Accueil Économie Entreprises

Berlin veut sauver Lufthansa, la maison-mère de Brussels Airlines

L’Etat va redevenir actionnaire de la compagnie privée allemande à hauteur de 20 %. Berlin se réserve d’augmenter encore sa part pour bloquer une éventuelle OPA hostile.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Plus de 20 ans après la privatisation de Lufthansa, l’Etat allemand va remonter dans le capital de la première compagnie aérienne européenne comme principal actionnaire individuel. Qui l’aurait cru il y a encore quelques mois ?

Après plusieurs semaines de négociations entre la compagnie, Berlin et Bruxelles, la direction de Lufthansa devrait procéder à une augmentation de capital qui permettra au gouvernement allemand d’acquérir 20 % des parts de la compagnie privée. La direction a confirmé ce jeudi qu’un accord était « imminent » mais qu’il devait être encore entériné par le directoire et le conseil de surveillance.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Clement johan, vendredi 22 mai 2020, 10:58

    Les syndicats n'ont toujours pas compris que le but d'une société en difficulté n'est pas de licencier du personnel, mais d'adapter les frais aux revenues. Si la majorité de ces frais est constituée de salaires, il est évident que réduire la masse salariale est indispensable. Et si la législation permet de réduire les cotisations sociales, c'est un des moyens d'arriver au but.

  • Posté par Gabriel Jacqueline, vendredi 22 mai 2020, 17:41

    J'ai oublié: réduire les cotisations sociales?!!! qui paiera si vous tombé malade? ceux qui eux ont payés toute leur carrière pour la sécurité sociale!

  • Posté par Gabriel Jacqueline, vendredi 22 mai 2020, 17:38

    Je peux comprendre votre raisonnement, mais vous oubliez les dividendes grassement grassement payés aux actionnaires. Pourquoi ceux-ci n'interviendraient-ils pas dans le refinancement de cette société, au même titre que les salariés (diminution de salaire et licenciement). Quand tout va bien ils (les actionnaires) passent à la caisse mais se cachent des les "offshores" quand tout va mal!

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs