Troy Deeney, le capitaine de Watford, ne souhaite pas reprendre l’entraînement: «Je ne veux pas mettre en danger mon fils»

photo news
photo news

Deeney, 31 ans, a fait part de ses inquiétudes concernant la santé de son fils et des craintes à propos du nombre disproportionné de noirs, asiatiques et métisses qui décèdent du Covid-19. « Nous devons revenir cette semaine. J’ai dit que je n’irai pas, cela n’a rien à voir avec une question financière », a déclaré l’équipier de Christian Kabasele dans l’émission ’Talk the talk’.

« Mon fils a cinq mois et il souffre de difficultés respiratoires », a expliqué Deeney. « Je ne veux pas rentrer à la maison et le mettre encore plus en danger. Tu dois conduire dans ta propre tenue d’entraînement, tu ne peux pas prendre de douche. Après tu dois rentrer dans la même tenue sale avec laquelle tu es venu, ce qui augmente les risques d’avoir le virus à la maison. »

Par petits groupes

Les clubs de Premier League sont autorisés à diviser les joueurs en petits groupes à partir de mardi, avec des règles de distanciation sociale, en vue d’une reprise des matchs à la mi-juin.

La date du 12 juin, souvent évoquée, arrive trop tôt pour régler tous les problèmes, estime encore Deeney. « Les noirs, les Asiatiques et les métisses ont quatre fois plus de chance d’attraper la maladie et nous avons deux fois plus de chances d’avoir des maladies de longue durée. »

« Y a-t-il un examen supplémentaire ? Des trucs au cœur pour voir si les gens ont des problèmes ? Non. Eh bien je pense qu’il faut s’en occuper », a poursuivi l’attaquant. « Même si nous sommes testés et que nous allons être dans un environnement sûr, il suffit d’une personne dans le groupe… Je ne veux pas rapporter ça à la maison. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Une image rare
: Musonda Jr en action (ici avec Vitesse Arnhem).

    Par Philippe Gerday

    Football international

    Pour Charly Musonda Junior, c’est la fin du calvaire

  • collage

    Par D.S.

    Standard

    Standard: quatre jeunes seront intégrés au noyau A

  • « Abbas Bayat interrompait parfois l’entraînement pour montrer aux joueurs comment ils devaient tirer ! »

    Par Philippe Dewitte

    Charleroi

    Mario Notaro: «À 70 ans, tu t’approches de la sortie de tout…»

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous