«Plutôt une infirmière qu’un militaire» pour la soigner, Maggie De Block choque au sein de la Défense

Ambulancière à l’armée, Jennifer Thiry est allée travailler dans le home Saint-Christope et s’est mise au travail immédiatement pour apporter un peu de confort aux résidents.
Ambulancière à l’armée, Jennifer Thiry est allée travailler dans le home Saint-Christope et s’est mise au travail immédiatement pour apporter un peu de confort aux résidents. - Dominique Duchesnes

Ce samedi, sur son le site internet indépendant « A l’avant-Garde », un article intitulé « La grande ignorance coupable de Maggie De Block sur la médecine militaire » a été publié. Celui-ci fait suite à une déclaration qu’a fait la ministre de la Santé le 20 mai : « Si je devais être dans une maison de repos et que l’on ne pouvait plus me soigner et me laver, je choisis quand même plutôt une infirmière qu’un militaire pour venir le faire. »

L’occasion pour l’armée de rappeler l’existence de sa Composante Médicale à la ministre. « Le profil des compétences est différent du civil qui tend vers une super-spécialisation. Le praticien militaire doit être capable de pouvoir prendre en charge plusieurs types de blessure », expliquait le commandant de la Composante Médicale dans une interview donnée à la Défense en janvier dernier.

Depuis le début de la crise, une trentaine de maisons de repos ont reçu l’aide de militaires, et elle continue à se poursuivre. « La déclaration de la ministre de Santé a été vue comme un manque de respect et de reconnaissance mais surtout comme une énorme claque par le personnel médical militaire qui s’est investi sans compter durant presque deux mois et a fait plus qu’apporter sa pierre à l’édifice dans la lutte contre le covid-19 », conclut l’article.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous