Alibabâche et Echoo récompensés par les «Jeunes Entreprises»

Les élèves du Centre Scolaire du Sacré-Cœur de Lindthout ont séduit le jury par le biais de poubelles connectées à une application qui mesure le nombre de déchets émis par une entreprise.
Les élèves du Centre Scolaire du Sacré-Cœur de Lindthout ont séduit le jury par le biais de poubelles connectées à une application qui mesure le nombre de déchets émis par une entreprise.

Crée depuis 42 ans maintenant, l'ASBL "Les Jeunes Entreprises" milite pour stimuler l'intérêt des jeunes étudiants au monde de l'entrepreneuriat dans notre pays. Un secteur qui accuse le coup à l'heure actuelle.

« C'est simple, selon une étude réalisée par la banque nationale en 2016, la Belgique se classe dernière par rapport à la moyenne européenne en matière de culture entrepreneuriale », explique Thierry Villers, directeur de l'ASBL "LJE". « C'est au moment d'entreprendre que le bât blesse chez nous. C'est pourquoi nous voulons amener les jeunes à développer différentes compétences qui leur serviront dans le monde des entreprises. Je parle de créativité, d'esprit d'équipe, de persévérance, de la communication, ou encore d'acquérir le sens des responsabilités. Bref, toutes des compétences qui sont recherchées dans le monde du travail, au sens large du terme, mais qui sont malheureusement très peu développées dans le cadre de l'enseignement ».

15 à 20 % deviennent entrepreneurs

Pour y arriver, l'ASBL coordonne deux programmes : "Mini-entreprises", destiné à des élèves de cinquième et sixième secondaire, ainsi que le "Young Enterprise Project" qui, lui, est réservé à des étudiants du supérieur. Deux programmes qui poussent ces entrepreneurs en herbe à trouver des solutions concrètes à des problématiques liées au monde du travail en créant leur propre entreprise.

« Chaque participant à un profil bien spécifique, c'est pourquoi nous voulons avant tout que ces jeunes prennent conscience de leurs compétences. Nous leur faisons vivre une expérience en groupe, entre 7 à 8 mois, qui a pour but de les faire grandir tout en essayant de les amener le plus loin possible à la fin du challenge. Le concours? C'est la cerise sur le gâteau puisque le plus important reste le parcours que l'étudiant aura fait durant l'année. Au total, 3400 élèves de secondaire et un peu plus de 1500 étudiants du supérieur ont pris part à ce projet. Et ce qui est intéressant, c’est que 15 à 20% des participants créent par la suite leur propre entreprise, c'est trois à quatre fois supérieur au reste de la population », précise Thierry Villers.

Pour cette cuvée 2020, des élèves du Centre Scolaire du Sacré-Cœur de Lindthout ont remporté le concours « Mini-entreprise » grâce à leur projet « Prism ». «Nous sommes partis du constat qu’il existe une réelle surconsommation de déchets dans les entreprises », développe Sébastien Francotte, membre de la mini-entreprise « Echooo », « Pour y remédier, nous avons créé des poubelles connectées à une application qui mesure le nombre de déchets émis par une entreprise grâce au data. Cette expérience m’a permis de prendre conscience de mon esprit entrepreneurial. D’ailleurs, je me vois continuer à développer notre projet l’an prochain ».

Des élèves de la Haute Ecole Provinciale de Hainaut-Condorcet sont les heureux lauréat du concours réservées aux étudiants du supérieur. Pour décrocher ce titre, l’équipe « Alibabâche » a développé une alternative aux bâches plastiques recouvrant les silos d’ensilage. « Notre projet est un mélange à base de co-produits agricoles comestibles pour le bétail, glisse Simon Boisdenghien. Remporter ce prix, c’est avant tout un réel boost pour la fin de nos études. Nous allons essayer de commercialiser notre projet dans les deux années à venir ». Les gagnants « Echooo » et « Alibabâche » représenteront ensuite la Belgique au niveau européen.

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Christine Lagarde: «
Nous nous félicitons tout particulièrement de la proposition de la Commission européenne relative à un plan de relance
».

    La Banque centrale européenne allonge 600 milliards de plus

  2. d-20110524-W78KAT

    Les congés du bâtiment probablement bousculés cet été

  3. Ce vendredi sur le site du «
Soir
», un texte de Carl Norac sera lu par Sandrine Bonnaire, accompagnée à la trompette par Erik Truffaz.

    «Fleurs de funérailles»: 24 lectures filmées, 24 moments d’émotion

La chronique
  • Mort de George Floyd: quand l’injustice commence, la révolte commence

    Quand le pillage commence, la fusillade commence ».

    Ce tweet de Donald Trump, balancé quelques jours après l’agonie de George Floyd sur un trottoir de Minneapolis, fut signalé comme « glorifiant la violence » par son réseau social préféré.

    Si le vers (« When the looting starts, the shooting starts ») peut faire sursauter sur le compte officiel du Président des États-Unis d’Amérique, il n’est cependant pas de lui, mais d’un certain Walter E. Headley, un poète urbain, chef de la police de Miami dans les années 50-60…

    À l’époque, un vent de révolte soufflait sur les ghettos des grandes villes américaines. Mais dans la cité balnéaire de Floride, prisée par les retraités blancs et les mafiosi chassés de Cuba, le « Chief » Headley veillait au grain. Dans l’édition du Miami Herald du 17 décembre 1967, il expliqua que « de jeunes voyous de 15 à 21 ans » avaient « profité de la campagne des droits civiques pour semer le chaos », précisant qu’il n’y avait...

    Lire la suite

  • Déconfinement: la vie avec vie, enfin!

    Et revoilà le petit café noir du matin dans le bar du quartier, la France, le spinning, le dîner à deux au petit espagnol du coin, les sushis sur le petit train du Kabuki, mes cousins dans le jardin, une nuit à Ostende, un film au Caméo à Namur, un autre aux Galeries à Bruxelles, un troisième aux Grignoux à Liège, un petit vin blanc en terrasse place de la Liberté, mon institutrice, ma patrouille scoute, le foot avec les copains, ma bulle élargie de la première semaine, ma bulle élargie de la deuxième semaine, mon théâtre, ma petite...

    Lire la suite