La CNE dépose un préavis de grève et demande au gouvernement de retirer deux arrêtés royaux contestés

La CNE dépose un préavis de grève et demande au gouvernement de retirer deux arrêtés royaux contestés

La CNE (Centrale Nationale des Employés) a déposé un préavis de grève dans les services de santé pour contester les arrêtés royaux sur la réquisition et la délégation élargie d’actes pris dans le secteur infirmier, annonce-t-elle lundi.

Des actions seront menées à partir du 1er juin dans les hôpitaux, les maisons de repos ou encore les services de soins à domicile si le gouvernement fédéral ne retire pas ces textes entre-temps.

La réquisition du personnel soignant contestée

Ces arrêtés royaux portent sur la réquisition du personnel soignant par les gouverneurs des provinces en cas de pénurie grave du personnel ainsi que sur l’extension de la délégation d’actes médicaux à d’autres professionnels de la santé. Leur durée de validité est limitée au 31 décembre 2020.

Pour la CNE, leur publication constitue « un véritable coup de poignard dans le dos » du personnel de santé après « l’abandon des MR-MRS (maisons de repos et maisons de repos et de soins) sans matériel ni dépistage, et après l’annonce de la reprise des visites dans ce même secteur, sans aucune concertation. »

La centrale dénonce également l’intention de transférer le budget du fonds blouses blanches vers le budget des moyens financiers (BMF), « sans accord social préalable. »

Demande de retrait

Elle demande au gouvernement de retirer ces textes avant le 31 mai et d’entamer une concertation avec les représentants syndicaux. Dans le cas contraire, des actions seront organisées dans les hôpitaux et les maisons de repos, dont des arrêts de travail, précise Yves Hellendorff, secrétaire national CNE Non Marchand.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous