Accueil Société

Déconfinement: le ministre de l’Intérieur rappelle à l’ordre les bourgmestres qui vont trop loin

Interdiction de rassemblement, masques obligatoires dans les magasins... Certains bourgmestres ont pris des ordonnances bien plus strictes que les dispositions du CNS, ils se font rappeler à l’ordre.

Temps de lecture: 2 min

Port du masque obligatoire en magasin, interdiction de rassemblement jusqu’à l’automne, etc. : le ministre de l’Intérieur Pieter De Crem demande aux gouverneurs de province de rappeler à l’ordre les bourgmestres qui ont pris ces dernières semaines des ordonnances bien plus strictes que les dispositions du Conseil national de sécurité.

« Par une lettre datée du 15 mai, le ministre de l’Intérieur m’indique qu’en tant que commissaire du gouvernement fédéral, je suis notamment chargé de contrôler si les administrations locales respectent rigoureusement les décisions prises par le Conseil national de sécurité élargi, contenues dans l’arrêté ministériel du 23 mars », indique le gouverneur du Hainaut, Tommy Leclercq, dans les colonnes de Sudpresse.

Un bourgmestre peut-il imposer le port du masque ?

M. Leclercq évoque, pour sa province, une quinzaine d’ordonnances problématiques. « Je suis convaincu que (ces bourgmestres) agissent pour le bien de leurs citoyens. Mais ils ont parfois le nez dans le guidon ». Le gouverneur cite une ordonnance de police interdisant, jusqu’au 20 septembre, toute manifestation publique de plus de 200 personnes, ou encore le cas de bourgmestres qui imposent le port du masque dans les magasins. « Une quinzaine d’ordonnances sont de nature à modifier les dispositions prises par le CNS. Le ministre De Crem, avec qui nous sommes quotidiennement en visioconférence, a rappelé que nous étions chargés de faire respecter à la lettre ces décisions. »

« Un bourgmestre ne peut imposer le port du masque. Il peut le conseiller fortement ». Idem pour le port du masque sur les marchés, dans les centres commerciaux, ou l’interdiction des visites dans toutes les maisons de repos. Les bourgmestres hennuyers concernés ont jusqu’au 22 mai pour retirer les ordonnances non conformes.

En province de Namur, le gouverneur Denis Mathen avait pris la semaine dernière, en accord avec les bourgmestres, un arrêté de police interdisant jusqu’au 31 août l’organisation des événements publics à caractère festif, culturel, folklorique, récréatif, touristique, commercial et sportif. Il a dû le retirer après avoir reçu un courrier de M. De Crem.

Selon nos confrères de SudPresse, les bourgmestres trop strictes risquent d’avoir une lettre de leur gouverneur.

À lire aussi L’improbable trio en charge de livrer 15 millions de masques à l’Etat belge

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

20 Commentaires

  • Posté par Cornélis Michel, mercredi 20 mai 2020, 11:00

    Soyons objectifs porter un masque c'est quoi : éviter la propagation du virus sur les objets et les personnes que l'on peut rencontrer. Alors portons le masque le plus souvent possible.

  • Posté par BOURGEOIS Albert, mardi 19 mai 2020, 17:28

    Merci à vous, les bourgmestres qui vous souciez de la santé de vos administrés, je vous soutiens!

  • Posté par NICODEME CLAUDE, mardi 19 mai 2020, 16:06

    Le zèle de certains bourgmestres ou la réaction de De Crem, m'importent peu. Ce que je trouve regrettable, c'est de lire certains posts ci-dessous considérant le port du masque comme obligatoire, voir "indispensable" selon Madame Pirson... et pour combien de temps? Ad-vitam ? Rendez-vous compte simplement que, comme l'a si bien dit et même expliqué et démontré, le Pr.Raoult (et de nombreux autres), cette épidémie est TERMINEE. Lui est déjà en train de regarder l'après covid et comment détecter les gens qui ont déclaré des fibroses pulmonaires. Mais évidemment nos éminents experts-bureaucrates, rats de labo (c'est eux-mêmes qui le disent) pourraient-ils se tourner maintenant vers les caméras et dire : "ah, bin oui, c'est fini" sans craindre la contre question:"Et tout ça pour ça ?" car la seule réponse qu'ils pourraient donner, c'est: "oui, on a un peu paniqué...." . Et les voilà morts, assassinés à la sortie de la conférence de presse par les milliers et milliers de gens ruinés ou en passent de l'être. Non, ils doivent continuer à jouer le jeu du "ah là là! attention...". Et je constate donc avec découragement que certains y croient encore. Mais ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. Les masques sont évidemment utiles et requis pour tout le personnel soignants des patients covid. Et c'est une simple protection supplémentaire si on doit côtoyer des personnes pendant une période assez longue et sans pouvoir respecter la norme de distanciation (a)sociale. Dans les autres cas, c'est du show contre productif car certain(e)s se croient tout à fait à l'abris et ne font plus attention à garder leurs distances, ce qui est bien pire.

  • Posté par Bauduin Dominique, mardi 19 mai 2020, 14:40

    Il faut suivre les conseils du CNS et ne pas vouloir en faire plus! Les bourgemestres trops zélés cèdent à la démagogie et à la panique! Obliger le port du masque dans la rue est un non-sens! et une attaque à la liberté! Comment allez-vous repérér des terroristes ou bandits masqués? Pourquoi ne pas accepter la bourqua finalement? Le principal est de respecter les distances: 1.5 m et se laver les mains au savon. L'air de la terre est encore toujours bon pour la santé. J'en ai besoin pour vivre.

  • Posté par Charlier Albert, mardi 19 mai 2020, 14:38

    Enfin un peu de bon sens... Sinon, c'est souvent de la surenchère, à qui sera le plus strict, un peu comme en France: Et vas-y que je te décontamine les rues à l'eau de javel ! Et moi, mon maire, il interdit les promenades le long des cours d'eau. Le mien il fait démonter les bancs publics. Et le mien, il loue des drones pour repérer les regroupements. Et le mien, il envoie ses policiers inspecter les secondes résidences... C'est à qui aura le maire le plus fort !

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko