Affaire des poupées sexuelles en tribune: la Ligue coréenne de football va enquêter

afp
afp

La K-League a précisé que sa commission de discipline serait chargée de déterminer si l’utilisation de ces mannequins, aux silhouettes aguicheuses, a violé les règles de la ligue concernant la promotion de matériel obscène.

Le FC Séoul a été critiqué pour avoir déployé des dizaines de spectateurs en silicone pour remplir en partie les gradins vides lors du match contre le Gwangju FC (remporté 1-0 par le club de la capitale), les supporters en chair et en os ayant été interdits de stade à cause du coronavirus.

Certains mannequins, principalement des modèles féminins, portaient des T-shirts ou tenaient des pancartes avec le logo d’un vendeur de sex toys.

Un retrait de cinq points ?

Le club s’est excusé en début de semaine pour avoir causé une « profonde inquiétude » aux fans, tout en insistant sur le fait que les mannequins n’avaient aucun lien avec les jouets sexuels, se réservant même le droit d’engager des poursuites contre le fournisseur des poupées selon les médias locaux.

Les officiels devront décider si l’incident a porté atteinte à l’image et à l’intégrité de la Ligue. Le non-respect de ces règles peut entraîner un retrait de cinq points ou une amende de plus de cinq millions de won (3.715 Euros).

La K-League, championnat sud-coréen de première division, a repris le 8 mai après plus de deux mois d’arrêt pour juguler la pandémie.

Pour garnir leurs tribunes malgré le huis clos, la plupart des clubs ont utilisé des affiches, des banderoles ou des effigies en carton de supporters.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous