"Une avancée importante pour les pensions alimentaires, mais des manquements demeurent"

Depuis 2003, le Service des créances alimentaires (SECAL) du SPF Finances octroie des avances aux bénéficiaires d'une pension alimentaire qui n'est pas payée. Le service se charge ensuite de récupérer les montants non payés chez le débiteur d'aliments.

Sous la législature précédente, le plafond de revenu au-delà duquel on ne peut bénéficier des avances du SECAL a été porté à 2.200 euros nets par mois. L'amendement à un projet de loi approuvé mardi en commission des Finances supprime ce plafond.

"Une avancée importante, particulièrement pour les familles monoparentales qui sont majoritairement des femmes, et une réponse à nos demandes depuis des années", se réjouit la Plateforme créances alimentaires, qui rassemble notamment la Ligue des familles, le Conseil des femmes francophones, les Femmes prévoyantes socialistes ou encore Vie féminine.

Elle déplore encore cependant qu'actuellement, le service n'est pas accessible pour obtenir des avances sur les pensions alimentaires dues après divorce entre ex-époux. La Plateforme demande également une augmentation du montant des avances sur les contributions alimentaires et l'extension de celles-ci aux frais extraordinaires, ainsi que la mise en place de mesures complémentaires pour lutter contre le non-paiement.

A long terme, elle réclame la création d'un Fonds universel des créances alimentaires.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous