Accueil Opinions Cartes blanches

«De la communication scientifique en période de Covid-19: un air de déjà-vu?»

Dans les semaines, voire les mois, à venir, les modèles chargés de prédire l’évolution de l’épidémie de Covid-19 continueront d’impacter la vie de chacun d’entre nous. Dans ces circonstances, il est illusoire de prétendre faire l’économie d’une saine réflexion au sujet de ce que doit être la communication scientifique, affirme dans une carte blanche Niko Speybroeck.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Les virologues, les épidémiologistes et les architectes de modèles impliqués dans la crise du Covid-19 jouissent aujourd’hui d’une importante confiance de la part du public, servis en cela par l’élocution d’un discours clair et compréhensible. Il est heureux qu’il en soit ainsi, car la première condition d’une communication du risque réussie est la confiance en la source émettrice. Or, les représentants politiques en Belgique ont un peu perdu cette confiance au cours de ces 20 dernières années. Cependant, depuis quelque temps, oubliant l’euphorie des débuts, des voix s’élèvent, demandant à ce que les rôles de chacun soient respectés. Cette critique, sans doute un peu acerbe et exagérée, nous rappelle qu’il est du ressort des scientifiques d’évaluer les risques, et de la responsabilité des politiciens de prendre des décisions.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs