Une agence de l’UE prévient: l’Europe doit s’attendre à une deuxième vague de coronavirus

Une agence de l’UE prévient: l’Europe doit s’attendre à une deuxième vague de coronavirus
Photo News

L’Europe doit se préparer à une deuxième vague du nouveau coronavirus, a prévenu la directrice du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), Andrea Ammon, au moment où de nombreux pays ont amorcé un déconfinement.

La question n’est pas de savoir s’il y aura une nouvelle vague de contaminations, mais « quand et de quelle ampleur », a-t-elle affirmé dans un entretien publié jeudi par le quotidien britannique ‘The Guardian’. « Le virus est autour de nous, circulant beaucoup plus qu’en janvier et février », a-t-elle ajouté, soulignant que les chiffres concernant l’immunité de la population n’étaient pas encourageants : « 85 % à 90 % » restent exposés à la maladie Covid-19.

« Je ne veux pas dresser une image catastrophique mais je pense que nous devons être réalistes. Ce n’est pas le moment, maintenant, de se relâcher complètement », a-t-elle ajouté.

L’Europe est le continent le plus touché par la pandémie, avec près de 2 millions de cas, dont 169.932 mortels, principalement au Royaume-Uni, en Italie, en France et en Espagne, selon un comptage jeudi de l’AFP. Au total, la planète a franchi le cap des cinq millions de cas, parmi lesquels 328.220 décès.

Pas nécessairement désastreuse

Le Centre de prévention, petite agence de l’UE basée en Suède qui joue un rôle de conseil sur le contrôle des maladies infectieuses, avait indiqué, début mai, que « la vague initiale de transmission a passé son pic », avec une baisse des nouveaux cas dans la plupart des pays de l’UE.

Alors que de nombreux pays européens ont commencé à lever les restrictions liées au déconfinement, Mme Ammon estime toutefois qu’une seconde vague ne sera pas nécessairement désastreuse si les gens continuent de respecter les règles de distanciation.

Lassés des restrictions, surtout « maintenant que l’on voit clairement (les infections) baisser, les gens pensent que c’est fini. Mais ça ne l’est pas », a-t-elle averti. Les gouvernements ont « sous-estimé », au début de la crise, la vitesse de propagation du virus, à laquelle ont contribué les vacances de neige dans les Alpes début mars, selon elle.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous