Accueil Société

Une étude accable la chloroquine: elle augmenterait le taux de mortalité des malades du coronavirus

Des chercheurs de Harvard et de Zurich ont procédé à une évaluation d’une étude d’observation de 96.000 patients atteints du Covid-19.

Temps de lecture: 2 min

Donald Trump annonçait lundi prendre de l’hydrochloroquine à titre préventif contre le coronavirus. Aujourd’hui, une étude menée auprès de 96.000 patients à travers le monde montre que ceux traités avec ce médicament présentent un taux de mortalité plus élevé.

L’hydrochloroquine et la chloroquine, deux médicaments contre la malaria, n’ont aucun effet sur les patients hospitalisés pour le Covid-19, affirme Mandeep Mehra, chef du Center for Advanced Heart Disease de l’université américaine de Harvard, cité vendredi dans un communiqué de l’Hôpital universitaire de Zurich.

Au contraire, les données montrent qu’ils présentent un risque de décès plus élevé : 11,1 % pour les patients traités avec l’un de ces médicaments, contre 9,3 % pour un échantillon de contrôle. Les chercheurs ont également observé un risque d’arythmie cardiaque plus élevé, en particulier chez des patients souffrant de maladies cardiaques. Entre 4 et 8 % des patients traités avec l’un des antipaludéens ont ainsi connu une nouvelle arythmie, contre 0,3 % pour ceux qui ne prenaient pas un tel traitement.

« Aucune preuve scientifique »

Il n’existe « aucune preuve scientifique » de l’efficacité de l’hydroxychloroquine et de la chloroquine, assure Frank Ruschitzka, chef du service de cardiologie de l’Université de Zurich. Les deux médicaments ne doivent donc plus être utilisés en cas de Covid-19 jusqu’à ce que les résultats d’autres études soient disponibles.

Les chercheurs de Harvard et de Zurich ont procédé à une évaluation d’une étude d’observation de 96.000 patients atteints du Covid-19 dans 671 hôpitaux du monde entier. Environ 15.000 d’entre eux ont été traités avec un antipaludéen dès l’apparition de la maladie. Leurs résultats ont été publiés dans la revue « The Lancet ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

25 Commentaires

  • Posté par Seghers Eric, dimanche 24 mai 2020, 10:04

    En réponse aux commentaires sur mon Post du 22 Mai: -Aucune étude ne prend en considération le protocole tel que prescrit par le Docteur Raoult : La COMBINAISON de la chloroquine ET de l'azithromicine au stade PRECOCE de la maladie. L'étude ne tient compte que de la chloroquine à un stade avançé de la maladie. Raoult lui même dit que ça ne fonctionne pas. -Oui mon expérience personnelle a de la valeur a mes yeux . Car elle a sauvé des personnes de ma famille . Ceci grâce a la désobeissance de mon médecin qui a administré cette combinaison malgré les interdits . -Quand il y a urgence, il faut réagir avec urgence. Il n’y a pas le temps de se focaliser sur les règles de testing -Les Seules statistiques valables car indépendantes de la puissance pharmaceutique sont celles qui comparent pour chaque établissement sanitaire le nombre d’entrée à l’hôpital avec le nombre de décès . Ce rapport est très très bas dans le Chu du Docteur Raoult. -Un complot ? Non un complot demande de l’organisation et de l’intelligence. Ici on est face à un chaos d’Egos et de puissance pharmaceutiques A ceux que cela fait encore sourire, on en reparlera qd il rentreront en soins intensifs ou l’intubation ne laisse que 10% de chance de survie puisqu’il est trop tard. Le virus attaques tous les organes vitaux . Là aucun médicament ne sera utile. Good Luck

  • Posté par Verstraeten Robert, dimanche 24 mai 2020, 0:55

    Bonjour, Comme je suis curieux, j'ai lu les conclusions de l'article du Lancet. Et j'y lis notamment ceci (traduit avec Deepl): "(...) Il ne faut pas déduire une relation de cause à effet entre la pharmacothérapie et la survie. Ces données ne s'appliquent pas à l'utilisation de tout régime de traitement utilisé dans le cadre ambulatoire, en dehors des hôpitaux. Des essais cliniques randomisés seront nécessaires avant de pouvoir tirer une conclusion sur les avantages ou les inconvénients de ces agents chez les patients COVID-19. Nous notons également que bien que nous ayons évalué la relation entre les régimes de traitement médicamenteux et l'apparition d'arythmies ventriculaires, nous n'avons pas mesuré les intervalles QT (...) et plus loin, que l'étude portait sur des "patients atteints de COVID-19 nécessitant une hospitalisation" donc pas en début de maladie, je suppose, même si le traitement a été administré "tôt après le diagnostic de COVID-19". Alors voilà, je ne suis pas médecin ni scientifique et je ne cherche pas à polémiquer. Mais je cherche à comprendre. Et suis un peu perdu, notamment parce que ce que je lis n'est pas tout-à-fait compatible avec le titre de votre article.

  • Posté par Quentin Glaude, samedi 23 mai 2020, 13:13

    Le lien vers l'étude (publiée dans "The Lancet" - facteur d'impact de 59 soit parmi les journaux les plus fiables dans le monde) : https://www.thelancet.com/action/showPdf?pii=S0140-6736%2820%2931180-6

  • Posté par Bayens Remi, samedi 23 mai 2020, 12:48

    J'ai vécu en Afrique. La quinine s'utilisait comme moyen de PREVENTION de la malaria pas comme moyen de GUERISON. Lorsque j'ai négligé de la prendre, j'ai eu des accès de malaria. Je crois que le procès que l'on fait à l'usage de chloroquine est injuste mais une mauvaise utilisation.

  • Posté par Chalet Alain, samedi 23 mai 2020, 1:56

    LA Covid: c'est le nom de la maladie, PAS celui du virus qui la provoque et qui est le SARS-CoV-2.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko