La Chine devient un gros actionnaire de Norwegian Air Shutle

Ayant vu ses difficultés financières aggravées par la paralysie du trafic aérien provoquée par l'épidémie de nouveau coronavirus, la troisième low cost européenne a récemment convenu avec ses créanciers de convertir une partie de sa dette et engagements financiers en actions.

L'opération a permis à la compagnie de renforcer ses fonds propres et de remplir, comme annoncé mercredi, les conditions posées par l'État norvégien pour l'octroi de garanties de 2,7 milliards de couronnes (247 millions d'euros), en plus des 300 millions déjà accordés.

Dans ce cadre, les sociétés de leasing, auprès desquelles Norwegian loue une partie de ses avions, vont hériter d'une partie importante du capital du transporteur. L'irlandaise AerCap Holdings deviendra le plus gros actionnaire avec une part de 15,9% et des obligations convertibles représentant 7,2% supplémentaires.

La chinoise BOC Aviation, contrôlée par la République populaire de Chine via une cascade d'entreprises, détiendra, elle, 12,67%.

Tout en saluant le succès de l'opération, le directeur général de Norwegian, Jacob Schram, a averti que "les mois à venir demeureront difficiles avec un degré d'incertitude élevé pour le secteur". "Norwegian devra encore collaborer étroitement avec un certain nombre de créanciers dans la mesure où les revenus de la compagnie sont actuellement limités", a-t-il dit dans un communiqué.

Lourdement endettée après une expansion tous azimuts, Norwegian prévoit de se concentrer sur ses lignes rentables et de réduire la voilure, notamment dans le long courrier où elle est l'un des pionniers sur le segment à bas coûts.

L'afflux de nouvelles actions faisait plonger son titre mercredi à la Bourse d'Oslo. En milieu de matinée, l'action cédait plus de 30%, portant le recul à 93% depuis le début de l'année.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous