Colère des soignants: «On ne dialogue pas le dos tourné», persiste Marie-Christine Marghem

Ce samedi, une partie du personnel soignant du CHU Saint-Pierre de Bruxelles a réservé une haie de déshonneur à la Première ministre Sophie Wilmès, en visite surprise dans l’hôpital.

Une réaction qualifiée de « ridicule et politisée » par Marie-Christine Marghem sur Facebook pendant le week-end.

Ce lundi, invitée sur LN24, la ministre s’est expliquée plus longuement sur ce qu’elle a écrit durant le week-end. « C’est qu’une autorité rend visite au personnel soignant, c’est un acte symbolique, pour se rendre compte de la situation afin de tracer des perspectives d’avenir. »

« Tout mon respect pour ces gens qui luttent en première ligne, mais ce qui est dommage, c’est qu’on tourne le dos et que le respect que l’autorité fédérale place dans cette visite ne soit pas rendu par un respect mutuel dans l’attitude des soignants », a-t-elle ajouté.

« Si on a des choses à dire, on peut le dire fermement et posément. On ne dialogue pas le dos tourné. »

Concernant la colère des soignants par rapport aux deux arrêtés royaux prévoyant une réquisition de personnel en cas de besoin, la ministre comprend la frustration que cela peut générer. « Je comprends que cela puisse être mal reçu. Néanmoins, on le fait dans le cas de toutes les épidémies. Il ne faut pas les retirer parce que nous ne savons pas s'il va y avoir un rebond dans cette épidémie. »

« Je comprends qu'on puisse vouloir montrer son désaccord par ce geste symbolique, mais je ne suis pas convaincue que, dans l'action du gouvernement fédéral, on ait pu montrer le moindre irrespect envers du personnel soignant », conclut-elle.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous