Accueil Société

Imaginer un meilleur financement des maisons de repos, un sac de nœuds

Le financement du secteur s’accompagnera d’une reconsidération des tâches dévolues à chacun. Certains craignent qu’à l’issue de la crise, on ne médicalise trop les maisons de repos. Les aînés doivent avoir le choix et la possibilité financière d’assurer leur prise en charge.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Les stigmates du virus pourraient être bien plus douloureux que la facture qu’il laissera. Des réformes importantes ne feront pas l’économie d’une réflexion sur le financement global des institutions et de choix politiques tranchés. Faut-il plus d’infirmières ou d’aides-soignants ? Les lits doivent-ils être davantage médicalisés ? Et comment garantir une prise en charge qualitative sans augmenter la facture du résident ? Les discussions ne seront pas simples tant les points de vue divergent. Mais des pistes se dessinent, en voici les contours.

1

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs