Haie de déshonneur envers Sophie Wilmès: Yvan Mayeur répond à Marie-Christine Marghem

Haie de déshonneur envers Sophie Wilmès: Yvan Mayeur répond à Marie-Christine Marghem
D.R.

L’ex-bourgmestre de la Ville de Bruxelles Yvan Mayeur, a adressé un courrier électronique à la ministre MR Marie-Christine Marghem qui s’en était pris dimanche au personnel soignant de l’Hôpital Saint-Pierre pour l’organisation d’une haie de déshonneur, à l’arrivée de la cheffe du gouvernement Sophie Wilmès.

Egalement mis en cause dans le message publié sur Facebook et ensuite retiré par Mme Marghem, M. Mayeur dit ne pas comprendre pourquoi celle-ci s’en prend à lui sans connaître son action passée dans les hôpitaux de la capitale.

Des nominations politiques ?

Après la disparition de son message, la ministre Marghem avait continué de répondre aux commentaires courroucés que celui-ci avait suscités. « Il faut connaître la situation de cet hôpital dépendant du CPAS de Bruxelles où ont ’oeuvré’ avec force nominations politiques Yvan Mayeur et (l’ancienne présidente du CHU Saint-Pierre, Pascale) Pereita (tous deux ex-PS tombés sur l’affaire du Samusocial, NDLR). »

« Mon post relève simplement que ces mises en scène politisées destinées à faire la manchette des journaux sont le contraire de ce qu’il faut faire aujourd’hui pour construire ensemble », avait-elle notamment écrit.

Yvan Mayeur se défend

Dans un message adressé à la ministre, Yvan Mayeur dit à celle-ci « ne jamais avoir fait la moindre nomination politique dans cet hôpital ».

Précisant qu’il s’abstient de tout commentaire politique depuis trois ans, et lui demandant pourquoi s’en prendre à lui, celui qui fut aussi président du CPAS de la Ville ajoute ne pas voir « pourquoi tu me cites sans connaître mon action dans les hôpitaux bruxellois. J’ai sauvé cet hôpital de la faillite, maintenu ses comptes et augmenté son activité pendant 20 ans. J’y ai notamment permis la création des chambres à pression négative pour les maladies infectieuses graves (Ebola, Covid…) et la création du laboratoire commun avec l’ULB… », a indiqué l’ancien bourgmestre.

« Et je ne parle pas du sauvetage de César De Paepe (activité, médecins et infirmière), de la revalorisation salariale des infirmières, des médecins jusqu’au grade de résident et de l’autorisation de la pratique privée (20 % du temps) des médecins dans les hôpitaux publics de Bruxelles… Je ne comprends pas pourquoi tu me diffames alors que tu ne connais visiblement pas mon action pour les hôpitaux. C’est assez malveillant et regrettable ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous