Accueil Monde Europe

Une agence de l’UE prévient: l’Europe doit s’attendre à une deuxième vague de coronavirus

La question n’est pas de savoir s’il y aura une nouvelle vague de contaminations, mais « quand », a affirmé la directrice de l’ECDC.

Temps de lecture: 2 min

L’Europe doit se préparer à une deuxième vague du nouveau coronavirus, a prévenu la directrice du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), Andrea Ammon, au moment où de nombreux pays ont amorcé un déconfinement.

La question n’est pas de savoir s’il y aura une nouvelle vague de contaminations, mais « quand et de quelle ampleur », a-t-elle affirmé dans un entretien publié jeudi par le quotidien britannique ‘The Guardian’. « Le virus est autour de nous, circulant beaucoup plus qu’en janvier et février », a-t-elle ajouté, soulignant que les chiffres concernant l’immunité de la population n’étaient pas encourageants : « 85 % à 90 % » restent exposés à la maladie Covid-19.

« Je ne veux pas dresser une image catastrophique mais je pense que nous devons être réalistes. Ce n’est pas le moment, maintenant, de se relâcher complètement », a-t-elle ajouté.

L’Europe est le continent le plus touché par la pandémie, avec près de 2 millions de cas, dont 169.932 mortels, principalement au Royaume-Uni, en Italie, en France et en Espagne, selon un comptage jeudi de l’AFP. Au total, la planète a franchi le cap des cinq millions de cas, parmi lesquels 328.220 décès.

Pas nécessairement désastreuse

Le Centre de prévention, petite agence de l’UE basée en Suède qui joue un rôle de conseil sur le contrôle des maladies infectieuses, avait indiqué, début mai, que « la vague initiale de transmission a passé son pic », avec une baisse des nouveaux cas dans la plupart des pays de l’UE.

Alors que de nombreux pays européens ont commencé à lever les restrictions liées au déconfinement, Mme Ammon estime toutefois qu’une seconde vague ne sera pas nécessairement désastreuse si les gens continuent de respecter les règles de distanciation.

Lassés des restrictions, surtout « maintenant que l’on voit clairement (les infections) baisser, les gens pensent que c’est fini. Mais ça ne l’est pas », a-t-elle averti. Les gouvernements ont « sous-estimé », au début de la crise, la vitesse de propagation du virus, à laquelle ont contribué les vacances de neige dans les Alpes début mars, selon elle.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Peeters Patrick, dimanche 24 mai 2020, 14:55

    Encore un petit tour de manège après l'OMS c'est L'ECDC avec des dons de devins, tout le monde sait que la médecine est loin d'être une science exacte pourquoi faire peur aux gens? mieux faut en rire peace and love

  • Posté par De Villers Léopold, vendredi 22 mai 2020, 8:26

    Encore des experts qui avancent des idées sans aucune base réelle. Il faut arrêter de faire peur aux gens . Qu'ils nous laissent vivre une vie normale avec un minimum de précautions

  • Posté par Margraff Jacques, jeudi 21 mai 2020, 19:40

    Qui sait ce qui va se passer ? S'il y a une seconde vague, nous aurons des masques, avons appris les gestes barrière, la distanciation sociale et entretemps les traitements contre le covid auront encore progressé. Mais nous ne pouvons pas continuer à vivre dans la peur, elle est aussi très nocive et mortelle. Combien - durant cette crise - de cas de dépression, de décrochages scolaires, de pertes d'emploi, de personnes âgées qui se laissent mourir de solitude, etc ? Vivons et apprenons à vivre avec le risque, à l'accepter, il n'y a pas que le Covid, il y aussi aussi le cancer, les maladies cardio-vasculaires, les accidents de voiture qui sont bien plus meurtriers. Nos parents et/ou grand-parents ont vécu la guerre avec la peur au ventre de mourir par bombardements, camps de concentration, faim, l'avons-nous oublié ? Acceptons le risque, il fait partie de notre existence et nous n'avons qu'une vie, ne la gâchons pas (tout en restant bien évidemment prudents) en devenant des "moutons" apeurés.

  • Posté par DELHAYE Jean-Luc, jeudi 21 mai 2020, 22:31

    Voeux pieux. Si la 2ème vague arrive dans deux mois, il n'y aura toujours aucun vaccin, probablement pas de traitement efficace, et certainement pas de masques autres que les saloperies en tissu qu'on veut nous vendre à prix d'or. Quant à la distanciation sociale, permettez-moi de sourire: les hospitalisations sont _déjà_ en hausse suite, non pas au déconfinement, mais à la seule _annonce_ du déconfinement. Cet après-midi chez le boulanger, j'étais _seul_ à porter un masque - même les vendeuses n'en avaient pas, et respiraient à 50 centimètres du pain qu'elles voulaient me vendre - je n'ai rien acheté. Pour les vacances, on va rouvrir les bistrots et restos, et relancer l'épidémie à coup sûr. Pour le reste, je préfère, et de loin, la prudence et la circonspection (pas la peur) à l'imprudence... Car ce sont ceux qui ne sont pas prudents qui s'infecteront en vacances et ailleurs, et qui mettent les autres en danger. Le risque que vous acceptez pour vous, vous l'imposez aux autres - et c'est une attitude inconsciente, sinon criminelle.

  • Posté par Robin Agnès, jeudi 21 mai 2020, 21:42

    D'accord sur tout. Mais qu'en pensent nos "experts"? J'ai l'impression que leur seule raison d'exister et de se faire entendre, c'est la "peur du Covid". Loin de moi l'idée complotiste, mais je ne peux accepter, en conscience, de vivre sous un régime de peur. Apprenons à nous responsabiliser et que l'on cesse de nous infantiliser. La maladie risque de faire partie de notre paysage désormais, restons vigilants, mais de grâce, respirons... et laissera nous respirer.

Plus de commentaires

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une