Coronavirus - Vers une reprise économique en forme de logo Nike plutôt qu'en V (BNB)

"Nos publications du 8 avril prévoyaient un scénario en 'V' supposant une reprise rapide des activités économiques. Mais depuis, les tendances convergent vers une très forte contraction en 2020, avec une reprise beaucoup plus modeste en 2021. En d'autres termes, les prévisionnistes se détournent du scénario en 'V' pour se tourner vers le 'Nike', suggérant qu'il pourrait y avoir des dommages beaucoup plus permanents pour l'économie. Cette crise laissera de traces plus profondes qu'escompté", analyse l'économiste Xavier Debrun.

"Un tel choc n'a pas de précédent dans l'histoire économique moderne, tant par son intensité et sa soudaineté que par sa complexité. La crise touche à la fois l'offre (les entreprises sont à l'arrêt) et la demande (le confinement a empêché les gens d'aller physiquement faire leurs achats)", poursuit-il. Cette mise immédiat à l'arrêt de l'économie a causé des problèmes de liquidités aux entreprises mais aussi aux ménages. Beaucoup d'indépendants et près de 1,2 million de travailleurs ont été mis au chômage temporaire. La plupart des travailleurs ont, certes, pu rapidement bénéficier des revenus de remplacement (allocations de chômage et droit passerelle) et des mesures ont été prises pour soulager la trésorerie des entreprises (report de charges, prêts couverts par une garantie d'état).

Mais il est une question brûlante: "ces mesures sont-elles suffisantes pour éviter le stress de liquidités qui pourrait se muer en problèmes de solvabilité, avec des faillites à la clé?", s'interrogent les économistes.

La trajectoire du PIB décrit une très profonde récession en 2020, sous la forme d'une contraction inédite de 8% par rapport à 2019, suivie d'un rebond en 2021, selon un scénario établi fin mars.

"Selon nos hypothèses, la reprise pourrait être graduelle après la fin du confinement, avec une convergence progressive du PIB (en volume) vers un niveau proche de celui qui aurait été atteint s'il n'y avait pas eu de crise Covid-19. Cette convergence pourrait avoir lieu vers la mi-2021, prévoit Xavier Debrun sur la base d'un exercice réalisé par la BNB et le Bureau fédéral du Plan. "Le niveau de PIB vers lequel on converge est inférieur de 2% au niveau hypothétique que nous aurions atteint sans ce choc", ponctue-t-il.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous