Accueil Société

Des dossiers médicaux confiés à des prisonniers

Les fichiers confidentiels de l’hôpital de Mons étaient manipulés à la prison de Louvain. Légal, insiste l’hôpital. Inconcevable, selon d’autres avis.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Accepteriez-vous que, sans vous consulter, l’hôpital qui vous soigne confie les secrets de votre dossier médical à des prisonniers pour qu’ils les manipulent afin d’être scannés ? Non ? C’est sans doute pourquoi la révélation que la prison de Louvain a servi de sous-traitant pour le traitement de milliers de dossiers de patients de l’hôpital Ambroise Paré à Mons a provoqué ce vendredi le rapatriement dare-dare des dossiers déjà confiés aux détenus et la suspension du contrat avec la firme Canon, qui assurait la digitalisation des archives de l’hôpital. Une pratique conforme à la loi, selon l’hôpital, qui affirme procéder à cette suspension « par précaution » à cause de l’émotion suscitée. Mais un processus « contraire à l’éthique » d’après d’autres observateurs, comme l’éthicien Herman Nys (KUL).

1 Que s’est-il passé ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs