Accueil Société

La Belgique boycotte un essai clinique de l’OMS, jugeant les doses d’hydroxychloroquine trop élevées

Au début de la phase aiguë de la pandémie, la Belgique avait annoncé vouloir rejoindre l’essai franco-européen Discovery

Temps de lecture: 2 min

Au début de la phase aiguë de la pandémie, la Belgique avait annoncé vouloir rejoindre l’essai franco-européen Discovery, lancé fin mars par l’institut de recherche français Inserm afin d’évaluer quatre traitements potentiels contre le Covid-19.

Les centres hospitaliers qui étaient candidats s’étaient par la suite vu signifier que la Belgique participerait plutôt à Solidarity, un autre essai clinique à grande échelle, dirigé celui-là par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les réticences belges

Aucun sujet belge ne sera toutefois finalement enrôlé dans l’étude de l’OMS. À la base, il semble que ce soit l’hydroxychloroquine qui ait constitué un obstacle majeur. Les dosages demandés étaient largement supérieurs à ceux utilisés pour l’usage habituel de cette molécule, conçue initialement pour lutter contre le paludisme. Cela a entraîné des réticences du côté belge, des effets secondaires inquiétants et un manque d’efficacité ayant déjà été mis en évidence.

« Cette dose a été remise en question par certains comités d’éthique et plusieurs investigateurs ont décidé de ne pas exposer les patients à cette dose d’hydroxychloroquine, préférant boycotter ce bras de l’étude », confirme le cabinet de la ministre de la Santé publique, Maggie De Block, dans les colonnes de L’Echo.

D’autre part, « l’OMS demandait le transfert de l’ensemble de ses responsabilités de promoteur vers l’État concerné, tout en gardant le contrôle de l’étude. La Belgique aurait donc dû assumer le rôle de promoteur de l’étude, ce qu’elle ne fait jamais », ajoute le cabinet de la ministre.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

22 Commentaires

  • Posté par Margraff Jacques, vendredi 22 mai 2020, 11:03

    et entretemps on a laissé les patients covid à la maison avec uniquement du Dafalgan. Entre un traitement potentiellement risqué (l'hydroxychloroquine est administrée depuis 50 ans et n'a quasi jamais eu d'effets secondaires!) et la mort, j'ai choisi. Qu'aurait fait Mme De Block si elle avait eu le Covid ? Que font les médecins qui ont le Covid ?

  • Posté par Wachtelaer Claude, vendredi 22 mai 2020, 12:45

    Vous avez mal lu l'article. Il s'agit de participation à une étude (avec des contraintes apparemment inadaptées) pas de discuter de l'usage de l'HXC. Les médecins généralistes ont toujours eu la liberté d'en prescrite (contrairement à ce qui s'est passé en France) et de déterminer la dose d'emploi. Mon médecin m'a dit qu'il en avait prescrit en association avec un antibiotique.

  • Posté par De Greef Michel, vendredi 22 mai 2020, 11:33

    Il faudrait lire la notice! https://www.cbip.be/fr/chapters/10?frag=7104&trade_family=21584

Plus de commentaires

Aussi en Société

Plongée dans l’enfer des prostituées trans au quartier Yser

L’ASBL Alias sort une enquête et un court-métrage sur la situation des prostituées trans dans le quartier Yser. Détresse, survie et danger sont les maîtres mots de celles qui, souvent, n’entrevoient pas d’autre choix que de se prostituer.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko