Les yeux rivés sur le téléphone en permanence ? Gare au « Text Neck »

Les yeux rivés sur le téléphone en permanence ? Gare au « Text Neck »
Shutterstock

La tête penchée en avant, les yeux rivés sur les informations qui défilent sur le smartphone ou la tablette, les muscles de la nuque qui se tendent au point d'en devenir douloureux, on appelle ce phénomène le « Text Neck », et les générations X et Y pour ainsi dire nées avec un téléphone en main y sont apparemment plus sujettes que les autres. Sommes-nous condamnés à devenir bossus ? Pas si sûr.

« Dans ma pratique quotidienne, je rencontre malheureusement de plus en plus cette posture typique, particulièrement chez les adolescents et les jeunes adultes, explique Sarah Bethlen, médecin en médecine physique et revalidation spécialisée dans les pathologies rachidiennes. Un peu recroquevillés sur eux-mêmes. Une position un peu similaire à celle de Gaston Lagaffe, asthénique, comme s'ils portaient le poids du monde sur leurs épaules. De plus en plus de parents amènent leurs enfants en consultation pour des douleurs et des tensions sur la face supérieure des épaules, des douleurs cervicales et des maux de tête. Toutes ces pathologies sont bien souvent liées à un défaut de posture. Auparavant, on retrouvait ces symptômes au sein de certaines professions, typiquement les dentistes, penchés en permanence sur leurs patients. Ou des secrétaires avec un poste de travail mal adapté. Mais de plus en plus de gens consultent pour ces problèmes même si leur profession n'est pas considérée comme à risque ».

Pour la médecin, ce n'est pas étonnant, on passe, de nos jours, beaucoup plus de temps sur nos smartphones, à lire sur des liseuses ou des tablettes, tête baissée et dos vouté. « Ces mauvaises postures peuvent s'avérer douloureuses, mais elles peuvent même gagner en gravité, notamment en fonction de l'âge. Chez les plus jeunes, des tensions provoquées par une mauvaise posture qui n'est pas corrigée peuvent mener à des lésions dégénératives comme des discopathies, de l'arthrose ou même des hernies discales. Il est donc important de consulter en cas de douleurs pour apprendre à corriger sa posture ».

S’accorder des pauses

Et nos postures ne risquent pas de s'améliorer d'elles-mêmes avec un télétravail devenu la norme depuis des semaines. « Il est important de s'octroyer des pauses régulièrement, se lever toutes les 20 minutes, continue l'experte. Cela permet d'éviter que les muscles de la nuque et du dos ne restent compressés trop longtemps. Surélever l'écran de son ordinateur pour que les yeux puissent regarder vers l'horizon permet également d'améliorer sa posture et limiter le risque de douleurs.

Pour Mathieu Tits, en revanche, difficile d'établir avec certitude un quelconque lien entre les smartphones et les problèmes de dos. « Il est très difficile de faire un lien entre l'utilisation intensive de son smartphone et les problèmes de dos. La littérature scientifique n'a en tout cas pas établi de lien. Pendant très longtemps, on a cru que les mauvaises postures provoquaient des lésions. Or, on s'est rendu compte après des études poussées qu'il n'en était rien et que le patrimoine génétique avait plus d'importance que la manière dont on s'assoit, même de manière prolongée. Par ailleurs, on a constaté que de nombreuses douleurs ne pouvaient pas s'expliquer par des lésions. Bien souvent, on ne sait pas expliquer les maux de dos ».

Et surtout... bouger

Dire donc que la posture puisse expliquer les douleurs ou le développement de pathologies serait donc un raccourci. En revanche, les muscles de la nuque et du dos fonctionnent comme tous les autres. « Si on les sollicite trop longtemps en particulier dans une position peu adaptée, ils deviennent douloureux. Il ne faut pas oublier que la tête pèse environ cinq kilos. La garder penchée pendant une période prolongée peut donc induire des tensions et donc des douleurs voire même irriter les nerfs ».

Mais concernant le fameux text neck et ses douleurs chroniques, il existe peut-être une autre explication que nos smartphones pour tenter de les expliquer. « Je ne sais pas si l'utilisation de nos téléphones nous affecte particulièrement. En revanche ce qui est démontré c'est que l'activité physique quotidienne réduit très fortement les risques de douleur au dos, à la nuque et aux épaules. Or il est prouvé que l'on en pratique de moins en moins et que les enfants, sont en moins bonne condition physiques qu'autrefois. Et que leur activité physique a beaucoup diminué et celle des adultes aussi ».

Si l'on veut éviter les douleurs, le mieux reste donc encore de poser son téléphone et de faire de l'exercice

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avant la fuite, certains élèves avaient déjà passé l’épreuve lundi et mardi. C’est certainement de là que viendrait la bavure.

    Une nouvelle fuite ébranle le CE1D

  2. Danemark – Belgique: l’émouvant hommage des équipes à Christian Eriksen (photo)

  3. La stratégie de Xavier Bertrand ne varie pas: s’imposer à droite comme celui qui surpasse tous ses rivaux.

    Régionales en France: Xavier Bertrand, l’ambition «quoi qu’il en coûte»

La chronique
  • La chronique «Enjeux» sur la menace extrémiste: le mieux n’est jamais certain

    Dorothy Thompson était correspondante du New York Post à Berlin dans les années 1930. Elle fut aussi la première journaliste américaine expulsée par le régime nazi, en août 1934, car elle n’avait aucune illusion sur les intentions d’Adolf Hitler, alors que d’autres prônaient l’apaisement et l’accommodement. Son jugement des accords de Munich en 1938 fut sans appel : « ceux qui, parmi nous, connaissent le sort que les autorités nazies réservent aux minorités savent que cet accord débouchera ouvertement sur l’établissement du règne de la terreur, écrivait-elle le 2 octobre 1938 dans le New York Herald Tribune. Cette paix a été fondée sur l’illégalité et elle ne pourra se maintenir que par l’illégalité. Elle a été fondée sur la dictature et elle ne pourra se maintenir que par la dictature. Elle a été fondée sur la trahison et elle ne pourra se maintenir que par la trahison ».

    Une prédisposition à l’inhumanité

    En août 1941, elle publiait dans Harper’s Magazine une...

    Lire la suite

  • Joe Biden et Vladimir Poutine tentent la désescalade

    Une poignée de main et des sourires, c’est un bon début. Après des mois de tensions entre les Etats-Unis et la Russie, place à la désescalade. La première rencontre entre les présidents des deux grandes puissances, mercredi à Genève, a permis d’avancer sur plusieurs dossiers et même d’en débloquer certains dont celui du retour des ambassadeurs dans les deux capitales. Et surtout de calmer le jeu ; du moins en apparence comme sur la cybersécurité par exemple, mais pas sur les droits humains. Poutine a qualifié l’entrevue de « ...

    Lire la suite