Accueil Société

En prison, le retour des visites amorce un lent déconfinement

Les détenus pourront à nouveau recevoir des visites à partir de ce lundi, à raison d’une personne par semaine. Reste que les prisons se sentent oubliées depuis le début du confinement à la mi-mars, et que tout est loin d’être réglé.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Je viens d’avoir une dame au cabinet de la Première ministre, je lui ai demandé pourquoi on ne parlait pas des détenus. On parle des parcs animaliers, on va pouvoir revoir les animaux, mais les détenus ? Ce sont des êtres humains ! » Il y a quelques jours encore, sur une page Facebook gérée par des proches de détenus, on trépignait en attendant la reprise des visites dans les prisons, entre-temps fixée à ce lundi. Depuis le 13 mars, elles sont interdites ; pendant deux mois, les proches se sont contentés d’appels téléphoniques, permis par des crédits d’appel de quelques euros par semaine. Il y a quinze jours, des vidéoconférences ont pu être organisées, avec un succès relatif : certains, parmi les familles, ne maîtrisaient pas suffisamment la technique, d’autres, parmi les plus précarisés, n’avaient pas le matériel.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par huygens michel, dimanche 24 mai 2020, 17:24

    On oublie toujours les prisons tant qu'il se passe rien de grave. S'il y aurait eu de morts à cause du virus les rues devant les prisons auraient été plein de journalistes, ou s'il aurait eu grève... mais non, tant qu'il n'y a rien de spectaculaire on oublie les prisons. On parle tout le temps d'hygiene et de santé mais dans certaines prisons il n'y a toujours pas d'eau courant ou des toilettes. Et avec corona il y a de plus en plus de règles à suivre dans de circonstances difficiles, autant pour les prisonniers que pour les gardiens.

Aussi en Société

Un nouveau code pénal présenté avant cet été, mais sans le féminicide

Le ministre de la Justice annonce vouloir passer la réforme du code pénal en première lecture avant l’été. Si celui-ci, vieux de plus de 150 ans, doit être dépoussiéré et mieux organisé, ses auteurs estiment qu’il faut être prudents avec la notion de féminicide, que certains souhaitent y intégrer.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs