Accueil Belgique Politique

Gouvernement fédéral: tous les présidents sont là, les négociations peuvent commencer

Avec l’élection d’Egbert Lachaert à la tête de l’Open VLD, le cadre est complet. Sur fond de crise éco-sociale mode Covid-19, on tente de composer un gouvernement de plein exercice. Brûlant devant !

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

Plus d’excuse. Avec l’élection au premier tour d’Egbert Lachaert, vendredi, à la présidence de l’Open VLD, les états-majors des partis flamands et francophones sont au complet. A eux de jouer. Les changements successifs à la tête de la plupart des formations politiques depuis les élections du 26 mai 2019 (au MR, chez les verts, au SP.A, au PS, au CD&V, à l’Open VLD…) ont justifié souvent, commodément, que l’on lève le pied dans les négociations, qui étaient au point mort à vrai dire.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Deckers Björn, samedi 23 mai 2020, 21:10

    d dtsi, on sait, vous manger du PS à tous les repas. Ce n'est pas une raison pour réécrire l'Histoire. Quand le PS est devenu régionaliste, c'est parce que au moment où la Wallonie entamait son déclin, les flamands, déjà majoritaires dans le pays, avaient pris la main dans l'Etat unitaire. Si bien que dans le meilleur des cas, on obtenait la politique du partage, si la Wallonie obtenait un FB pour son redéploiement, la Flandre devait en avoir autant alors qu'elle entamait alors son plein boum... financé par l'Etat central. Les socialistes ont alors compris que le mieux était de régionaliser les outils économiques. Cela dit, le MR aussi compte sa ration de régionalistes. M. Crucke et Jeholet, entre autres pour la génération actuelle. Certains n'ont pas honte de vouloir défendre leur région quand à l'évidence, un partenaire de l'Etat central refuse de jouer le jeu. Heureusement, nos hommes politiques n'ont pas été aussi naïf que vous...

  • Posté par d dsti, samedi 23 mai 2020, 12:17

    A propos des cafetiers...Qui au départ a voulu la régionalisation ? Ce ne sont pas les flamands qui eux demandaient seulement une régionalisation des matières communautaires de façon à protéger leur langue et leur culture. Ce sont les socialistes wallons qui voulaient une régionalisation économique car à l'époque la Wallonie était encore riche et les socialistes en avaient marre d'être toujours les seconds au pouvoir (derrière le tandem CVP-PSC) et voulaient une région où ils seraient les maîtres. Ils ont même pour cela laché les Fourons qui votaient PSC. Après il ne faut pas se plaindre qu'une région plus riche soit plus généreuse...

  • Posté par LAMBOTTE Jean-Pierre, samedi 23 mai 2020, 11:23

    Ce que l'on dit de M. LACHAERT me conforte dans l'idée que les partis dominent indûment notre pays. Il suffit de changer un président de parti pour que celui-ci change de ligne de conduite. La SEULE solution est de supprimer les listes de candidats par parti. Chaque candidat devrait répondre (par oui ou non) à une série de questions qui l'engagent lorsqu'il est élu. Ainsi le LEGISLATIF représenterait ce que la majorité des électeurs souhaitent et un gouvernement (peu importe sa composition) serait l'EXECUTIF de ce législatif. C'est la seule DEMOCRATIE possible si l'on veut se débarrasser de la particratie, mais ... les partis voudront garder la main. Et c'est comme cela partout dans le monde. Il faut réinventer la démocratie.

  • Posté par Ballez Guy, samedi 23 mai 2020, 17:33

    J'hallucine. Est-ce que vous vous rendez compte de la bêtise de vos propositions? Comme les réponses OUI/NON ne seraient pas les mêmes selon les électeurs, comment fait-on "la moyenne" des oui/non pour appliquer pour chaque proposition la décision de la majorité? Je ne disserte même pas sur la faisabilité des propositions OUI/NON. Les propositions simplistes (binaires) sont la plaie de la démocratie.

  • Posté par DE SCHRIJVER Edgar, samedi 23 mai 2020, 12:01

    Le drame de la Wallonie, c'est qu'elle est minoritaire en Belgique...et que la démocratie est ce qu'elle est.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs