Son site traque les pénuries dans les pharmacies… et fait le plein de visiteurs !

Son site traque les pénuries dans les pharmacies… et fait le plein de visiteurs !

C’est entre deux coups de fil que Martin Renchon trouve quelques minutes pour répondre à nos questions. Il faut dire que ces dernières semaines, ce trentenaire a du mal à trouver du temps libre. « Je passe mes journées au téléphone. Ça n’arrête pas, j’ai des pharmacies mais aussi des patients qui m’appellent ».

Derrière ce rythme soutenu, un site, pharmastock.info, qu’il a lancé avec ses deux associés à la mi-mars, au début du confinement. A ce moment-là, ce co-fondateur d’une entreprise de services web voit son nombre de clients chuter et son activité ralentir. Tout le contraire pour son épouse, pharmacienne, qui rentre tous les soirs à la maison épuisée. « Elle était lessivée. Quand on a vraiment commencé à parler du coronavirus, les pharmacies ont été prises d’assaut », se souvient Martin. Dans la foulée, le mot « pénurie » s’affiche quotidiennement à la une de l’actualité.

Une situation qui lui donne une idée : lancer un outil digital qui permette aux pharmacies, submergées de demandes, de mieux communiquer sur leurs stocks et aux consommateurs de trouver plus facilement les produits désirés, en évitant les déplacements inutiles. « On a lancé le site sur un coup de tête, en 24 heures, sans vraiment savoir s’il y avait une demande. On était juste persuadés que ça pouvait aider ». L’intuition était bonne. Rapidement, Martin trouve une, puis plusieurs officines qui acceptent de rejoindre l’aventure. « Ça n’a pas été facile car c’est un secteur qui est loin d’être branché sur la modernité. Ils ont plutôt peur du web. Mais un premier pharmacien a trouvé l’idée géniale, il en a parlé à son groupement, et ainsi de suite ».

Focus sur une trentaine de produits

En quelques clics, le site permet aux clients de consulter la disponibilité de certains produits dans leur pharmacie (si celle-ci participe au projet) ou dans les officines voisines, via une recherche par code postal. L’outil se focalise sur une trentaine de références, principalement en lien avec la crise du Covid-19. « Ce sont les mêmes références pour toutes les officines. On a déterminé ces produits avec ce qu’on voyait dans les médias. On a suivi les nouvelles réglementations créées pour certains d’entre eux et l’Association pharmaceutique belge, l’APB, nous a également demandé d’en rajouter ».

Sans surprise, on retrouve sur le site les incontournables masques, les gants, différents types de thermomètres ou le gel hydroalcoolique, mais aussi des médicaments plus classiques comme le Dafalgan, le paracétamol ou la fameuse chloroquine. « Les pharmacies créent leur page de façon automatisée et reçoivent un accès internet. En un clic, elles peuvent indiquer si le produit est disponible ou pas ». Une simple information donc, pas de prix affichés sur le site, ni de stock réel. « Elles ne doivent pas indiquer s’il leur reste 100 unités, ou 50. Ça devait être facile car elles étaient débordées et voulaient gagner du temps, pas en perdre ».

Depuis, tout est adapté selon l’actualité. « Le but, c’est d’offrir une information en amont à la population. On suit donc tout ce qui est législation, pour que le site soit à jour. Pour les masques FFP 2 par exemple, on indique automatiquement « délivrance limitée ». Pour la chloroquine, on précise que c’est réservé aux hôpitaux et les pharmaciens ne peuvent pas indiquer « disponible » ».

35.000 visiteurs par jour

Aujourd’hui, plus de 830 pharmacies - principalement côté francophones - ont rejoint la plateforme. Un chiffre qui grimpe sans cesse. Côté consommateurs, le site affiche une moyenne de 35.000 visiteurs par jour. Un succès qui pousse ce Bruxellois à réfléchir sérieusement à l’avenir de son outil entièrement gratuit, qu’il anime aujourd’hui bénévolement. « On ne connaissait pas bien le monde de la pharmacie et on constate qu’il y a plein de choses à faire. Il y a une vraie demande des professionnels du secteur, il y a aussi énormément de médicaments « manquants », dont les pénuries ne sont pas liées au Covid-19. Donc on va donc adapter petit à petit le site pour qu’il ait un intérêt sur le long terme ». De nouveaux médicaments, sans lien direct avec la pandémie, viennent d’ailleurs d’être rajoutés. Mais Martin l’assure : « L’idée est de poursuivre l’initiative citoyenne et de conserver la gratuité ».

Sur le même sujet
Médicaments
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Les espaces communs du petit hôtel sont particulièrement cosy.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le B-Lodge, une expérience belge un peu différente de l’hôtellerie

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Photo News

    Peter Verbeke: «Un transfert comme Roofe n’avait plus sa place dans l’Anderlecht actuel»

  2. Le Mardasson, connu dans le monde entier.

    Les dessous du patrimoine: ces villes qui vivent au rythme des batailles

  3. Svetlana Tikhanovskaïa en campagne à Minsk, entourée de l’épouse et de la directrice de campagne de deux autres candidats d’opposition disqualifiés, Veronika Tsepkalo (à g.) et Maria Kolesnikova
».

    Biélorussie: Alexandre Loukachenko, «le dernier dictateur d’Europe», n’est plus intouchable

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Premier faux pas pour la commission Covid

    En plein mois d’août, le président de la « commission spéciale en charge d’examiner la gestion de l’épidémie de Covid-19 par la Belgique » a décidé de réunir ses troupes pour entamer les travaux, avec un premier échange de vues avec les experts. Une séance de plus de trois heures qu’on peut qualifier de raté au démarrage.

    Réunion improvisée

    Le péché originel, c’était la convocation de cette réunion...

    Lire la suite