Accueil Société

Un Belge confiné sur deux en situation de mal-être psychologique

L’UCLouvain et l’Université d’Anvers ont étudié la manière dont la crise sanitaire et ses conséquences pèsent sur le moral des Belges. Résultat : les sentiments dépressifs sont constants et concernent près de la moitié des sondés.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

L’impact du confinement sur l’état psychologique de la population fait l’objet de nombreuses recherches. Une situation inédite qui chamboule nos habitudes de vie, qui nous oblige à restreindre nos libertés et à rester physiquement éloignés de nos proches. Une sensation de ne plus pouvoir contrôler notre vie aussi qui peut affecter notre moral et notre confiance. L’une de ces études, menée conjointement par l’UCLouvain et l’Université d’Anvers, donne un éclairage sur la manière dont la crise sanitaire et ses conséquences pèsent sur le moral des Belges.

1

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

  • Posté par cobbaert jean, lundi 25 mai 2020, 14:09

    Quand vous avez eu un proche qui est décédé seul, dans une chambre d’hôpital ou dans une maison de repos, loin des siens, il est normal que vous soyez dépressif. D'autant plus, quand vous vous rendez compte que toutes ces mesures liberticides prises par des experts incompétents n'ont servi à rien, vu le nombre de décès impressionnants notamment dans les maisons de repos où les vieux ne pouvait recevoir de visite Quel gâchis humanitaire !

  • Posté par cobbaert jean, lundi 25 mai 2020, 14:09

    Quand vous avez eu un proche qui est décédé seul, dans une chambre d’hôpital ou dans une maison de repos, loin des siens, il est normal que vous soyez dépressif. D'autant plus, quand vous vous rendez compte que toutes ces mesures liberticides prises par des experts incompétents n'ont servi à rien, vu le nombre de décès impressionnants notamment dans les maisons de repos où les vieux ne pouvait recevoir de visite Quel gâchis humanitaire !

  • Posté par Meersman Olivier, lundi 25 mai 2020, 8:46

    Apparemment ceux qui le supportent le mieux sont les gens qui ont un emploi et les étudiants...

  • Posté par Grulois Stanislas, lundi 25 mai 2020, 22:58

    Avoir un emploi, en cette période, n'est pas forcément synonyme de bien-être. il y a tous ceux qui doivent faire face à une perte de revenus à cause du chômage temporaire ou même d'un licenciement en bonne et due forme. Quant aux personnes en télétravail, elles sont confrontées à leurs obligations professionnelles mais aussi aux travaux scolaires de leurs enfants quand elles en ont. D'autres encore sont en première ligne de soins de patients atteints du Covid-19 et reviennent chez elles la peur au ventre en se demandant si elles sont porteuses ou pas du virus. Tout ça n'est pas forcément facile à vivre. Quant aux étudiants, pour en avoir 3 à la maison, je peux vous dire que ce n'est pas une situation facile non plus. Tant les miens que leurs amis sont confrontés à des situations stressantes qu'on peut comprendre si et seulement si on a des enfants (ou qu'on se sent un tant soit peu concerné par leur avenir). Les bugs rencontrés la semaine dernière alors que certains passaient leurs examens à distance ont engendré un stress inutile. D'autres pensent que leur diplôme va être galvaudé car ils n'auront pas pu suivre le cursus entier de cette année académique. Environ 50 % de la population étudiante est perdue dans les marasmes du confinement (par manque de volonté, parfois, par manque de moyens techniques, souvent). Quant à MDR, son commentaire sur le fait de savoir faire la part des choses me fait à nouveau rire. Vivre ce confinement plus ou moins bien dépend de plusieurs facteurs. Le premier étant le lieu de vie. Le vivre à la campagne par rapport aux grandes villes doit engendrer un sentiment différent. Le vivre en famille dans un 50 m² plutôt que dans une villa 4 façades plantée au milieu de x ares et où chacun a sa place personnelle aussi. Avant d'émettre des hypothèses, il faut un minimum savoir de quoi on veut parler. Ce qui n'est visiblement pas votre cas à tous les deux.

  • Posté par De Ronde Michel, lundi 25 mai 2020, 16:23

    ... et ceux qui savent faire la part des choses !

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs