d'équipe, de persévérance, de la communication, ou encore d'acquérir le sens des responsabilités. Bref, toutes des compétences qui sont recherchées dans le monde du travail, au sens large du terme, mais qui sont malheureusement très peu développées dans le cadre de l'enseignement ».

15 à 20 % deviennent entrepreneurs

Pour y arriver, l'ASBL coordonne deux programmes : "Mini-entreprises", destiné à des élèves de cinquième et sixième secondaire, ainsi que le "Young Enterprise Project" qui, lui, est réservé à des étudiants du supérieur. Deux programmes qui poussent ces entrepreneurs en herbe à trouver des solutions concrètes à des problématiques liées au monde du travail en créant leur propre entreprise.

« Chaque participant à un profil bien spécifique, c'est pourquoi nous voulons avant tout que ces jeunes prennent conscience de leurs compétences. Nous leur faisons vivre une expérience en groupe, entre 7 à 8 mois, qui a pour but de les faire grandir tout en essayant de les amener le plus loin possible à la fin du challenge. Le concours? C'est la cerise sur le gâteau puisque le plus important reste le parcours que l'étudiant aura fait durant l'année. Au total, 3400 élèves de secondaire et un peu plus de 1500 étudiants du supérieur ont pris part à ce projet. Et ce qui est intéressant, c’est que 15 à 20% des participants créent par la suite leur propre entreprise, c'est trois à quatre fois supérieur au reste de la population », précise Thierry Villers.

Pour cette cuvée 2020, des élèves du Centre Scolaire du Sacré-Cœur de Lindthout ont remporté le concours « Mini-entreprise » grâce à leur projet « Prism ». «Nous sommes partis du constat qu’il existe une réelle surconsommation de déchets dans les entreprises », développe Sébastien Francotte, membre de la mini-entreprise « Echooo », « Pour y remédier, nous avons créé des poubelles connectées à une application qui mesure le nombre de déchets émis par une entreprise grâce au data. Cette expérience m’a permis de prendre conscience de mon esprit entrepreneurial. D’ailleurs, je me vois continuer à développer notre projet l’an prochain ».

Des élèves de la Haute Ecole Provinciale de Hainaut-Condorcet sont les heureux lauréat du concours réservées aux étudiants du supérieur. Pour décrocher ce titre, l’équipe « Alibabâche » a développé une alternative aux bâches plastiques recouvrant les silos d’ensilage. « Notre projet est un mélange à base de co-produits agricoles comestibles pour le bétail, glisse Simon Boisdenghien. Remporter ce prix, c’est avant tout un réel boost pour la fin de nos études. Nous allons essayer de commercialiser notre projet dans les deux années à venir ». Les gagnants « Echooo » et « Alibabâche » représenteront ensuite la Belgique au niveau européen.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Un membre du service ukrainien marche le long des positions de combat sur la ligne de contact avec les rebelles séparatistes soutenus par la Russie près de la ville d'Avdiivka.

    Dans les tranchées ukrainiennes de la guerre du Donbass: «Non à l’envahisseur russe»

  2. FRANCE NOTRE DAME RESTAURATION

    Deux ans après l’incendie de Notre-Dame de Paris, où en est le chantier? (photos)

  3. Le club gaumais va renaître. @Belga

    Virton, c’est une licence, un CA et…deux joueurs

La chronique
  • La chronique «Enjeux»: «Il faut savoir où nous allons»

    Le covid est sans doute l’un des plus grands défis lancés aux démocraties occidentales depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Mais, paradoxalement, au-delà des débats d’experts et des chamailleries politiciennes, la pandémie a surtout révélé l’absence d’un « grand récit », de cette interprétation du moment et du monde, de cette affirmation de valeurs et d’objectifs, qui permettent à des sociétés désemparées de se rassembler, au-delà de leurs différences et de leurs différends.

    Aucun grand discours n’est venu donner du sens à la crise, alors que l’incertitude aurait mérité autre chose que des déclarations convenues et des consignes techniques. Certes, on n’est pas en guerre. Il n’y a donc pas eu d’appel du 18 juin. Il n’y a pas eu non plus de harangue épique à la hauteur du discours des « heures sombres » prononcé par Winston Churchill le 4 juin 1940 à la Chambre des Communes. Ni d’exposé grave comme celui de Franklin Roosevelt le 6 janvier 1941 sur les Quatre Libertés, dont celles, tellement d’actualité, de « vivre à l’abri du besoin et à l’abri de la peur...

    Lire la suite

  • Zut, on déconfine

    A quoi reconnaît-on une personne déprimée ? Même les bonnes nouvelles ne lui rendent pas le sourire.

    Ce sentiment de blues généralisé domine largement après les annonces du Comité de concertation de mercredi. Les écoles rouvrent ? Bof. Les terrasses vont s’égayer ? Ah bon. Le couvre-feu va sauter ? Soit.

    Mais que se passe-t-il dans un pays plutôt réputé pour sa bonne humeur ? Il se passe d’abord que le Comité de concertation a pris la...

    Lire la suite